MALAISIE

MALAISIE-Lundi 31 mars 2014 - 189ème étape

Cliquez pour agrandir l'image
Etape du jour:    PEKAN  NANAS
Distance jour:      98 km
Déniv+jour:          347 m
Distance totale:  19701 km
Déniv+total:        153178 m
T°sur vélo:          38°C
platane yang baik
La dernière étape a été une étape à mouiller le maillot, car j'ai pris un sacré bel orage en arrivant sur Pekan Nanas, et Pakune Nanas pour m'essuyer le dos et me réchauffer. J'étais à une trentaine de kilomètres lorsque l'orage (journalier) est arrivé, moi au milieu des cocotiers, ça péter de partout j'avais l'impression que la foudre tombait juste autour de moi, les fossés de suite débordants, la route se recouvrant assez rapidement d'une petite épaisseur d'eau. Quand ça tombe, ça tombe ! je me suis même demandé un moment s'il fallait que je sorte le casque pour me protéger la tête.(elle est importante chez moi....). Heureusement j'ai trouvé à me protéger sous le chapiteau d'un vendeur de fruits qui a bien voulu m'accueillir sous sa toile. En plus ça sentait bon les fruits, j'ai donc consommé...en attendant la fin des hostilités.
J'ai rencontré à la reprise un jeune Coréen qui était encore sous un abris bus, nous avons discuté, échangé les cartes, les adresses et il a pris une photo qu'il m'a envoyé le lendemain. Moi j'avais l'appareil au fond des sacoches pour le protéger de la pluie et comme il pleuvait encore un peu je n'ai pas osé le sortir.
Avant cet orage je m'étais beaucoup attardé avec les locaux à discuter autour d'un jus de fruit ou à croquer des fruits ou encore à déjeuner. J'ai pris le temps de savourer la dernière journée. Que les Malais sont gentils !
Petit hôtel sympa, restaurant de rue, une soupe qui m'a rappelé avec ses piments une certaine omelette il y a quelques années. Ici c'est épicé !!
Demain Singapour
Allez mêla yang baikinso
Le Marcelou et Vinso



        
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHILI- Mardi 01 avril 2014- étape spécial F1

Cliquez pour agrandir l'imagehola, ¿cómo estás? me va bien
He oui ! je vous écris en espagnol. Je me dépêche (je n'ai que 15mn) depuis deux pas de nouvelle, mais pas disparu comme la Malaisie sait faire.
Voilà; en arrivant de Malaka il y avait une exposition de voiture Mercedes et la firme avait mis en expo un F1 avec la participation de Nico Rosberg celui qui est arrivé deuxième au grand prix de Malaisie. Il n'y avait pas le gagnant Hamilton.
Bref ! je m'approche pour regarder cet attroupement car je n'avais pas vu la formule 1, et finalement avec le Vinso et la BoB, les regards se sont mis un instant sur moi, si bien que le staff de Mercedes s'en apercevant est venu me voir. Nous avons évidemment discuté de la course mais surtout de mon parcours. Petite collation et boissons dans un salon privé, et là........une proposition incroyable.........
Voulez vous venir en avion privé  avec nous jusqu'à Santiago du Chili ? vous auriez dit quoi vous ?  Banco !
Je suis donc arrivé (fatigué car le voyage a été long) à Santiago, avec le Vinso et la BoB à l'hôtel Calton et je dois rejoindre le staff à la réception...je. vous raconterai tout en détail demain.
mañana para obtener más detalles
le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

MALAISIE- Vendredi 28 et samedi 29 et dimanche 30 mars 2014- 186-187 et 188ème étape

Cliquez pour agrandir l'image
Etape du jour:    PORT DICKSON          BANDAR MELAKA        BATU PAHAT
Distance jour:      78 km                              86 km                          121 km
Déniv+jour:          751 m                                684 m                          238 m
Distance totale:  19396 km                          19482 km                    19603 km
Déniv+total:        151909 m                          152593 m                    152831 m
T°sur vélo:          36°C                                  35°C                            37°C
platane yang baik
Je quitte cette agréable ville de Putrajaya avec l'impression que les gens y vivent bien au milieu de toute cette verdure, cette propreté dans la ville, ce calme et cette douceur de vivre, mais qu'il doit y avoir un prix. Je pense que ce sont des résidents avec des moyens, pouvant faire le trajet KL rapidement par l'autoroute, l'aéroport international est proche ainsi que le circuit de vitesse qui programme beaucoup de courses de voitures (dont la F1) et de motos.
Il y a aussi en Avril une épreuve Iron man comptant pour le championnat du monde et j'aurai bien voulu les voir évoluer dans cette nature, idéale pour faire du sport. Je lirai les commentaires de l'épreuve.
J'ai fait un petit détour pour allé voir les F1 rouler sur le circuit pour le Grand Prix de dimanche. Je peux donner le podium, et la  photo... après le social-politico des pays précédemment traversé, c'est au tour du sport. Quand on est multi-cartes...c'est ça la classe....Le circuit est donc en pleine verdure lui aussi au milieu des cocotiers et d'héveas. Il y avait déjà pas mal de monde sur le trajet, et je pense que demain et dimanche ce sera la grande foule. Hier à Putrajaya les hôtels étaient ''complet'' et j'ai eu de la chance de trouver une chambre dans un hôtel immense. Il y a pas mal de monde qui travaille autour de la F1,et les personnes arboraient des chemises avec logo de leur entreprises ( pneus,carburant,télé...) les tables de ces groupes étaient nombreuses dans les restaurants.
Donc une petite étape après ce petit contrôle du GP de formule 1, qui me ramène sur le bord de mer de la province de Negeri Semblan, une des plus petite province du Pays. C'est le pays des Minangkabau venu de Sumatra au XVème siècle, et si la culture de ces derniers a pratiquement disparu, leur gastronomie très épicée est toujours présente, je peux le certifier.
Demain je devrai être à Melaka qui était l'un des plus grands ports commerciaux d'Asie du Sud-Est lorsque Kuala Lumpur était encore un marécage et Pénang pas encore devenu ''la Perle de l'Orient''.
A voir.
Bandor Melaka: J'arrive dans cette ville avec un orage comme il en fait ici (presque chaque soir) mais aujourd'hui il était costaud. J'ai essayé d'aller plus vite que les nuages, j'étais à fond mais obligé de s'arrêter au feux rouge alors que les nuages non ! bref, je suis à deux kms du centre ville, j'ai pris de l'abris sur une station essence mais les locaux m'ont dit que ça allait durer et j'ai donc repris la route et pris le premier hôtel. Dommage car la route d'aujourd'hui était superbe, un plaisir de pédaler sur une route de qualité, avec des bords entretenus et un paysage de cocotiers et parfois de ''jungle''. Les singes marchant à quatre pattes sur les fils électriques qui traversent la route, et balançant des noix de coco sans doute pour qu'elles se brisent afin de manger. C'est pas la vallée de la Léze ......et pas de vent doc. Jean Luc tu peux faire le prochain RER.
Vous comprenez bien que je ne vais pas vous parler de Bandar Melaka car je reste à l'abris et nous verrons pour la visite demain.
Bandor Melaka, Mallacca, orthographe différente mais c'est la même ville. Inscrite au patrimoine mondial de L'Unesco en 2008 elle confirme qu'elle est l'une des destinations touristiques de Malaisie. Ce matin nombreux bus de Chinois et de Japonais étaient sur place, et lorsque les deux sont sur place, ça mitraille de partout, les miss chinoises posent pour leurs hommes et restent longtemps, très longtemps devant l'édifice que tu veux prndre, mais seulement l'édifice...
J'ai donc passé la matinée sur la visite de la ville, mais franchement assez déçu, car voir Chinatown alors qu'il y a quelques mois j'étais en plein Chinatown ! et il y a quoi dans les Chinatown ? des lanternes en papier rouge, un temple et des boutiques de souvenirs et des restaurants. Heureusement quelques maisons d'architecture portugaise et perenakan ainsi que le temple bouddhique, la mosquée et l'église catholique les plus anciens du pays. Cela respire cette tolérance existant depuis des siècles.
J'ai discuté aussi avec deux Chinois qui militent pour la liberté en Chine et pour la libération des détenus politiques en Chine.
Puis j'ai pris encore une belle route, bien plate comme le montre le déniv+/km, cela faisait longtemps que j'avais du plat aussi long.
J'ai même croisé des cyclistes qui faisaient sans doute un RER, car ils roulaient bien et il y avait un petit à l'arrière qui essayait de faire les panneaux à ses copains, mais comme dit Dim, comme il n'avait plus de jambe, plus de langue car il les avait fait avec avant la course, il ne lui restait que les bras. On sentait la fatigue et le manque de d'entraînement mais ses copains étaient content qu'il soit là....(enfin)
Il aura les yeux fermés pour le GP F1 de Malaisie.
Enfin ! j'ai rencontré un cyclo-routard, Adam un Anglais qui arrive de Singapour et remonte sur la Chine. Il est partit avec mes cartes des pays traversés.
Je ne suis qu'à 150 kilomètres de Singapour que j'atteindrai donc dans deux jours (doucement la fin de l'Asie) profitons de la douceur du paysage et de la gentillesse des Malais.
Allez mêla yang baikinso
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

MALAISIE- Jeudi 27 mars 2014 - 185ème étape

Cliquez pour agrandir l'imageEtape du jour:    PUTRAJAYA
Distance jour:        83 km
Déniv+jour:            461 m
Distance totale:    19318 km
Déniv+total:          151158 m
T°sur vélo:            40°C
petang yang baik
Cette grande ville qu'est la capitale de la Malaisie, Kuala Lumpur est entourée de jungle mais est une ville aux gratte-ciel étincelants et aux multiples voies express. La victoire de l'homme sur la nature ?
Non, je n'ai pas ressenti cela malgré mon mal être dans les grandes villes. KL à des lacs, des jardins grands et magnifiques, c'est l'une des villes les plus vertes d'Asie du Sud-Est. Sur le plan urbanisme KL est une ville à la pointe du modernisme, elle présente l'audace et la diversité. A l'image de la population elle est métissée, fantaisie mauresque et un mix de constructions contemporaines chinoises, indiennes et malaises. u centre le Golden Triangle, le grand quartier d'affaire, de commerces et des loisirs. Il est dominé par les fameuses tours Petronas , qui regroupent parc, palais des congrès, centre commercial et salle des concerts. Deux aiguilles de 88 étages couvertes d'acier et hautes de 452m, sont le siège de l'entreprise nationale pétrolière et gazière Petronas et de quantité d'autres. Malgré l'audace de la modernité de ces tours, les évocations de l'islam sont évidentes dans la conception de ces tours. Le plan du rez de chaussée est basé sur une étoile à huitt branches, qui renvoie aux arabesques; la division en cinq parties des tours, ce qui symbolise les cinq piliers de l'islam; et encore les mâts de 63m qui les couronnent rappelant les minarets d'une mosquée.
Au 41 ème étage, une passerelle reliant les deux tours à 170 m au dessus du sol.
Les quartiers de Chinatown et de Little India.
La capitale est à l'image de son pays qui avec ces trois cultures différentes vie cette jolie diversité avec une telle évidence que cela me fait rêver à cette tolérance qui nous manque tellement chez nous en France. Voir le résultat de ce week-end...Ces communautés vivent ensemble et il n'est pas rare de voir un temple indien, une mosquée et une église proche les uns des autres, mais les pratiquants cohabitent paisiblement. Ce qui fait que la nourriture est aussi variée que sa population et te donne la possibilité de te diversifié dans tes collations. Un vrai plaisir !
Bref ! cette ville m'a séduite.
Aujourd'hui je vais faire une petite étape pour allé visiter cette ville nouvelle qu'est Putrajaya. Cette ville flambant neuve est le rêve du premier ministre de l'époque 90 Mahathir.
Une cité verte construite autour d'un lac artificiel de 600 ha, parc paysagers ainsi qu'une architecture éclectique de ponts et de bâtiments. Putrajaya est une parfaite vitrine d'urbanisation et d'ambition démesurée. Un boulevard grandiose par rapport à la circulation de la ville, le bureau du premier ministre avec son dôme safavide (Iran) ainsi que des bâtiments abritant des divers ministères. La ville compte neuf ponts, tous de style différent. Le plus long, le Putra Bridge (435m) est une réplique du pont Khaju d'Ispahan en Iran.
Pour apprécier le mieux les bâtiments et les ponts, j'a fait une balade organisée en bateau et qui dure environ 45mn.
Voici la journée tranquille et culturelle de ce 23 mars.
mêla yang baikinso
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

MALAISIE-Dimanche 23 et lundi 24 mars 2014-183 et 184ème étape

Cliquez pour agrandir l'imageEtape du jour:    RAWANG                      KUALA LUMPUR
Distance jour:  116 km                                52 km
Déniv+jour:      753 m                                570 m 
Distance totale:  19183 kms                      19235 km
Déniv+total:  150127 m                            150697 m
T°sur vélo:    46°C                                    Pas regardé
hello kawan-kawan yang dikasihi dalam modal Malaysia: KUALA LUMPUR
He oui ! déjà à Kuala Lumpur
L'étape d'hier était merveilleuse, une asphalte lisse assez neuve, où je n'entendais rien, même pas Vinso, le silence complet. Quel plaisir de rouler ainsi, ce qui m'a permis de partir dans mes rêves.
(en plus de voyager, il s'évade) La route était magnifique, petite route avec le bas côté entretenu, l'herbe tondue, avec comme voisines des collines avec une végétation de jungle, puis le bord de route des plantations de jeunes palmiers (huile ? noix de coco ?) et d'un autre arbre local. De temps en temps des bougainvilliers. Puis dans les arbres, non pas des écureuils mais des singes. Heureusement ce formidable panorama  permet d'oublier que je roule  avec  46°C ,et avec cette humidité, c'est assez pénible. Je m'arrêtais à presque toutes les boutiques des stations à essence afin de faire le stock d'eau fraîche et quelque fois de coca.
Les Malais et Malaisiens sont des gens adorables, très serviables, venant te voir avant que tu leur demande un renseignement, tous le monde parle avec des mots d'anglais, du vieux sur le bord de route au jeune sur sa moto.
Rencontre en fin d'après midi avec un jeune professeur de Français.
Arrêt dans une ville tristounette, dans un hôtel tristounet mais pas cher et départ ce matin au lever du jour.
Un rapide coup d'oeil au levé pour prendre des nouvelles des élections en France, et à la vue des résultats je me dis que j'ai de la chance d'être si loin afin de ne pas avoir des commentaires à faire sur ce triste dimanche. On verra dans un peu plus de deux ans.
J'ai fait un détour par les grottes de Batu à une quinzaine de kilomètres de Kuala Lumpur, dont j'avais vu un reportage à la télévision française sur un pèlerinage.  Une colline de calcaire escarpée dissimule d'impressionnantes grottes. Elles ont été découvertes par un naturaliste américain il y a 120 ans. Peu après les hindous bâtirent un petit hôtel dans la  grande grotte, qui prit le nom de grotte du Temple. Une gigantesque statue dorée de Muruga, ou seigneur Subramaniam, à qui sont consacrées ces grottes, se dresse au bas des 272 marches conduisant à la grotte du Temple. Les poules,coqs et singes gambadent autour des autels, rendu minuscules par les dimensions du site.
Tous les ans entre fin janvier et début février, un million de pélerins convergent ici durant les trois jours du Thaipusam. C'est la plus spectaculaire des fêtes hindous de Malaisie et de Singapour.
Le cortège part de Kuala Lumpur (quartier chinois) jusqu'au grottes de Batu. Les observateurs réagissent à la vue des dévots qui apportent, en remerciement de prières exaucées, une offrande de lait dans des paal kudam pots souvent suspendus à même la peau par des crochets. Les vel kavadi sont de grandes cages hérissées de piques transperçant l'épiderme des porteurs, décorées de plumes de paon, d'images de dieux et de fleurs. Certains se percent la langue et les joues de crochets, de piques ou de tridents.
La fête est l'aboutissement d'environ un mois de prières, de régime végétarien et de préparations rituelles, parmi lesquelles figurent l'abstinence sexuelle et dormir sur un sol dur. Les participants, dans un état proche de la transe, ne ressentent en apparence aucune douleur. Leur plaies sont traitées avec du jus de citron et des cendres sacrées pour éviter les cicatrices.
Evidemment ceux qui tentent d'accomplir sans préparation suffisante sont pansés par des médecins pendant la durée de la fête ainsi que ceux qui font des malaises après des activités aussi éprouvantes.
Originaire du Tamil Nadu, la fête de Thaipusam est aujourd'hui interdite en Inde. Elle est célébrée également à  Penang et à Singapour.
Ce matin des hommes et femmes légèrement handicapés sont montés en haut des marches pour s'allonger devant l'autel.
Je ne comprendrai jamais complètement les façons de conduire et de pratiquer les religions pouvant aller à des extrêmes.
Puis c'est l'arrivée sur la capitale, et ses nombreuses voies périphériques, ses ponts supportant métro aérien, voitures... et ses grandes tours de verre. Demain  visite.
Surprise à l'hôtel !!!! j'avais pour une fois réservé, car cette semaine c'est le grand prix de Malaisie en F1 et nombreux hôtels allaient être pris. J'ai donc réservé hier soir et je ne sais pas ce qui s'est passé ou ce que j'ai fait, mais je me retrouve avec une suite, deux chambres, deux salles de bain, un grand salon avec bar. A l'annonce de la réceptionniste sur les deux chambres (je n'avais pas encore vu le salon et bar) je lui dis qu'il doit avoir erreur. Vérification sur son ordinateur, vérification de la réponse de la réservation sur le mien (arrivée cette nuit) . Effectivement la réponse donnait deux chambres (?) Je demande si c'est possible d'annuler et de prendre seulement une chambre normale, Impossible et en cas d'annulation la carte de réservation est débitée. En plus je prends toujours un hôtel centre ville et là il est éloigné du centre. J'ai tout réussi !  J'étais  pourtant me semble-t-il remis de mon état faible, la chaleur a due me cogner un peu trop sur la tête...
Bref ! j'ai un problème dans quelle chambre vais je dormir ?
Saya tidak tahu apa yang bilik saya tidur, tetapi saya memberitahu anda Selamat malam.
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

MALAISIE - samedi 22 mars 2014 - 182ème étape

Cliquez pour agrandir l'imageEtape du jour: BIDOR
Distance jour:  75 km
Déniv+jour:  382 m
Distance totale:  19067 km
Déniv+total:  149374 m
T°sur vélo:  je n'ai pas regardé

Je ne sais pas si les News sont passées avec cet internet aux coupures fréquentes, aujourd'hui je vais regardé car ça a l'air plus performant.
J'ai arrêté de pédaler très tôt, je n'avais pas de jambe, le bide était encore en travail, même si ça va mieux les jambes sont faibles. Quand je pense que le Claudius s'est fait enlevé un bouchon dans l'oreille alors que moi je donnerai une fortune pour un bouchon.
Malgré tout je suis allé voir Kellie's Folly (la folie de Kellie). Un Ecossais William Kellie Smith, riche propriétaire d'une plantation d'hévéas et amoureux de l'Inde, construisit un château pour son fils. Il fit tout venir d'Inde, des briques aux artisans et ouvriers, pour bâtir ce qui aurait dû devenir l'une des plus belles demeures de Malaisie. Mais à sa mort en 1926, les travaux furent abandonnés par la famille. C'est devenu un site touristique.
Une bonne journée de repos, et demain meilleur. Je suis environ à 150 plus ou moins 20 km de Kuala Lumpur, dans deux jours je serai à la capitale. Et chez nous, la capitale elle sera à qui ?
Je vous quitte, je vais allé faire une petite sieste et envoyé les news. Je vous ai mis une vidéo de la Thaîlande.
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

MALAISIE-Lundi 17 mardi 18  mercredi 20 Jaudi 21 mars 2014 - 178-179-180-181ème étape

Cliquez pour agrandir l'image
Titre 1:valeur 1
Titre 2:valeur 2
Titre 3:valeur 3
Etape du jour:  ALOR SETAR                          GEORGETOWN                        KUELA KANGSAR              PULAI                           
Distance jour:  37 km                                        104 km                                        130 km                            71 km                                               
Déniv+jour:  248 m                                            329 m                                        353 m                            359 m
Distance totale:  18687 km                              18791 m                                      18921 km                      18992 km                   
Déniv+total:  147951 m                                    148280 m                                    148633 m                      148992 m
T°sur vélo: oublié de regarder                        38°C                                            40°C                              40°C                     
Hello
Je quitte Langkawi  ce paradis tropical ou le vert des palmiers et de la jungle contraste avec le bleu de la mer d'Andaman. Cet archipel de 99 îles a parait il des couchers de soleil rouge sang, violet profond mais les deux soirs il y eu de la pluie. Un autochtone me disait que ça fait trois mois sans pluie et là deux jours de suite en soirée. Cette île est belle, a une multitude de plages et criques de sable blanc et n'est pas très défigurée par le bétonnage, peut être à cause de sa grandeur (500 km/2) .
Le nom de Langkawi combine les anciens mots malais helang (aigle) etkawi (fort). LA littérature classique malaise affirme que l'île est l'une des retraites de Garuda, l'oiseau mythologique, véhicule de Vishnu. L'île entière est baignée de légendes.
J'arrive sur le continent à Kuela Kedah, ville que je n'arrive pas à situer, pas sur les cartes touristiques et je n'ai pas trouvé d'endroit sur l'île pour acheter des cartes. Mon premier travail c'est de chercher des cartes routières que je trouve sur la première grande ville Alor Setar. Non ! il  n'est pas trop tard ( elle était facile) pour faire mon itinéraire de demain qui devrait me conduire sur une autre île,
l' île de Penang (Pulau Pelang) qu'il faut visiter pour son histoire. Elle se trouve à une journée de vélo et si rien ne m'arrête en route, je devrai dormir là bas.
Pulau Pelang est le plus ancien des comptoirs britannique des Détroits avant même Singapour et Malacca. Elle aurait été favorisée par sa situation géographique qui lui permet de relier les deux moitiés de l'Asie ainsi que l'accès maritime aux marchés de l'Europe et du Moyen Oient. Penang assurait ainsi la jonction entre les deux cultures les plus influentes d'Asie et les empires coloniaux qui les ont conquises.
J'ai l'impression d'avoir quitté un pays musulman en mettant le pied sur l'île car la population de celle ci, dominée par les Chinois est issue d'une mixité favorisée par sa situation géographique. Il paraît que la culture unique de cette île qui s'est établie au fil de plusieurs décennies de colonialisme, de commerce, de tourisme et de préservation des traditions, est l'une des plus tolérante et des plus cosmopolites de Malaisie.
Georgetown est une des enclaves d'expatriés les plus populaires d'Asie. Petites rues,  vieilles maisons chinoise, bâtiments de l'époque coloniale....
J'ai loué un scooter (quatrième Michel ) afin de pouvoir parcourir l'île plus facilement et rapidement.
La ville est à l'image de ses habitants, des endroits pour manger dans la rue tous les cent mètres, en une heure de temps ils transforme un quartier calme et désert en un quartier nourrissant des centaines de personnes assises inconfortablement sur des chaises, tabourets plastique et une vrai ruche culinaire se met en route pour la soirée.
Je ne sais pas si je vais pouvoir envoyé ces news, car si wi-fi est partout, il ne marche pas très bien et il y a énormément de coupures.
jeudi 20 mars 2014
Effectivement je n'ai pas envoyé car coupures toutes les cinq minutes....peut être ce soir...
J'ai pris le ferry assez tôt, il était complètement rempli ainsi que celui qui venait dans l'autre sens, et sans doute les précédent et les suivant. Il serait mieux que ces gens qui viennent du continent pour travailler sur l'île et les gens de l'île qui vont travailler sur le continent puissent un jour échanger leur travail. Gain de repos pour ces gens et gain sur la pollution, mais c'est un rêve !
Un petit peu galère pour sortir de cette ville qu'Butterworth (je n'avais pas mis le gps) et route assez agréable avec des bougainvilliers de toutes les couleurs et de grosseurs différentes.
Les Malais sont des gens accueillant, prêt à rendre service et assez curieux, ils viennent te voir et te demande d'où tu viens, où tu vas, combien de kilomètres par jour.......
Kuala Kansgar où je suis arrivé aujourd'hui le siège du sultan de la province de Perak, Kuala Kangsar est l'une des cités royales de Malaisie.
Cette ville est profondément malaise et a joué un grand rôle, ces deux derniers siècles, dans la naissance de la Malaisie moderne. Elle fut la première place forte des Britanniques.
Kuala Kangsar est aussi le berceau de l'industrie malaise du caoutchouc, mais l'essor des grandes villes voisines provoqua le déclin de cette ville qui devint une bourgade paisible, ancrée dans les traditions.
Je n'enverrai pas encore les news, car c'est galère ! rien dans la chambre et poussif dans le hall de l'hôtel. Il y vraiment un problème internet en Malaisie !
Depuis que je suis en Malaisie il y a un de la pluie tous les jours, pour l'instant j'avais fini le vélo, j'espère que ça continuera, bien qu'avec l'humidité qu'il y a au bout de cinq minutes de vélo et je suis trempe.
Je vous quitte en vous souhaitant malam yang bai
Vendredi 21 mars
Vous allez pensé que la Malaisie à un don de faire disparaître les gens, car depuis que je suis sur le continent impossible d'envoyer un mail ou le blog. Je mets 1/2 h pour arriver à ma page orange et 1/2h pour ma page courrier, et aucun lien ne marche, c'est vraiment le b..., dans les hôtels ils te disent oui j'ai la wi-fi et tu n'as rien, il paraît que c'est parce que beaucoup de gens sont branchés....tu parles ils ont un système défectueux. J'ai lu que c'était les rois de la bricole pour les logiciels et que même les entreprises avaient des logiciels de copie, ce qui a amené le gouvernement à faire la chasse pour que  celles-ci soient avec des logiciels conformes afin de travailler correctement. Ce doit être la même chose pour les hôtels...
J'ai passé la nuit sur la cuvette des wc, je me suis complètement vidé. Je ne sais pas où j'ai pris, mais j'ai pris ! même les draps s'en souviennent. Je ne sentais rien , ça coulait....en fin façon de dire que je ne sentais rien...Ce soir par précaution je vais me faire des couches.
J'ai pris la route avec encore un ventre qui n'était pas costaud ainsi que les jambes qui étaient un peu molles, je sentais les muscles fragiles, je m'efforçais de boire un peu plus afin d'éviter la déshydratation. J'ai fait une étape courte, place à la récupération.
Le départ du matin ce n'est pas très agréable, tout est mouillé, le vélo est comme passé sous l'eau et toi comme passé sous la douche, les vêtements te collent à la peau et c'est ainsi jusqu'au début de l'après midi. Il n'y a que lorsque tu es sous la douche que tu es bien.
Je me suis quand même arrêté sur un temple grotte, car Ipoh est entourée de collines calcaires si bien que tu as l'impression que la jungle va t'arriver dessus. Elles sont criblées de grottes, auxquelles on a toujours attribué un pouvoir spirituel. Puis au fil des ans, ces lieux de méditations sont devenus de véritables temples. Pour le temple visité, Perak Tong c'est un ensemble impressionnant de cavernes. Les murs du temple sont décorés de peintures à côté des bouddhas theravada (du sud-est asiatique) et Chinois, ainsi que des saints bouddhistes. Il y a une quinzaine d'année une chute de pierre a tué un gardien et détruit un escalier. Mais il est toujours vénéré, tant pis pour le gardien......(c'est mon côté athée..)
Cette ville a des vieilles maisons à l'architecture soignée, mais la forme a fait l'impasse sur les visites.
Ipoh était une ville riche à l'époque des mines d'étain. Elle doit son nom à un arbre vénéneux qui y poussait à profusion. Aujourd'hui, Ipoh se surnomme ''la cité des Bougainvilliers''.
samedi 22 mars
Je n'ai pas encore envoyé les news, toujours ce pb d'internet, peut être aujourd'hui car ça a l'air plus performant.
J'ai arrêté de pédaler très tôt, je n'avais pas de jambe, le bide était encore en travail, même si ça va mieux les jambes sont faibles. Quand je pense que le Claudius s'est fait enlevé un bouchon dans l'oreille alors que moi je donnerai une fortune pour un bouchon.
Malgré tout je suis allé voir Kellie's Folly (la folie de Kellie). Un Ecossais William Kellie Smith, riche propriétaire d'une plantation d'hévéas et amoureux de l'Inde, construisit un château pour son fils. Il fit tout venir d'Inde, des briques aux artisans et ouvriers, pour bâtir ce qui aurait dû devenir l'une des plus belles demeures de Malaisie. Mais à sa mort en 1926, les travaux furent abandonnés par la famille. C'est devenu un site touristique.
Une bonne journée de repos, et demain meilleur. Je suis environ à 150 plus ou moins 20 km de Kuala Lumpur, dans deux jours je serai à la capitale. Et chez nous, la capitale elle sera à qui ?
Je vous quitte, je vais allé faire une petite sieste et envoyé les news. Je vous ai mis une vidéo de la Thaîlande.
Le Marcelou et Vinso

Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

MALAISIE- Lîle de Langkawi

Cliquez pour agrandir l'imagehello kawan-kawan yang dikasihi
Première soirée très calme dans ce petit village, malgré la plage très proche et le grand nombre de touristes. C'est pas la Thaïlande !
En Malaisie l'islam est est la religion d'état depuis plus de 500 ans. Près de la moitié des habitants sont Malais (les autres sont Malaisiens. Nuance ! c'est à dire de nationalité malaisienne mais pas d'origine Malaiss). Minorités chinoise et indienne. Les stéréotypes dépeignant les Malais comme un peuple rural et traditionnel, et les Chinois comme des citadins capitalistes. Deuxième groupe ethnique par le nombre, les indiens se subdivisent selon leur langage et leur religion.
Toutefois les paysans sont plus détendus et moins obnubilés par l'argent que les cols blancs urbains.
L'islam Malais est plutôt tolérant dans l'ensemble (sauf dans les états du nord est comme Kelatan et Terrengganu). Mais il y a la permanence tenace à de vieilles supertitions héritées de quelques cultes hindouiste et croyance animistes. Ce sont les fameuses légendes propres à certaines régions (comme ici à Langkawi) mais aussi la certitude chez les Malais que l'âme des morts se réincarne toujours en un quelconque démon, spectre ou esprit malveillant. Nous retrouvons cette certitude chez certains occidentaux qui voient cette réincarnation sous l'aspect de leur belle mère....
Les Malais attachent beaucoup d'importance au comportement en société et à la tenue vestimentaire. Je n'ai guère de choix dans ma garde robe...Ils sont aussi très sensibles au statut social et aux titres honorifiques.
En Malaisie, le nom de famille d'une personne est le prénom de son père. C'est la raison pour laquelle les Malaisiens s'adresseront à nous en disant M. ou Mme suivi de notre prénom. En utilisant votre nom de famille ils s'adresseraient, en fait, à votre père.
Il  y a aussi les descendants d'immigrants chinois arrivés au XVIème siècle à Singapour,Malacca et à Penang et qui firent souche en se mariant avec des Malaises, on les appelle les Peranakan (demi-caste).
La culture et la langue des Peranakan offrent un bel exemple de métissage entre traditions chinoises et malaises. Les Peranakan adoptèrent le nom et la religion de leur père, et les coutumes, la langue et le costume de leur mère.
Dans les trois pays que sont la Malaisie,Singapour et Brunei, des anciennes colonies britanniques ils ont conservé l'anglais comme langue véhiculaire. La langue nationale de la Malaisie, le bahasa malaysia,est surtout parlée par les Malais du pays.
Tamoul, Hokkien, cantonais et mandarin, ainsi que d'autres dialectres chinois et indiens sont également parlé. Tous les Malaisiens parlent plus ou moins malais, mais beaucoup maîtrisent également deux autres langues.
Chacun s'est approprié la langue de Shakespeare, créant des pidgins (mélange d'anglais et d'une langue autochtone) respectivement appelés Manglish et Singlish.
Des chiffres datant de fin 2008 la Malaisie compte 28 millions d'habitants dont 85% vivent sur la péninsule. Les Malais représentent 65% (peuples indigènes compris), les Chinois 26% les Indiens 8% et les autres 1%.
Combien de temps dans ce pays et ses coutumes ? environ trois semaines avec peut être un passage à Brunei et les îles d'Indonésie, mais tout dépendra du bateau que je n'ai toujours pas trouvé pour rejoindre Valparaiso soit de Auckland soit de Melbourne ou Sydney. Cette fin d'Asie et début d'Océanie reste très floue dans ma tête.
Allez je vous quitte et je vais vous mettre les photos des plages de Langkawi avec une eau à 28/29 °C afin de vous faire saliver. Ici il faut faire attention aux singes qui traversent souvent la route, ainsi que les varans.
La Malaisie a une humidité relative à 90%, il pleut 2500mm par an soit quatre fois plus qu'à Paris. Il pleut très fort et peu longtemps comme aujourd'hui en fin d'après midi.
Le Marcelou et Vinso
selamat tinggal
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : vendredi 7 octobre 2016