PANAMA

PANAMA-  du 24 au 28 février 2015- 322-323-324-325-326ème étape

Cliquez pour agrandir l'image
Etape du jour:          PENONOME (70m)    SANTIAGO (103m)    TOLE (315m)  DAVID (--6m du niv.de la mer)  PASO CANOA (112m)
Distance jour:                99 km                          101 km                    104 km            105 km                                            60 km                     
Déniv+jour:                    856m                          461m                      1309m            1212m                                            526m                   
Distance totale:            31287 km                    31388 km              31492 km        31597 km                                      31657 km
Déniv+total:                  280772m                    281233m                282542m        283754m                                      254280m
T°sur vélo:                      42°C                            43°C                        45°C              46°C                                                44°C
Hola amigos !
Que Panama est triste après la Colombie !  le paysage de l'étape n'apporte pas d'eau au moulin, plaine et herbe brûlée par le soleil, traversée de villages sans musique qui habituellement me tenait au courant des derniers tubes de reggaeton. Seul les étals de fruits me donnent encore du plaisir.
Arrêt sur cette ville de 20 000 habitants de la province de Coclé, qui a été la capitale temporaire de l'isthme après la destruction de Panama la Vieja en 1671. Selon la légende, la ville aurait été baptisée ainsi suite à l'assassinat du chef indien Nomé, Et Aqui penô Nomé donna Pénonomé.
Il fait chaud, très chaud, le taux d'humidité est important et les arrêts sont fréquents pour s'approvisionner en eau fraîche. Au Panama presque toutes les épiceries et mini Market sont tenues par les propriétaires d'origines chinoise. La colonie est importante.
Je suis arrivé à Tole fatigué, route (peut on appeler ça une route) défoncée sur plus de 70 kilomètres et les voitures et camions qui te doublent en te rasant, fatigué nerveusement et physiquement. J'en ai mal aux poignets des répercutions des nids de poules et des plaques ciments qui ont chacune leur vie et souvent différente de sa voisine.
J'ai rencontré un Tico (costa rica) qui descendait sur Ushuaia (il est fou !!!!) nous avons bu un coup ensemble, parlé des différentes routes. La mienne va s'améliorer dans environ.......30 kilomètres.
L'arrivée sur David est suffocante, cette ville est en dessous du niveau de la mer et il y fait une sacrée chaleur. Le départ de matin est tellement humide qu'au bout de cinq minutes je suis complètement trempé ainsi que le guidon.
Paso Canoa, la frontière est une zone libre, des baraquements de tôle, un souk ! on y vends de tout et il y règne une drôle d'ambiance, passage frontière oblige sans doute.
Je fais sans trop d'attente les tampons nécessaires et je trouve un lit dans un "hostal" dont le ventilateur fait autant de bruit qu'un tank, mais indispensable pour une chambre sans fenêtre dans un réduit moitié métallique, mais qui vous prends quand même 20us$.....presque obligé de séjourné ici.
Content de quitter le Panama, beaucoup trop triste après cette merveilleuse Colombie. Et puis ils roulent comme des fous en te rasant, des vrais fadas, con.
hasta pronto !
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

PANAMA-lundi 23 février 2015-321ème étape

Cliquez pour agrandir l'image
Etape jour:        CAPIRA (122m)
Distance jour:        56 km
Déniv+jour:            793 m
Distance totale:    31188 km
Déniv+total:          279916 m
T°sur vélo:                41°C
Hola amigos !
Pas mécontent de quitter la Ciudad de Panama, ville fatiguante comme je le disais hier. Puis les premiers contacts avec les locaux ne sont guère agréables, à l'hôtel des gardiens de prison, si tu as besoin d'un renseignement (boutique de vélo) tu te débrouille seul, ils ne regardent même pas sur internet. Resto, gardiens de maisons surveillées. Taxi, ils te prennent pour un gringo, pour une course de deux us$ ils t'en demandent cinq, pour une course à cinq, ils t'en demandent douze.
Seul moment intéressant à été la visite sur les écluses de Miraflores avec passage des super cargo et quelques bateaux de plaisance. J'ai rencontré à l'houstal de  Carthagène un Suisse qui faisait un tour du monde en bateau et il allait passé dans maintenant une dizaine de jours le canal. Il angoissait un peu car il y a obligation d'être cinq à bord , le pilote puis quatre équipiers chargés de lancer et d'attacher les bouts servant à stabiliser l'embarcation dans le passage des écluses. Il y a bien sur les hand liners professionnels qui prennent entre 50 et 100us$ la traversée. Donc si tu veux faire gratuitement la traversée Atlantique/Pacifique ou inversement certains plaisanciers n'hésitent pas à prendre à bord des "amateurs". Il angoissait donc car des fois la petite embarcation se trouve contre un gros cargo, et effectivement cela doit être impressionnant.
Les écluses présentent deux voies parallèles permettant aux bateaux de passer dans les deux sens. Les gros navires sont assistés par de grosses locomotives électriques de halage, auxquelles ils sont reliés par de solides câbles. Ces mulas travaillent par paires et se déplacent sur des rails situés le long des écluses. Pesant 50 tonnes et pourvues de deux tractions de 290 chevaux, elles remorquent les navires et les maintiennent dans l'axe des chambres. Les plus gros bateaux effleurent de quelques centimètres les bords et il est parfois nécessaire d'utiliser 8 miles.
Les chambres des écluses se remplissent et se vident en huit minutes grâce à un système d'aqueducs et de vannes qui fonctionnent par gravité. A chaque passage de navire, environ 200 millions de litres d'eau douce sont rejetés dans l'océan ! l'eau provient du lac Gatun alimenté par un bassin hydrographique de plus de 552 000 ha.
A bord des navires, un ou plusieurs pilotes de l'autorité du canal de Panama dirigent la traversée, et à l'entrée et la sortie des écluses, les gros navires sont pris en charge par de puissants remorqueurs qui les accompagnent sur quelques centaines de mètres jusqu'à des eaux plus profondes. J'ai fait un film sur le transfert des gros et petits navires, je le passerai dès que possible.
Depuis 20 ans de nombreux navires sortent des chantiers avec des dimensions supérieures aux normes "panamax" (32m de large, 294m de long, 12m de tirant d'eau) ils ne peuvent donc pas emprunter les écluses, et les navires post-panamax ( 49mde large, 366m de long, et 15,2 de tirant d'eau) pourraient bientôt concerner la moitié de la flotte marchandise mondiale !
Pour faire face, les autorités panaméenne ont décidé d'agrandir le canal. Les travaux ont débuté et le nouveau canal devrait être prêt vers 2016 si tout va bien. Les nouvelles écluses devraient également consommer 7% de moins que les écluses actuelles, le lac Gatun devrait voir son niveau s'élever de 45 cm afin d'obtenir un volume d'eau suffisant pour réaliser 50 éclusages par jour, contre 40 aujourd'hui.
Les portes d'entrée sud des écluses de Miraflores ont 25m de haut pour 730 tonnes.
Le canal fonctionne 24h/24, 365 jours par an. Le droit de grève est interdit aux 900 employés du canal. Son fonctionnement n'a été interrompu que deux fois: le 20 décembre 1989, le jour de l'opération militaire américaine pour capturer le général Noriega; et le 8 décembre 2010, après plusieurs jours de puies diluviennes. Les portes des écluses restaient ouvertes aus deux extrémités du canal pour évacuer le trop-plein d'eau.
Quelques chiffres: 40 navires par jour (plus de 14000 par an) et le trafic représente 5% de la flotte marchande mondiale. 13 700 km en moins pour un navire qui ferait New York et emprunterait le détroit de Magellan. Les tarifs sont suivant le type de navire et le tonnage; 700 us$ pour les petits navires (moins de 15m) et le plus élevé a été payé en 2008 avec 317000 us$. Le plus faible, 36 cents, a été réglé par Richard Halliburton, 75 kg........qui traversa le canal à la nage entre le 14 et 28 août 1928. On compte une quinzaine d'accidents par an dans le canal.
Voilou, voilà une petite page culturel sur le canal et son éternel ballet de navires et de Mulas.
Petite étape aujourd'hui car je suis parti tard, ma roue frottait sur le cadre et difficilement à remettre en état.
Passage par le pont des Amériques, seul lien entre l'Amérique du Sud et l'Amérique centrale,  Route pas en très bonne état, et encore un trajet qui monte et qui descend, et quelques fois inversement. Je pense que cela va être un peu le parcours journalier.
Je pensai hier encore à la femme flic de l'immigration, elle a dût se tromper, 500 us$ pour une taxe cela m'a parut énorme sur le moment et continue à me paraître toujours énorme. Si c'était le cas les guides et forum en parleraient. A mon avis, elle a dit 500 pour 50 us$, à moins qu'elle voulait se faire un petit cadeau offert par ce vieux gringo.
Hasta pronto !
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

PANAMA-samedi 21 et Dimanche 22 février 2015-320ème étape.

Cliquez pour agrandir l'image
Etape du jour:        PANAMA CITY (2m)
Distance jour:                  84 km
Déniv+jour:                      971m
Distance totale:              31132 km
Déniv+total:                    279123m
T°sur vélo:                          39°C
Hola amigos !
Je n'ai qu'une vague idée du Panama, si ce n'est son canal centenaire, le sulfureux Noriega et ce fameux chapeau qui vient en fait de l'Equateur !
La découverte du Pacifique décida à jamais le destin de l'isthme, au centre d'enjeux géopolitiques énormes, le Panama est devenu une voie de transit incontournable grâce à son fameux canal.
Que va me faire découvrir ce pays géographiquement d'Amérique centrale, historiquement d'Amérique du Sud (ancien département  de Colombie), culturellement un mélange d'influence latino-américain-chino-caribéenne ?
Contrairement à ses voisins d'Amérique centrale, le Panama est à l'abri des grandes catastrophes naturelles, ouragan ou tremblement de terre.
Pro mundi beneficio est la devise inscrite sur l'écusson de la république de Panama, et ses habitants adorent dire modestement  Panama, puente del mundo, corazôn del universo (Pont du monde, coeur de l'univers).
Panama City ou Ciudad est une capitale tropicale, vivante et cosmopolite, où la circulation est anarchique, les panneaux publicitaires géants, les bus pétaradants et les klaxons....Une capitale déboussolante et fatigante.
Demain je reprends la route, mais il faut que je trouve avant une boutique de vélo, la route était si mauvaise que j'ai cassé encore des rayons et la roue frotte encore, impossible de la remettre en ligne.
Je vous embrasse TOUTES et tous.
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

PANAMA-vendredi 20 février 2015

Hola amigos !
Ici tu apprends la patience.
D'abord beaucoup d'attente à Carthagène pour pouvoir embarquer avec le Vinso et la BoB, une première attente pour la douane, mais rapidement les douaniers dans la poche, photos avec eux et le Vinso, puis attente de nouveau pour l'émigration, là les nouveaux copains douaniers m'ont servi pour éviter une nouvelle queue d'environ 1000 personnes.
Embarquement.
A  13 heures on nous demande de quitter les cabines, pour pouvoir débarquer du ferry à ......16h30 (attente dans le hall du ferry) puis c'est l'émigration et une attente de.......3heures ! il y a ces 1000 personnes ou plus à passer, et toi t'es le dernier car il faut prendre le vélo, puis le laisser dehors, mais où ? bref tu te dé.......
Surprise ! pour le tampon du passeport ils me demande 500!$ ! quoi ! 500$ je fais répéter plusieurs fois, mais ils me disent que tous les touristes paient cette taxe, et ils me font voir les guichets voisins. Je n'ai pas 500$ sur moi et je sors la carte bleue, pas de machine, c'est en billets qu'il faut payé.....les deux jeunes femmes flics se regardent et font un tampon gratuitement, une sacré chance. Passage à la douane, le douanier veut fouiller les sacoches et faire renifler les affaires au chien, mais le chien manque de faire tomber le vélo à chaque fois qu'il renifle alors le douanier me dit de partir. Cela ne se passe pas si mal au Panama....
Colon est une ville dangereuse le jour alors je ne vous dis pas la nuit, interdit de traverser, je prends donc le premier hôtel près du port qui est un hôtel de luxe, mais sécurité oblige. 120$ la nuit, ça compense avec la taxe d'entrée économisée.
Demain départ sur Panama city, il fera jour.
Hasto pronto !
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : vendredi 7 octobre 2016