EL SALVADOR

EL SALVADOR- 20 et 21 juin 2015-348 et 349ème étape

Cliquez pour agrandir l'image
Etape du jour:          SAN VICENTE (659m)            SAN SALVADOR (658m)        SANTA ANA (650m)    METAPAN (470m)
Distance jour:                    90 km                                          69 km                                  68 km                          56 km
Déniv+jour:                        1456 m                                        1204 m                                  744 m                          518 m
Distance totale:              33130 km                                    33199 km                            33267 km                    33323 km
Déniv+total:                    267043 m                                    268247 m                            268991 m                    269509 m
T°sur vélo:                          40°C                                              38°C                                      39°C                            39°C
Hola Amigos !
Je commence par remercier toutes les personnes qui se sont inquiétées de ma santé, je ne suis pas fier de vous avoir alerté. Je n'étais pas très fier également, car j'ai eu un peu peur. J'étais donc à l'écoute de mon corps, je n'ai pas forcé lorsque j'ai été épuisé sur la deuxième étape, la première ayant été trop épuisante. Deux jours et demis de repos dans un hôtel confort avec bonne literie, salle de bain, restaurant et bar. Tout le confort pour une remise en forme, il fallait ça ! J'ai même pris un verre de vin le deuxième soir.
La reprise a donc commencée avec une légère inquiétude malgré que mon corps répondait bien au réveil, pas aux muscles (première fois) bon petit déjeuné, beaucoup de jus de fruits, céréales et départ assez tôt pour éviter le plus possible la grande chaleur. Malgré le déniv+ important et le kilométrage, la fatigue a été normale, pas de crampes, et bonne récupération.
A San Salvador, il fait meilleur qu'à San Miguel qui été une vraie étuve, l'altitude y est pour beaucoup sans doute.
Je suis chez la famille Fuentes, les beaux parents de David, le fils de Michel (mon pote) et donc les parents de Melissa. Des gens adorables, qui m'ont emmenés sur le "puerto del Diablo" cet après midi afin de découvrir de sa hauteur la ville de San Salvador et de son volcan du même nom. Ce soir ce seront mes invités, je les emmène au restaurant qui je crois sera au volcan. Demain ils m'emmènent à la répétition de" l'orchestre nacional del Salvador" où la maman joue de la corne française et son oncle du violon, ensuite visite dans la ville et un tour à la plage
Je repartirai de San Salvador mardi, direction le Guatemala et ses sites "Maya". nous changerons d'origine même si le nord de l'Honduras a aussi une culture d'origine "Mayas". Mais je suis passé tellement vite au Honduras...
J'espère vous avoir rassuré sur mon état de santé, le moral est revenu et vinso à envie de rouler.
Je vous embrasseTOUTES et tous.
Vous demandez peut être (pour les habitués) le silence de Michel ? Il est simplement parti avec sa petite femme Christine en camping car pendant six mois sur le grand nord, et l'Islande. Son blog est :http://escapade-cc.fr/ il est très agréable, il y a de magnifiques photos et ils se régalent et nous régalent de cette route plus fraîche que la mienne.
Hasta Huego
Le Marcelou et Vinso
J'ai vraiment passé deux agréables jours chez la familia Fuentes, des gens adorables, simples, dévoués ne sachant pas comment faire plaisir à leur invité. Une famille de musiciens. Ici on soufle ou on gratte sur un instrument. J'ai eu droit à la répétition de "l'orchestre nacional del Salvador" avec au violon Carlos et à la corne française Ivonne.
Muchos gracias familia Fuentes.Yo estaba en el cielo , rodeado de ángeles.
Puis ce matin départ direction le Guatemala dont la frontière sera franchie demain ou après demain.
Obligation d'acheter un petit appareil photo, le mien refuse de s'allumer (?). En attendant je ferai avec un petit appareil pour dépanner.
Je fais donc halte à Santa Ana qui est la deuxième plus grande ville du pays, située à 650 m d'altitude et dont le volcan Lamatepec est le gardien. A l'époque précolombienne la ville était connu comme la ville des sorcière; on y célébrait le dieu maya Ixqueye.
Je vous embrasse
le Marcelou et Vinso
Courte étape car dernière ville avant le passage de la frontière du Guatemala et je préfère la passer en début de journée car je ne sais pas comment fonctionne le pays derrière cette fameuse ligne.
Metapan, une ville de passage, rien à voir et ce ne sera qu'Hôtel et restaurant, de bons petits Tacos avec une Corona.
J'ai aimé le Salvador, population agréable, pays en phase de consommation (pour tous ?) agréable capitale qui est donnée comme la plus agréable de l'Amérique Centrale. Et puis lorsque l'on est chez une famille l'on voit comment fonctionne les habitants, leurs réaction sur des questions de vie.
Merci encore familia Fuentes.
Le Marcelou et Vinso
 
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

EL SALVADOR-Mardi 16 et Mercredi 17 juin 2015-346 et 347ème étape.

Cliquez pour agrandir l'image
Etape du jour:        LA UNION ( 5m)                    SAN  MIGUEL (129m)
Distance jour:          69 km +10 en stop                19 km + 31 km en stop
Déniv+jour:              512 m                                    459 m
Distance totale:      33021 km                            33040 km
Déniv+total:            265128 m                            265587 m
T°sur le vélo:                45°C                                    38°C
Hola amigos !
Je suis crevé, rincé !
J'ai passé la fin de journée d'hier dans un état second, à ramasser en chaise roulante.
Cela avait bien commencé, jusqu'à la frontière que j'atteignais de bonne heure, même plus tôt que prévue.
Mais 'est là que commence le début des ennuis.
J'ai en ma possession deux passeports, l'un qui est signalé perdu mais dont je me sert et l'autre encore vierge, le nouveau. Partout le passeport dit "perdu" a fonctionné mais il faut croire que l'utilisation du matériel informatique et la vigilance du service d'immigration au Salvador est performant. Je me fais donc épinglé en donnant un passeport perdu, convocation dans un bureau d'un douanier, et je lui donne l'explication que j'ai déclaré la perte mais comme j'ai retrouvé l'ancien et bien je m'en sert. Bref ! de bureaux en bureaux, de coups de fils à Interpol et à l'ambassade de France mon contact décide me laissé partir. Le tout avec une grande gentillesse car me disant qu'il était obligé de garder le passeport pour continuer les recherches, il me fait des photos copies de mes pages tamponnées afin que j'en garde le souvenir. Mais tout cela à pris trois heures !
J'ai joué, j'ai perdu !
La deuxième partie de l'étape n'est pas comme la première, complètement ahurissante, je suis vidé, j'en peux plus, je m'arrête sans arrêt pour boire sous cette grosse chaleur et surtout cette humidité.
Puis un arrêt final sur une énième bouteille d'eau, je ne peux plus me lever, je suis  un zambi ! je suis entre deux eaux, je du mal à me lever, j'ai la tête qui me tourne. Il faut arrêter et je demande au cafetier s'il peut me conduire au prochain hôtel. Ma tête doit faire peur car ils sont cinq ou six à me regarder titubé, le cafetier prend pitié de moi et me conduit, les autres chargent le Vinso et la Bob dans le truck.
Arrivé à l'hôtel, impossible de monter mes affaires, un jeune garçon les montera. Située à l'étage , je ne peux monter d'un coup les marches, il faut que je m'arrête plusieurs fois. La chambre n'est pas ventilée, le lit n'a pas de draps, l'eau coule au goutte à goutte, je m'en fous, j' veux me reposer.
J'arrive à me doucher, et ensuite arrivent les crampes, de partout, plante de pieds, bras, cuisses, mollets et cage thoracique. Je prends peur, je pense à mon pote.
Impossible d'aller manger, il fait nuit et le quartier à l'air désert, en plus j'ai du mal à me tenir en équilibre. Je suis complètement vidé.
J'ai vomi, j'ai des étourdissements et je me bats toute la nuit avec les crampes.
Pourquoi ? je bois au moins quatre litres par jour, aujourd'hui seulement les trois heures passées dans les bureau de la douane ne m'ont pas vu boire. Je ne sais pas si c'est cela, mais je suis une vraie serpillère, mes yeux sont marqués, ils sont au bas de ma figure bordés de noir.
Ce matin je décide quand même de reprendre la route, tout doucement pour seulement 50 kilomètres. Je pars tôt pour ne pas prendre la chaleur. Je m'arrête en route pour prendre un soupe aux pâtes.
Les premiers kilomètres sont en pente et auront la possibilité de me faire mettre le pied à terre plusieurs fois. Je m'arrête manger une pastèque sur le bord de route. Cela me redonne un coup de fouet, mais je dois admettre que je suis vidé et que je n'arriverai pas à San Miguel. Je fais du stop. Une petite fourgonnette s'arrête, les deux jeunes ne vont pas à ma destination, mais ma tête leur fait comprendre qu'ils feront un détour. Braves garçons, gratuitement car ils ont refusé le billet offert. Je leur paie une boisson.
Je suis dans un hôtel et j'y reste le temps nécessaire à ma récupération. un, deux, trois jours on verra.
Cinsoe midi j'ai réussi à me forcer à manger, et ce soir une soupe m'a fait du bien.
Je vous quitte car je vais m'allonger, même le blog fatigue.
Hasta huego !
Le Marcelou et Vinso

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : vendredi 7 octobre 2016