CHILI

CHILI - 30-31 octobre et 01 novembre 2014

Cliquez pour agrandir l'imageEtape du jour:                NACIMIENTO (99m)    VICTORIA (343m)    TEMUCO (123m)
Distance jour:                        112 km                            110 km                      70 km
Déniv+ jour:                            1086 m                          758 m                        727 m
Distance totale:                    27830 km                      77940 km                28010 km
Déniv+ total                          242060 m                      242818 m                  243545 m
T°sur vélo:                              15°/21°C  (pluie)            9°/21°C                      5°/15°C
Hola amigos !
Départ pour Nacimiento, 7h du matin (à l'hôtel) il pleut ! et il pleut bien, toujours la même question depuis 2010 et le Canada, "je fais quoi ? je pars ou je reste ?" et toujours la même réponse " ..et s'il pleut pendant huit jours, tu reste huit jours ici ?". C'est donc sous une pluie à grosses gouttes froides que je prends la route pour Nacimiento.
La journée sera découpée en tranches de pluie, soleil, pluie, soleil....avec les températures qui descendent lorsque je suis sous la pluie et remonte avec le soleil. Dommage d'avoir ce temps car je longe le fleuve Bio Bio qui est très très large, puis la campagne et ses élevages de chevaux,moutons et vaches, et toujours les fruits et les industries qui vont avec. Sur la fin du parcours, beaucoup de zones boisées avec principalement des eucalyptus ainsi que des usines de cellulose.
Le soir j'ai du mal à me réchauffer.
Belle virée également le lendemain avec beaucoup de bois, mais avec une variation d'arbres, notamment des pins. Puis toujours élevage et culture (pas mal de soja).
Pas de pluie, mais du VENT, et du vent froid et je ne trouve pas pendant toute la journée, la façon de me couvrir, sur les pentes, j'ai chaud, les descentes j'ai froid, sur le plat j'ai pas trop chaud.....
la journée à se couvrir et se découvrir.
Les Andes que je longe de nouveau sont beaucoup plus enneigées qu'au nord du pays (Santiago à 700 km), il semble que la neige soit assez épaisse encore. Les volcans montrent aussi de beaux sommets enneigés. Ils sont entre 2800 et 3800 mètres d'altitude.
Le soir, c'est le paradis j'ai du chauffage dans la salle de bain et dans la chambre. Cela n'empêchera pas de prendre une bonne petite soupe au dîner.
Ce matin départ avec le brouillard, il ne fait pas chaud, il me semble que le climat est en train de changer.
L'herbe des champs depuis hier est particulièrement verte et haute, il semble que l'arrosage naturel se fait fréquemment.
La région IX (ici on donne des n° aux régions) correspond à la région de l'Araucanie, qui est une région très touristique. La région du peuple indigène les Mapuches qui représente environ 40% de la population et qui vivent dans cette zone tampon entre la vallée centrale et les fjords du Grand Sud.
Temuco dont le nom en langue mapudungun signifie "eau de temu" (arbre médicinal utilisé par les autochtones pour se soigner) est le centre d'un territoire marqué par l'histoire du peuple Mapuche qui, bien que marginalisé, demeure une composante majeure de l'identité régionale. 13% des habitants de Temuco sont Mapuches. Si la ville n'offre pas un grand intérêt, on entre dans une région avec des centres touristiques importants, comme Pucon (demain) ou le parc national Conguillio. Ses volcans cités plus haut et la région des Sept Lacs (Panguipulli et Conaripe) qui nous emmène vers l'Argentine.
Le marché de Temuco est considéré comme l'un des plus beaux du Chili, mais la ville aujourd'hui est une ville presque morte, c'est la Toussaint, les boutiques sont fermées ainsi que beaucoup de restaurants. Que nada ! seuls les grandes surfaces sont ouvertes.
Mais ce ne peut être une mauvaise ville, car à l'entrée de la ville j'ai vu un stade avec .......des poteaux de rugby, enfin ! c'est le premier depuis...depuis....une éternité.
Puis j'ai croisé deux ambulances, SAMU 131, presque pareil qu'à la maison.
Voilou, voilà, la rentrée demain dans ces régions qui me seront sans doute d'un climat dur mais qui sauront me donner des beaux paysages. Je m'inquiète un peu de cette Patagonie qui me fait poser tant de questions; ai je suffisamment pour le froid ? suis assez informé sur l'itinéraire ? enfin bref plein de choses que je vais résoudre le jour le jour, comme d'habitude....
Infos de dernière minute, il pleut fort actuellement et la météo donne deux de pluie...alors, m....mais en Patagoniei contra viento y marea ! j'irai.
Je vous embrasse fort toutes et tous.
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHILE-CONCEPTION le 29 octobre 2014

Cliquez pour agrandir l'imageBuenas tardes, queridos amigos !
Que se passe-t-il dans la tête pour choisir un itinéraire qui vous amène à une ville sans grande valeur touristique? Que s'est il passé pour que je fasse un détour sur cette ville ? L'attirance du Pacifique ? je ne pense pas, depuis le temps que je le longe.....de l'Asie du Sud Est à l'Amérique latine, c'est le même. Peut être le rêve d'être embarqué dans un camion d'autopista....
Bref ! la ville est assez pauvre pour le tourisme (différents séismes plus 2010) puis il me semble que la population est plus pauvre que sur le nord du Chili, (région de Santiago) accentué par un vent omniprésent et froid, je ne vais pas être déçu de quitter la ville. Cela aura permis de faire une lessive et de me mettre à jour le blog. Hier je vous ai mis une vidéo du "rendez-vous en Argentine" ce soir je vous mets "Valparaiso" et "Argentine Nord et Centre" maintenant je suis à jour, gros travail.
Aujourd'hui mercredi la population de la ville est assez nombreuse autour du mercado et de la place de arma, on se croirait un jour férié, beaucoup de petites échoppes de fleurs également mais la Toussaint approche et ici fête religieuse oblige elle doit être célébrée. Comment est elle vécue, réponse dans deux jours. Il y a également beaucoup de petit stands de rue qui vendent des costumes pour Hallowen. Tiens ici aussi ?
Me baladant aujourd'hui il me vient une image que j'oubliais à chaque fois de mettre au blog, en Argentine et au Chili, beaucoup de chiens errants dans les villes, ils dorment sur les allées piétonnes, les places publiques et courent après les roues des voitures et des vélos. Voilou, voilà l'info est passée...
Demain donc encore la  région Bio Bio, puis ce sera l'Araucanie, et sa capitale Temuco, ses habitants en territoire du peuple indigène "les Mapuche". Mais tout ça c'est pour la fin de semaine et semaine prochaine.
Allez je vous embrasse toutes et tous très fort
Buenas noches, hasta pronto !
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHILI- Mardi 28 octobre 2014-282ème étape

Etape du jour:          CONCEPTION (15m)
Distance jour:                    66 km plus 42 en camion
Déniv+jour:                        566 m
Distance totale:                27717 km
Déniv+total:                      240974 m
T°sur vélo:                            18°C
Hola amigos !
Petite journée de bicyclta aujourd'hui, le service de l'autopista m'a bloqué au 60ème kilomètre environ.
J'ai pris à mon habitude ma ruta 5 puis une quinzaine de kilomètres plus loin je tourne à droite, direction Conception. Pas de panneau d'interdiction de vélo (ni de bicycleta), et une route identique à celle que je quitte, rien de plus . Quelques dizaines de kilomètres plus loin (environ 50) une voiture de l'autopista me double et s'arrête. Un gars en descend et me fait signe de m'arrêter. Pas possible de continuer me dit il, interdit aux vélos; Je fais signe de ne rien comprendre afin de saisir une chance de continuer, mais le gars insiste et je lui que ok, je comprends ce qu'il me dit. Interdiction de continuer, les deux gars me mettent des plots (sécurité) et me disent qu'un camion vient me chercher pour mettre le vélo dedans et qu'il me conduira à l'entrée de la ville de Conception. Les deux gars sont sympa et nous discutons (l'espagnol est revenu...) pendant un bon bout de temps.
Autour de Conception, on pénètre dans la région des mines de charbon les plus anciennes et les plus importantes du Chili, de la contestation ouvrière et également de la résistance mapuche (indigène).
Ville dont les tremblements de terre la détruisirent en 1939 (15000 maisons en ruines), 1960 et 20110. Nombreux déga^ts et scènes de pillages dans les jours qui suivirent.
C'est la plus grande ville au sud de Santiago et est surnommée "la porte du Sud". 215 000 habitants.
Je vais faire une halte de deux nuits, histoire de faire un brin de lessive, et de blog car j'ai du retard. Je mets ce soir une vidéo " Rendez-vous en Argentine"
Le premier contact avec l'hôtel a été négatif (pour le prix) mais la gentillesse des personnes travaillant à la réception m'ont fait rester en me faisant une bonne ristourne.
Donc, bonne chambre avec un wi-fi impeccable.
Très bon restaurant ce soir avec une parillada de viande avec un superbe vin rouge du pays. Mais vin costaud, la tête me tourne un peu....
En rentrant de la lavanderiaune personne du bureau de l'hôtel m'appelle et me dit que j'ai un paquet à mon nom, un paquet à mon nom ? mais personne ne sait que je suis ici ! Je lis le mot et la signature est Carla Bello mais je ne connais pas Carla Bello, dis-je; c'est moi me dit la jeune fille, ouvrez le paquet J'ouvre et il y a à l'intérieur une belle tasse pour café en métal et couvercle. Un gobelet pour personne qui voyage....à Vélo. Je lui dis évidemment un muchas gracias et lui donne mon adresse mail et du blog.....
Je vous souhaite buenas noches !
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHILI- 25-26-27 octobre 2014-279-280-281ème étape

Cliquez pour agrandir l'imageEtape jour:        CURICO (259m)    LINARES (121m)  CHILLAN (145m)
Distance jour:          93 km                      121 km                  106 km
Déniv+jour:              331 m                      211 m                    244 m
Distance totale:      27424 km                27545 km            27651 km
Déniv+total:            239953 m                240164 m            240408 m
T°sur vélo:                  29°C                        32°C                      28°C
Hola amigos !
En sortant de San Vicente, après quelques dizaines de kilomètres j'arrive à la ruta 5 indiquée avec un panneau d'autoroute avec interdiction aux vélos. Sur la droite une petite route donnant une direction contraire à celle que je dois prendre. Je demande à l'employé du péage la direction de Curico, il me fait signe de prendre la ruta5, mais l'autre ? non, ruta5 ! mais je suis à bicycléta... ruta5 !
Devant tant de conviction du préposé au péage, je m'incline et je prends donc cette autoroute ? voie rapide ? grande route ? j'y ai rencontré des policiers et même discuté avec eux, pas d'interdiction, j'ai croisé un cheval et son cavalier (sur la bande d'urgence) des arrêts de bus, des marchands d'asperges, de fruits.....et toujours ce panneau d'autoroute. J'ai une bande pour rouler (arrêt d'urgence) d'au moins deux mètres, je roule en parfaite sécurité mais en parfaite ignorance. Peut être interdit aux vélos mais praticable à bicycléta.
Le soir à Curico la terre à trembler, environ cinq secondes la première fois, puis sans doute pareil la deuxième mais moins fort. Cela fait une drôle d'impression, et cinq secondes finalement c'est long.
Les températures de ces derniers jours sont agréables et les jours sont longs (ça c'est pour me moquer de Marie).
Je suis dans la région de la vallée centrale, avec une activité agricole, la vigne est omniprésente (plus de 50% de la production chilienne) et on y cultive de nombreux fruits ainsi que légumes et céréales.
L'économie semble tourner autour de l'agro-industrie..
Il y a aussi à El Teniente (2500m) l'un des gisement de cuivre les plus riches du pays.
Les villes traversées n'ont pas trop d'intérêt car ce sont de jeunes villes, le terrible tremblment de terre de 2010 a fait d'énormes dégâts.
Passage dans la région du Bïo-Bïo qui porte le nom du fleuve qui coule entre les deux cordons montagneux, la Cordillère n'est jamais loin, et ses sommets sont encore bien enneigés.
La région est surnommée "région de la frontière" en raison de la résistance acharnée qu'opposèrent les indigènes à l'avancée des conquistadors. L'autoroute s'appelle d'ailleurs ruta del conquitadors.
Les Mapuches (hommes de la terre) une population peuplant le sud du Chili jusqu'à l'île de Chiolé.
Je suis ce soir à Chillàn crée en 1580 et qui a une drôle d'histoire; en 1599, les indigènes incendient la ville naissante. Une fois reconstruite c'est la terre qui la secoue lors du séisme de 1655. Elle est de nouveau reconstruite en 1664, quelques kilomètres plus au nord. Détruite par le séisme de 1751, elle est cette fois relevée à l'actuel du vieux Chillàn. Elle est à nouveau ruinée en 1835 mais les habitants tenaces, la ressuscitent pour la énième fois. Pour seulement un petit siècle, le tremblement de terre de 1939 la raye quasiment de la carte et cause environ 15000 morts (90% de la ville rasée). Mais les hommes sont plus têtus que les forces de la terre, le président Cerda ordonne sa reconstruction, et Chillàn devient l'une des villes les plus modernes du Sud. Pour combien de temps ? car le séisme de 2010 n'a pas été tendre à nouveau. A la fin ce doit être chillàn !
Hier sur la route j'ai croisé des autobus de supporters de foot (c'était dimanche) et là aussi le foot est violent en dehors du stade car les trois bus étaient escortés par des motards et voitures de police, presqu'autant de policiers que de supporters,faisant un boucan d'enfer dans les vieux bus.
Demain ce sera Conception et le Pacifique de nouveau.
ué descances, hasta pronto !
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHILI-Jeudi 23 et vendredi 24 octobre 2014

Cliquez pour agrandir l'imageEtape du jour:            SAN  PEDRO (188 m)      SAN VICENTE (130 m)
Distance jour:                    79 km                              93 km
Déniv+jour:                        1081 m                            574 m
Distance totale:                27237 km                      27331 km
Déniv+totale:                    239048 m                      239622 m
T°sur vélo:                            28°C                                  32°C
Hola amigos !
J'a pris ''la ruta del mar" mais plus exactement la route de l'océan. Pas de quoi s'émerveiller sur les quelques stations balnéaires que j'ai traversées, rien à voir avec Vina Del Mar, ici c'est pour les prolos, même plus si l'on stationne à Cartagena qui est des plus délabrée.
Après c'est une route tranquille avec quand même quelques camions qui doivent faire la route des port et la Patagonie, c'est certainement même le repeuplement en Patagonie vu le nombre de camions avec des moutons à l'intérieur. D'où viennent ils ? Benetton prépare sa collection .....
Devant le marché de San Antonio éclatement de la roue de la BoB ! pourquoi ? une grande entaille entre le pneu et le pourtour métallique, le pneu était encore bon, mais les trous ont le dernier mot. Il a quand même fait 16860 km car changé en Chine. Heureusement j'avais un pneu de rechange.
Cette dernière étape sur San Vicente n'a rien d'extraordinaire si ce n'est que la route printanière est plein de senteurs, et que cela a été une étape agréable, longeant l'immense lac Rapel d'un côté et les cîmes encore enneigées de la Cordillère de l'autre. Les Andes ne sont jamais loin et cela jusqu'au bout du monde elles y seront.
Arrivée à San Vicente, de suite à la recherche d'un magasin de vélo, car j'ai la jante arrière qui se fissure (oui ! encore), les mauvaises routes ont toujours raison sur la matériel , 11259 kilomètres, changée au Cambodge.
Ce soir à San Vicente deuxième corrida pedestre (non, Jean Louis n'est pas organisateur, dommage pour les enfants de Bousquairol) pour un parcours dans la petite ville de 2,5 km et 5 km. Avant cela échauffement sur la plaza de Arma style Véronique et Davina (bon, d'accord c'est le souvenir des vieux...).
Un petit message à Chloé, merci pour ta gentille invitation sur Santiago, mais comme tu le dis, je n'y suis pas passé en préférant Valparaiso. Tu vas avoir le temps de visiter cette ville également pendant ces douze mois, elle m'a conquise comme ville de découvertes, si tu y vas un jour, tu peux loger chez une Hospejade "La Bicyclette" Almirante Montt 213. Tél: +56 32 222 2415 voir aussi le site:www.bicyclette.cl Gilles est un Toulousain sympa, qui aiguille bien pour les visites, et la chambre pour la nuit est de 8500$ avec le petit déj. Je te remercie pour ton invitation qui était très gentille. Embrasse tes parents. Bises.
Voilou voilà, rien de spécial, juste des petites nouvelles.
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHILI-Mercredi 22 octobre 2014-276ème étape

Cliquez pour agrandir l'imageEtape du jour:        EL  QUISCO (13m)
Distance jour:                  73 km
Déniv+jour:                      1269 m
Distance totale:              27158 km
Déniv+total:                    237967 m
T°sur vélo:                          28°C   
Hola amigos !
C'est de nouveau le départ d'une ville qui m'a séduite par son aisance à la parcourir, par la simplicité de ses habitants une ville où il fait bon de déambuler au gré de son humeur, du vent, des pentes et de ses graffitis. J'ai lu et je ne sais plus si c'est Pablo Neruda qui disait Valparaiso ?  "une grappe de raisin".Si c'est lui, il la connaissait bien, il avait sa maison et aimait Valparaiso.
Si vous cherchez un jour une adresse pour passer quelques jour s à Valpa, pas de problème allez chez Gilles, l'houstal "la bicyclette" pas cher et on y est bien, comme chez un copain. Nous avons pris le petit déjeuner sur le patio avec les occupants de ces derniers jours, un jeune et sympathique couple de Bretagne, et non moins sympathique couple de.......Toulouse, dont la fille fait des étude sur Santiago, et comme les enfants font voyager les parents.......
Après une trentaine de kilomètres sur la sortie de Valparaiso (pente) sur l'autoroute ou voie rapide (je ne sais plus) j'ai pris une petite route, toute sinueuse mais fleurie et plein de senteur. Une bien agréable petite route même si celle ci était un peu discrète sur les informations de direction. Mais elle m'a emmenée jusqu'à l'océan que je vais longer pendant une journée.
Qué descanse !
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHILI - VALPARAISO - le 19-20-21 octobre 2014

Cliquez pour agrandir l'imagehola amigos ! qué tal ? Yo muy bien,gracias.
La région V du Chili ou la région de Valaparaiso est la plus peuplée et la plus touristique du pays. Les facilités d'accès depuis Santiago font d'elle un succès des Santiaguinos. Les touristes occidentaux préfèrent laisser aux Chiliens, Argentins et Brésiliens la fameuse Vina Del Mar qui attire plus d'un million de touristes chaque année. C'est vrai que lorsque qu'on arrive des hauteurs et qu'on emprunte le bord de mer, ça en jette ! une activité pleine de loisirs comme je le disais dans les news précédentes, du footing au vélo en passant par le skate sur le dallage style "promenade des Anglais" en plus long.
Je suis comme la plupart des occidentaux, plus attiré par Valparaiso et son labyrinthe de ruelles de ses ascenseurs brinquebalants,de ses escaliers et de ses collines colorées.
C'est un port qui transpire l'histoire, un mythe ancien des marins qui  après le passage du Cap Horn retrouvaient filles de joie. Mais depuis un siècle un déclin économique terni un peu l'image de ce port "perle du Pacifique, maintenant les bateaux passent par le canal du Panama.
Le charme de cette ville c'est simplement cet agglutinement  désordonné de ces maisons folles, aux couleurs vives. Il y a le centre ville qui borde la mer, et les cerrosc'est à dire 42 collines qui entourent le centre et qui portent toutes un nom propre, certains sont très connus, d'autres jamais visités par les voyageur. Mais ils ont tous en commun d'avoir une vraie vie de quartier.. Si le centre est facile pour s'orienter (trois grandes avenues et la mer), lorsque l'on monte cela devient un peu plus compliqué: c'est un enchevêtrement d'escaliers, de ruelles tortueuses (souvent pavées). J'ai passé les 3/4 de la  journée à me promener sur les hauteurs ( Alemania Montt ) sur les cerros de Allégre, Carcel, La Loma, San Juan de Dios,  Florida, Monias,  La Cruz et Conception un vrai bonheur pour les photographes et ceux qui aiment les graffitis. Au départ il y avait 49 cerros et neuf ont disparu ? les deux cerros les plus touristiques sont Conception et Allegre (où je suis), les plus appréciés des résidents artistes, bourgeois bohêmes et amateurs de culture et de gastronomie fine. Il y a de nombreux ateliers d'artistes, des boutique à produits équitables, galeries d'art, restaurants et hôtels.
Il existe quatre cimetières à Valparaiso, le 1 et le 2 puis le cementerio de disidentes (des dissidents) juste à côté et le Playa Ancha. Le 1 c'est là que furent enterrés les premiers grands noms de l'histoire de la ville et du pays, militaires, politiques et bienfaiteurs. Certaines tombes sont des vrais palais. Cementerio de los Dissidentes est un changement de décor, c'est beaucoup moins grandiose, ce ne sont pas des rebelles, mais simplement des non religieux ou des non catholiques ( Protestants, juif, musulman...) Même mort, des fois que les esprits transmettent des mauvaises ondes...
Puis le quatrième, le plus grand, on y circule en voiture et on a une superbe vue sur le Pacifique.
Lors d'un tremblement de terre, un bout de colline s'écroula, des cercueils glissèrent et s'ouvrirent sur les maisons du dessous, et il paraît que des squelettes étaient à cheval sur les toits des maisons de l'étage inférieure. (légende ?)
Valparaiso m'a conquis, tu peux te promener en totale liberté dans la ville et sans but, il y a toujours quelque chose à voir et à photographier. Je suis vraiment heureux d'avoir fait ce choix dans mon itinéraire, c'est un régal. Pour ceux qui connaissent Buenos Aires et le quartier de La Boca, c'est La Boca en puissance 20, La Boca est un petit quartier tandis Valaparaiso est une ville et une ville de 300000 habitants.
Encore demain pour une dernière visite puis ce sera de nouveau le départ.
Je vous souhaite buenas noches !
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHILI- samedi 18 octobre 2014-275ème étape

Cliquez pour agrandir l'imageEtape du jour:    VALPARAISO (30m)
Distance jour:                153 km
Déniv+jour:                    1088 m
Distance totale:            27085 km
Déniv+total:                  236698 m
T°sur vélo:                    10°/21°C
Hola amigos !
Un petit mot vite fait, demain se sera mieux. (j'espère);
Finalement ce sera Valparaiso qui aura l'honneur de me recevoir. Je ne savais vraiment choisir entre Santiago et Valparaiso, le premier est dans mon itinéraire prévu, le second me fait faire un détour sur le NO et redescendre sur la côte ensuite. Santiago que j'ai vu une journée lors de mon excursion pour l'île de Pâques est intéressante au centre ville (active ) autour de la plaza de Arma, quelques musées, tandis que Valaparaiso est une ville de créateurs, de poêtes, d'artistes. C'est la Boca puissance dix, et lorsque j'ai cherché des renseignements sur les deux villes, je suis tombé sur la page de où te loger ?:
Hospedage La Bicyclette, Gilles, un Fançais de Toulouse. Comment éviter cette enseigne de la petite reine, et de passer outre d'un Toulousain ? En plus les commentaires sont très bons.
Me voici donc à Valparaiso. C'est une ville où il ne fait pas bon se tromper de rue pour aller à l'endroit désiré, j'ai fait deux erreurs (pas de plan de ville) et les mollets s'en souviennent...
Pour venir de Los Andes, je ne saurai expliquer la route à prendre, car j'ai l'impression d'avoir pris une autoroute, avec panneau d'interdiction, mais les locaux me disaient que c'était la seule route et que je pouvais la prendre, avec arrêt de bus, marchants de fruits sur le bord, des klaxons mais pas pour m'eng..., pour m'encourager. J'ai même demandé à un peage si je pouvais continuer. pas de problème seulement à un moment un tunnel et un panneau d'interdiction aux vélos. Que faire? pas de retraite possible, en serrant les fesses ça doit se faire.....ça s'est fait ! une route à faire travailler la tête autant que les mollets.
Puis c'est l'arrivée sur Vina Del Mar qui est la ville balnéaire de Valparaiso, grande avenue le long du Pacifique, hôtels, restaurants, baraques de sucreries et de jouets pour enfants, les gens se promènent à pied ou en bicyclette. L'avenue m'emmène jusqu'à mon cerro (colline) et je dois pour arriver mettre pied à terre sur cette montée en pavés.
Demain visite, je vous raconterai....
Que descanse !
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHILI- Vendredi 17 octobre 2014-274ème étape

Cliquez pour agrandir l'image
Etape du jour:          LOS ANDES (900m) Chili
Distance jour:                    90 km
Déniv+jour:                        1402 m
Distance totale:                26932 km
Déniv+total:                      235610 m
T°sur vélo:                          6°/27°C
                                  Col n°37:  3209 m
Buenas tardes, queridos amigos !
La dernière étape de l'Argentine (premier tronçon) a été dure, physiquement et nerveusement.
Départ à 7h20 afin de pouvoir rouler le plus longtemps possible sans le Zonda, mais il est déjà là, présent avec une belle santé !
La nuit a été bonne, mais je sens les cuisses encore dures, mais si la première étape a vue les crampes arriver, les étapes suivantes ont été suivies d' étirements nécessaires.
14 kilomètres de montées avec en plus du dénivelé ce vent fort et froid. Je ne maîtrise pas du tout Vinso et je suis obligé de ma coucher de temps en temps sur lui dans les plus fortes bourrasques. C'est épuisant nerveusement car j'attends la mise au sol comme avant hier, heureusement peu de camion dans ces premières heures. Lorsque j'arrive au dernier hameau argentin, j'espère me prendre un bon chocolat chaud, mais tout est fermé. Puis c'est le tunnel du "christo Redemptor" long de 3,5 kilomètres, j'angoisse un peu car dans les tunnels précédents le vent s'engouffre à l'intérieur et le vent prend de la puissance, et moi qui n'aime déjà  pas les tunnels....je suis arrêté par un gendarme qui me dit que je ne peux pas passer au tunnel et qu'un camion viendra me prendre dans environ dix minutes. Je n'ai rien contre, mais vraiment rien ! c'est même une bonne nouvelle.
Le temps de prendre un chocolat chaud à une guérite près de la gendarmerie, et nous chargeons Vinso, la BoB et les bagages à l'arrière du  camion et moi en cabine. Trois kilomètres et demi plus loin je remonte le convoi afin de passer la frontière qui se trouve à quatre kilomètres.
Séance photos avec des motards Brésiliens qui viennent faire une virée en Argentine et Chili. Beaucoup de fraternité entre les motards qui font de la route et les "bicyclétas" qui font eux aussi de la route. toujours un coup de klaxon, un bras ou un pouce levé. La séance ne dure pas et tant mieux car je suis frigorifié.
Heureusement le passage à la douane se fait rapidement, un papier spéciale comme quoi je quitte le territoire argentin avec un vélo (remis aux Chilien 200m plus loin), tampon de sortie argentin et d'entrée chilien, puis un coup d'oeil sur mon sac (mais vraiment un petit coup d'oeil) et bonjours Chili avec cette descente qui serait tellement agréable sans ce vent, sur des portions j'étais à fond sur les pédales et le compteur marquait 15 km/h !
Heureusement le vent a fortement baissé de force dans la vallée, et je m'arrête dans la première ville de moyenne importance après la frontière, les cuisses en feu.
Il faut savoir maintenant si je pars sur Santiago ou sur Valparaiso.
Nous verrons cela avant de faire une bonne nuit précédée d'une bonne douche chaude, et peut être un petit verre de ce vin chilien.
Je quitte l'Argentine et à quinze jours près j'aurai pu faire un resto avec Jean Louis...vraiment dommage.
Qué descanse !
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : vendredi 7 octobre 2016