Ouvres tes yeux !

CHINE- La dernière semaine-du dimanche 10 novembre au jeudi 14 novembre 2013- 125ème étape

Cliquez pour agrandir l'image
Etape du jour: Pingxaing
Distance jour: 43kms
Distance totale: 12558 kms
Dénv+jour:
Déniv+total:
T°sur vélo: 25°C
wânshàng hâo !
C'est sous la pluie que je ferai la dernière étape chinoise, un moment d'hésitation, je pars ou je reste une journée de plus au chaud. Je pars !
Evidemment il reste des tronçons de piste, mais en bien meilleures état que les jours précédents, elles sont entrecoupées de route bitumée ou inversement.
La température est bonne, je ne me couvre donc pas, je reste en short et petit maillot car si je mets le poncho je vais transpirer et ce sera plus désagréable que d'être sous la pluie. La pluie ne me gêne pas lorsque la température est bonne. Par contre je suis arrivé plein de boue, et la douche s'est d'abord faite habillé avec le fanion en main, car lui aussi avait besoin d'être lavé. Bien sûr tout cela après le nettoyage rituel des bagages.
Pingxaing est une petite ville chinoise de 110000 habitants, unn village quoi ! sur fond de pics des pics karstiques. Un petit tour au marché pour s'alimenter et retour à l'hôtel ou j'essaie de mettre sur pied une balade aux chutes de Detian qui sont des chûtes frontalières avec le vietnam. Elles se trouvent entre 150 et 230 kms (il faut regarder l'itinéraire).
Je devais choisir entre cet itinéraire et celui de l'île de Hainan au nord du Golfe de Chine, il y a parfois des gens qui ont de la chance, car j'aurai été certainement évacué (faut espérer) car le typhon passant par le nord du Vietnam passe au dessus de cette île. J'ai fait sans le savoir un bon choix ! le destin, nous ne contrôlons rien (ou presque) depuis quelques temps je suis persuadé qu'on a un destin et qu'entre temps il faut profiter sans trop penser.....
Je vous écrit ces mots accompagné par un verre de vin chinois. Je vais finir dignement cette semaine ! Le gars voulait me donner un Bordeaux en me disant que c'était meilleur, mais je lui ai dit que Bordeaux c'est presque chez moi et que je préférai découvrir le vin chinois. Du coup il m'a rendu la monnaie en essayant de le faire en Anglais.
Je ne vais pas envoyer ces news avant jeudi soir, j'attends de visiter ces chutes et rapporter quelques photos.
Mardi 12/11/2013
J'ai encore de la chance ! il n'y en a que pour la crapule. Les gens de l'hôtel avec qui j'ai organisé la journée des chutes de Detian, voulaient que je la fasse lundi, au départ je n'y voyait pas d'inconvélient, mais après quelques heures, j'avais fait le voyage sous la pluie, nous étions en début d'après midi et il pleuvait toujours; j'ai donc repoussé la virée au mardi en me disant que peut être le temps sera plus clément à du tourisme. Encore de la chance, la pluie n'a pas cessée dans la nuit de dimanche à lundi et lundi toute la journée. La rivière de Pingxiang est même devenue très très haute en ville et particulièrement boueuse. Donc aujourd'hui beau temps ! je suis quand même parti avec le parapluie acheté la veille, car à 7h30 du matin ce n'était pas sûr pour la météo du jour. En route je vois des arbres arrachés, des cultures couchées par le vent, des bananiers couchés à terre. La route est par endroit parsemée de feuilles, je pense que le vent a bien soufflé. J'ai également bien fait de ne pas faire la route en vélo, car c'est plus de la moitié en piste, et avec le temps des deux derniers jours, piste boueuse. Trois heures en voiture pour 139 kms.
Mais le déplacement n'est pas de trop ! Les chutes de Detian sont les plus grandes chutes d'Asie, elles sont aussi les secondes plus grandes chutes transfrontalières après celles du Niagara. Si elles n'ont pas la puissance de ces dernières, elles offrent néanmoins un spectacle splendide, sur fond de pics karstiques. A cela s'ajoute l'exitatation de la proximité du Vietnam.
Le dénivelé est de 40m de hauteur et l'eau s'écoule sur trois niveaux, créant un bel ensemble de cascades et de bassins sur une largeur totale de 200m.
Nous sommes au retour passés par la campagne alentour avec ses collines dentelées et ses ruisseaux émeraude.
Une bien belle journée par le temps et par la splendeur du paysage.
Un petit coup de vin rouge (c'est les vacances, un petit dîner et hop!....au lit.
Une journée d'attente sur la date de passage frontière, je suis prêt mais pas le calendrier, deux jours à attendre. Je prends connaissance de la population Viet qui est très nombreuse ici à Pingxiang (10kms de la frontière) et je tente d'engager des conversations...
Je commence aussi à faire les vidéos de Chine pour les passer au Vietnam (j'espère que là bas ils acceptent que ça passe par YouTube).
Ce matin j'ai fait la toilette à Vinso, ce n'était pas du luxe, et le voici propre, prêt à franchir dignement cette nouvelle frontière.
Dans mon tour de ville de ce matin je me suis rendu compte de trois choses que j'avais oublié de vous dire; pour ceux qui sont déjà allé en Chine, avez vous remarqué qu'il y a toujours dans un coin un Chinois qui dort ? C'est vrai qu'ils n'ont pas les 35 heures, mais dès qu'il a cinq minutes, il dort. J'ai même vu le camion des pompiers en alerte, les gars avec les cirés et deux à l'arrière dormaient pendant le trajet !
Deuxièmement, le Chinois est joueur (se) le long de la route des tables de dominos, de cartes sont mes vues quotidiennes, lorsque l'on a cinq minutes; on dort si on a dix minutes ; on joue. L'argent est présent dans presque tous les cas. Ils ont aussi des magasins de loto en direct, avec affichage des derniers numéros sortis, gros calcul de propabilité...
Et puis c'est bien que je n'ai que deux mois de visa, car messieurs ici la mode est très très courte, et pour un homme de mon âge c'est dangereux de rester plus longtemps....
allez wân ân !
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHINE- Jeudi 07-vendredi 08 novembre 2013 - 123 et 124ème étape

Etape jour: Donmengzhen / Ningming
Distance jour:  96 / 110
Distance totale:  12405 / 12515
Déniv+jour:
Déniv+total:
T°sur vélo: 32°C / 41°C
Ni nâo
Finalement ce sera par l'itinéraire prévu au départ que je passerai au Vietnam, car je n'ai pas trouvé de liaison maritime de l'île de Hainan à une ville Vietnamienne.
En route pour la dernière semaine chinoise, faisons en sorte qu'elle dure et qu'elle soit belle.
Elle commence par un gros point d'interrogation  au kilomètre 46; travaux, des chemins qui partent dans tous les sens, je recueille des informations contradictoires, je tourne, je tourne et je retourne....
Je trouve enfin et là commence une piste en très très mauvaise état, trous,bosses,gravier, cailloux, sable.....et ceci sur plus de 25 kms. Mais j'ai le temps de flâner, de respirer la poussière...
Je m'arrête dans un village,(qui doit faire les 500000 habitants) et trouve de quoi dormir dans une chambre coincée entre deux immeubles, le coup de serpillière de la femme de ménage laissera jusqu'au matin l'eau sur le carrelage. Une grosse humidité est dans cette pièce qui ne voit jamais le soleil et très peu le jour.
Le lendemain matin à 7h, je suis obligé de réveiller le veilleur de nuit (un jeune), je tape sur discrètement sur le comptoir de la réception, le gars se réveille, me regarde avec de petits yeux (c'est normal il est Chinois) et remet sa main sur ses yeux et poursuit sa nuit. Je le dérange ! oh ! Paulo, tu t'occupes de moi, tu me donnes la caution et je te laisse C'est dur durle matin avec ces c..d'étrangers !
La deuxième journée de vélo est pas mal non plus, car sur les 110 kms il y a 63 kms de piste. Piste également empruntée par les camions et les bus. Quelquefois je  ne vois pas à dix mètres. J'ai une épaisseur de poussière sur moi, je suis gris de la tête au pied.
Le vinso est vraiment solide pour subir toutes ces pistes, les pneus aussi car ils ont maintenant près de 13OOO, dans des conditions difficiles depuis la l'Iran, je pense avoir fait un bon choix, qui est identique à ceux qui partent dans ce genre d'aventure.
Petit hôtel simple et sympa, surtout qu'il y a le wi-fi. Grande chambre, propre avec douche, télé, ordinateur dans la chambre plus le wi-fi pour 17euros. Je suis resté deux jours dans ct hôtel, car je pensais partir d'ici pour visiter, mais après consultations il vaut mieux que je rejoigne la dernière ville Chinoise de Pingxiang, qui n'est pas très loin des chutes de Detian qui paraissent assez belles.
Donc départ demain matin et j'ai bien peur que cela soit encore de la piste.
allez mingtiân jiân
Le Marcelou et Vinso


Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHINE- Nanning le 06 novembre 2013

Cliquez pour agrandir l'image
C'est un lien que Peggy m'adresse et qui confirme toutes les alertes à la pollution que j'ai fait le long du parcours:
bigbrowser.blog.lemonde.fr/2013/11/05/airpocalypse-en-chine-la-pollution-aveugle-la-videosurveillance-et-fait-craindre-une-attaque-terroriste#xtor=RSS-3208?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

Le résultat de prorogation du visa chinois est négatif, et c'est au bluff dans une agence de voyage qui avait un dépliant sur le Vietnam que j'ai demandé si elle pouvait me faire une demande de visa pour trois mois. Evidemment pour se comprendre il a fallu un certain temps, mais à la fin la fille m'a dit Ok ! il sera là demain soir. Un peu sceptique, je demande confirmation sur tous les points nécessaires,  Ok ! je paie en yans (ce qui est assez cool). Hier soir à 19h30 j'avais un visa pour trois mois. Catégorie de visa accordée aux personnes qui entrent au Vietnam pour travailler avec les entreprises Vietnamiennes (je vais être obligé de travaillé? mais j'ai oublié..). Le seul point ou l'on ne sait pas compris, je souhaitais avoir un visa à entrées multiples, et là c'est qu'une seule entrée. Peu importe l'important c'était d'obtenir trois mois. Je suis comblé !
J'avance donc mon départ de Nanning d'une journée. Demain matin départ soit pour la frontière Viet  par le col de l'Amitié, soit par l'île de Hanan si je trouve sur internet s'il y a une liaison maritime entre l'île et une ville Viet.

Difficile d'être à 200 kms de la frontière Vietnamienne, de dire que la Chine c'est terminée, que je suis arrivée ici traversant ces pays d'Asie  qui me paraissaient si loin, avec si peu de connaissance sur eux.
Je suis heureux d'avoir avalé ces 12300 kms sans un problème physique et d'avoir un compagnon solide, bien préparé, bien assisté (merci Jolly Cycles) bien réparé (merci à cet Ouzbeck qui a fait un  travail admirable). Je pense être un privilégié de pouvoir s'offrir ce voyage dans de telles conditions.
Je n'oublie pas mes amis de Toulouse toujours prêt à porter secours, ce qui enlève les inquiétudes qui pourraient devenir lourdes en fin de parcours.
A vos commentaires qui me vont droit au coeur, car c'est aussi ma nourriture que d'être parmi avec vous.
Il y aussi les promesses de dons (qui j'espère deviendront des dons) qui sont assez timides, mais qui vont arriver.... Vous êtes fauchés ? n'ayez pas peur, ce n'est pas ridicule que d'envoyer cinq ou dix euros, sachez que c'est l'accumulation de petites sommes qui font les grosses sommes. Je pense à cette indienne qui au Canada voyant l'image des enfant sur le fanion m'a donné cinq dollars (ce qui devait être beaucoup pour elle) avec un gros coeur, je pense à ce jeune de Nouvelle Zélande (Leon) rencontré en Grèce et qui me donne cinq euros, alors qu'il voyage en stop et couche sous la tente.
Et puis ils y a ma fille, toujours présente, toujours prête, que ça va faire du bien d'être avec eux pendant ces fêtes de fin d'année au Vietnam. (J-45)
Et cet Chine que je vais quitter dans huit jours, cet Chine dont j'ai eu tant de mal à me faire à ses habitants. Ce pays en développement qui recèle de nombreux trésors historiques et culturels.
Oui la Chine est un monde à part avec sa grande muraille,son armée de soldats en terre cuite,ses montagnes sacrées avec dans la brume au sommet leurs temples,ses villages nichés entre des rizières en terrasse....ce sont des images qui semblent tout droit sortis de récits anciens et qui te plonge plusieurs siècles, voire millénaire en arrière.
Le voyage en Chine est une aventure qui peut être placé sous le signe de la diversité. Le désert du Xinjiang, des sommets de l'Himalaya à l'île tropicale de Hainan (peut être cette semaine), des villes ultra modernes comme Shanghaî ou Hong Kong aux campagnes reculées. La Chine propose une riche palette de paysages, de climats et de sensations. Un pays doté de 55 minorités avec leurs coutumes et traditions propres. Des Ouîghours de l'ouest aux Tibétains en passant par les Mongols, les Mandchous et toutes les ethnies du sud.
La Chine change à pas de géant avec sa croissance économique époustouflante et son envie d'accéder à une modernité souvent copié sur le modèle occidental. Mais le contraste entre ville et village est saisissant. Dans les campagnes les villages sont sales, les gens travaillent beaucoup.
En Chine tes repères sont brouillés car même l'écriture recèle sa part de mystère. En Chine les gens sont sympathiques et adorent venir t'observer. Ils nous parlent et quand ils s'aperçoivent sue je ne comprends pas, ils m'écrivent avec leurs caractères, ce qui n'arrange en rien le dialogue. Chaque caractère, qui peut comprendre jusqu'à 20 traits, correspond à une idée et non pas à un son, l'écriture chinoise n'est donc pas un système qui renvoie à la prononciation.
Il faut donc se laisser porter par l'ambiance, se laisser guider par les rencontres. Il faut prendre le temps de découvrir les scènes de la vie quotidienne.
La boisson nationale est le thé et le Chinois se balade toujours avec un pot à couvercle contenant quelques feuilles de thé. On trouve toujours des distributeurs gratuits d'eau bouillante.
Les Chinois sont aussi de grands consommateurs de bière, légère et peu alcoolisée. Pas de problème pour ma bière d'étape.
Le pays étant aussi grand qu'un continent, les variations climatiques sont grandes, ce qui influence la cuisine ainsi que les ingrédients disponibles et les différentes traditions culinaires. Le chinois mange souvent à l'extérieur, dans ces cuisines de rues.
La cuisine est souvent grasse, de friture et réalisée dans des conditions d'hygiène loin de la norme occidentale. Le riz est utilisé un peu comme chez nous le pain. Dans un bol sans jamais de sauce (je pense pour la facilité à le manger avec les baguettes). Les baguettes ! tout n'est pas facile de manger avec des baguettes, les morceaux de poulet coupés à la hachette, dans ton assiette avec les petits bouts d'os, un plat épicé et qui contient des cacahuètes, les une après les autres en direction de ta bouche, sans qu'elles ne tombent.....
Voici mes deux mois de Chine, mais le plus important ce sont les huit jours qui restent..........
Le Marcelou et Vinso





bigbrowser.blog.lemonde.fr/2013/11/05/airpocalypse-en-chine-la-pollution-aveugle-la-videosurveillance-et-fait-craindre-une-attaque-terroriste#xtor=RSS-3208?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter 
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHINE- Lundi 28-29-30-31octobre et 01-02 Novembre 2013- 120-121-122ème étape

Cliquez pour agrandir l'image
Etapes: Luzhaî - Laidin - Nanning
Distance jour: 109 / 153 / 188 kms
Dénivelé jour:
Distance totale: 11968 / 12121 / 12309
Dénivelé total:
T°sur vélo: 24°C/ 25°C / 34°C
Péngyôumen, wânshâng hâo !
Trois jours de repos et visite de Guilin et de ses environs.
D'abord une journée cool à travers la ville, ses jardins et ses habitants très sympathiques, qui ont l'esprit un peu de chez nous (Sud Ouest). J'ai bien aimé Guilin !
Superbe auberge avec son manager et ses employées dévoués pour les clients, bonne cuisine également.
Je ne reviens pas sur la descente du fleuve Li vu sur les  précédentes news, ni sur les rizières en terrasse (pour Michel)., mais cet incroyable travail en altitude démontre que le peuple chinois ne regarde pas le temps passé sur un travail. Il travaille avec presque rien, travaille un champs avec son râteau et sa pelle, nettoyer les routes nationales avec un balai en rabattant le sable sur le côté sachant que demain il faudra refaire le parcours, le Chinois le fait. Le temps n'est pas de l'argent...
Donc départ de Guilin et commence une journée de galère, je n'arrive pas à sortir de la ville, les renseignements des uns et des autres sont contradictoires, c'est galère !
Enfin je trouve un repaire pour mon orientation, mais mon bonheur est de courte durée, des travaux m'envoient sur une déviation et je perds à nouveau ma route....
J'ai  enfin trouvé la route, qui n'est d'ailleurs pas de bonne qualité, puis je rentre dans une route cassée, qui devient une piste de mauvaise qualité, qui rétrécie bordée de hauts roseaux, plus personne ! je voulais prendre des routes de campagnes, j'ai ce qu'il faut. La piste devient chemin forestier avec ornières, dans les montées la roue avant a du mal a garder le contact avec le sol et évidemment dans l'une d'elles je ne peut maîtriser celle ci et c'est la chute ! Galère, Galère....
L'heure passe rapidement et je ne vois pas comment (et surtout où je vais sortir ) j'ai peur de voir arriver la nuit qui arrive tôt ici (17h30/18h)
Je débouche enfin sur un petit village (goudronné), je m'informe et les habitants me font comprendre qu'il y a encore 40kms de piste avant la ville.Je viens d'en faire 35, j'en ai plein les pattes et le dos en compote.
Vinso a été surprenant dans cette galère, lui qui est plâtré a tenu le coup, les pneus qui ont quand même 12000kms ont tenus le coup également sur ces 35 kms de piste pour vtt  fait pour le baptême d'Alex. Mais il est tellement doué ce petit (sur un vélo) qu'il lui faut beaucoup plus dur pour un baptême.
Négociation pour m'emmener jusqu'à une ville afin que je me repère, car je ne sais pas où je me suis planté, mais je ma suis bien planté !
Qui triomphe de lui même possède la forme -Lao-Tsen (ils ont même un dicton sur mon étape)
L'étape suivante se passe mieux que la précédente, heureusement car sinon je rentre ! toujours montées et descentes, mais le mollet reste dur.
La dernière étape a failli ^tre l'avant dernière, car je ne sais pas pourquoi, mais je pars habituellement vers 7h, et là 8h. Il y a 180 kms et je me dis que cela va être dur d'arriver à Nanning. La sortie de la ville se fait les doigts dans le nez, je ma dis que la journée est belle, que c'est l'anniversaire de mon petit prince Vincent, et que quoi qu'il arrive, ce sera une belle journée. A 12h30, en mangeant ma banane je me dis que Nanning est jouable, et je me mets à appuyer un peu plus sur les pédales. Je calcule que je peut être à Nanning vers 17h30 et que la nuit arrive dans la 1/2h suivante, donc pas trop de marge de sécurité, mais tant pis je fonce, c'est un beau jour. J'arrive à destination à 17h15, j'ai pas chômé, les cuisses sont dures, mais demain tranquille pas de vélo.
Voilà 2777kms en 21 étapes la traversée nord/sud de la Chine. Cela me fait drôle d'en être là, il y a sept mois je voyais la Chine beaucoup plus loin, j'ai fait quand même un sacré bout de chemin.
Les 200 derniers kilomètres, je ne sais pas quoi faire, on me déconseille de les faire en vélo, car c'est une route défoncée qui ressemble à une vilaine piste (encore), donc bus ou bien vélo ? décision dans les prochains jours.
Demain bureau de la sécurité publique pour demander un troisième mois, sinon consulat Vietnam pour le visa. Si toutefois j'ai un troisième mois, que faire ? où aller ? j'ai du boulot.....
J'allais oublié le principal, dans ma négociation pour rejoindre la ville suivante, nous nous mettons d'accord sur un prix, le garçon  s'arrête pour prendre son épouse qui parle six mots d'anglais, mais dans mes sept mots d'anglais nous avons des mots communs, ce qui favorise l'échange. Il s'arrête donc pour prendre sa femme et pour me payer à boire, puis en cours de route il demande (par son interprète de femme) si j'aime la cuisine chinoise ? je lui dis que oui elle est bonne et variée. Il me demande si je veux bien manger avec lui. OK ! ce sont deux jeunes, qui ont un bébé de 11 mois que la grand mère garde, et je me dit que je paierai l'addition. Le gars cherche un moment un resto et s'arrête sur un resto de grande qualité, buffet (ce qui est onéreux). Nous sommes que deux à manger, lui ne mange pas disant qu'il est trop gros. Je veux payer le repas, mais impossible et je vois bien qu'il ne faut pas insister. Je le vois payer, et c'est beaucoup plus cher que le prix de la course. Tant pis j'arrondirai la course, mais au moment de payer la course il me dit que c'est pas possible, et qu'il me l'offre. Je lui dit que ce qui est convenu doit être fait, mais il ne veut rien entendre et me souhaite un agréable voyage. Nous faisons quelques photos et voila comment est aussi l'hospitalité chinoise de Ning et Chiao. Une grande pensée pour eux et de Coco leur fils.
J'espère que ce garçon ne s'est pas mis dans le rouge ( argent) car il parait que les Chinois lorsqu'ils font un cadeau, ils sont démesurés afin de faire voir qu'ils peuvent se le permettre.
Allez, Wân ân !
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHINE- 24-25-26-27 octobre 2013 -116-117-118-119 ème étape

Etape du jour: Hengshan / Qidong / Quanzhou / Guilin
Distance jour:  138 / 129 / 146 / 86
Distance totale: 11497 / 11626 / 11772 / 11858
Déniv+jour:
Déniv+total:
T°sur vélo:  31°C/ 30°C / 28°C / 24°C
wânshàng hâo !
La première partie du trajet est bouclée, Depuis que j'ai quitté les grands axes pour rentrer plus profondément dans la campagne, le pourcentage des côtes est plus élevé, et les routes sont souvent en travaux, ce qui rend des tronçons de route digne d'une mauvaise piste. Le soir les cuisses sont dures !
Je croise (ou elles me doublent) quelques citroên , avec des modèles Chine; le modèle de la c4 ou C5 est baptisé Triomphe. Il doit y avoir une usine de montage dans le coin.
Le long de la route, toujours le séchage du riz, la préparation du champs,le travail  du bambou et celui des pierres des montagnes.
Je décide de faire un saut de puce (70 kms) afin d'être à Guiling et pouvoir avoir Peggy sur Skype. Cela fait 15 jours que je n'ai pas ma fille  et je n'ai pas envie d'attendre plus. Une gentille personne de la gente féminine me prend donc dans sa petite fourgonnette et j'apprends comment on double en troisième position en haut d'une côte, comment on évite la voiture qui vient en face (en serrant le camion que l'on vient de doubler) et qu'on évite une voiture qui elle vient en travers de la route. Personne ne se touche, personne à l'air offusqué de la conduite de l'autre.....
J'atterri à une auberge (de jeunesse?) Riverside hostel qui est un endroit charmant , avec des jeunes filles à la réception qui parlent anglais, et qui font tout ce qu'elles peuvent pour satisfaire le client.
Le manager est lui aussi très dévoué, on y mange bien et  les bières sont fraîches. L'adresse est très appréciée des gens qui voyagent. Bel endroit de rencontre avec des Chinois,Ecossais,Suisse,Allemand,Australien,Français et même une Lyonnaise ! (incroyable ! ) Belle adresse.
Une promenade sur le paisible fleuve  Li, de Guilin à Yengshuo, le long de ces forêts de Karst. Le paysage féerique a d'ailleurs inspiré la gravure du billet de 20 Yuans. Temps brumeux, ce qui rend la photo difficile, au moins j'ai une excuse. Ces fabuleux pics karstiques sont le résultat d'un phénomène encore à l'oeuvre aujourd'hui, puisqu'ils ont été façonnés par l'érosion due à l'acide carbonique dégagé par la réaction des eaux de pluie au dioxyde de carbone ambiant. Cette érosion a provoqué des fissures dans le calcaire, qui se sont élargies jusqu'à former des cavités dont les plafonds se sont ensuite effondrés, ne laissant que le haut des flancs.
La plupart des hôtels et auberges de jeunesse louent des vélo, moi j'ai Vinso.
.De toutes les rizières en terrasses qui parsèment cette partie du Guângxi, les rizières en terrasses du Dos du Dragon sont les plus extraordinaires. Véritable prouesse agricole, elles s'étagent à flanc de colline jusqu'à 1000m d'altitude, émaillées d'anciens villages de minorités. Elles sont parait il splendides après une pluie d'été quand elles scintillent comme un miroir. Aujourd'hui les terrasses sont nues, la récolte du riz a été effectuée au début du mois. La plupart des habitants de la région sont des Zhuang,des Yao,mais aussi des Dong et des Miao.
Mais les villages de ces minorités se sont organisés pour le tourisme,et ils perdent beaucoup de leur authenticité. droit d'entrée sur les villages, show retraçant l'histoire des tribus, échoppes de souvenirs, vendeuses très très collantes.....un peu trop touristique !
Après un petit tour sur un radeau en Bambou, le long du pont du dragon , relaxation au calme et profiter de voir la pêche organisée des habitants avec les cormorans dressés.
Demain c'est de nouveau la route pour Nanning (450 kms) j'essaierai d'avoir un troisième mois chinois (ça m'étonnerai) et l'obtention du visa Vietnam. Hanoî est à 200kms de la frontière et à 400 de Nanning.
Je fais court pour pouvoir vous envoyer ces news et quelques photos.
Je vous embrasse toutes et tous.
Allez  -péngyôumen,wânshàng hâo !
Le Marcelou et Vinso
Cliquez pour agrandir l'image
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHINE - 17/18/19/20/21/22/23 octobre 2013 - 109-110-111-112-113-114-115 ème étape

Etape: Xuchang / Zhumadian /Xinyang /Xiaogan / Xianning / Yueyang / Changsha
Distance jour: 135 / 124 / 110 /147 /162 /155 /149
Distance totale: 10512/10636/ 10746/10893/11055/11210/11359/
Déniv+jour:
Déniv+total:
T°sur vélo: 22°C / 22°C / 27°C/29°C/29°C/29°C/28°C
Péngyôumen,wânshâng hâo
Jeudi17 octobre 2013
Enfin ! sur la route. La température est fraîche au petit matin, mais la joie de pédaler me réchauffe le coeur.
En parlant de réchauffer le coeur, j'étais heureux hier d'avoir eu des copains du PCC, bon idée Marco !
Pour sortir de la ville, GALERE !!! route pour les voiture, demi tour, travaux de pont, dévision ....perdu... je suis allé trop loin, demi tour ! bref je suis à la sortie de la ville, j'ai 35 kms au compteur et il est 11h30. la vraie galère.
Après route sans grand intérêt, ligne droite pour grand rêveur.
Petit hôtel sympa, photo avec le personnel et la patronne dès le matin avant de partir.
vendredi 18 octobre 2013
Toujours une même ligne droite et toujours sans grand intérêt, si ce n'est qu'on a tué le cochon à Xiping (mais chez nous aussi) un arrêt casse croûte et suivi d'une série de photo (c'est toujours bon pour mon ego).
Encore un petit hôtel sympa, au bon soin du petit étranger.
Un petit restaurant, ou j'ai bien mangé, j'ai commandé puis voulant un bol de riz en supplément je montre la photo, pas de problème on vous l'apporte je commence à manger, les carottes râpées (enfin je croyais que c'était des carottes râpées) mais c'était bon. La viande ok, et volà qu'ils m'apportent trois autres plats, car ce que j'avais montré était un menu et non pas du riz seul ! Peu importe l'effort ouvre l'appétit et comme c'est bon, j'ai tout fini, les deux repas. ils ont de l'appétit ces petits Français doivent ils se dire ....
samedi 19 octobre 2013
Toujours le même scénario avant d'enfourcher Vinso, série de photos , avec les employées de l'hôtel, de la sécurité et des clients qui se trouvent là. Je ne sais pas si je vais pouvoir vivre sans cette célébrité journalière. Dîtes moi que tous les matins vous me prendrez en photo le pouce levé..... Le fameux basketteur Koppe de Los Angeles est en démonstration actuellement en Chine, on ne voit que lui sur les journaux, pourvu qu'il n'apprenne pas que j'ai cette popularité, il est capable de se venger sur les SUN (Phoenix) et mon gendre ne va pas aimer. Les Chinois sont fous de basket et les matchs de NBA sont retransmis à la télé. Je crois que c'est depuis qu'ils ont un des leurs qui est dans une équipe NBA.
La route change de configuration, ce matin c'est les premières côtes depuis 1000 kms, étape valonnée, mais je crois me souvenir que je dois arriver vers des montagnes.
Je suis maintenant dans la province du Hubêi, sillonnée de fleuves (dont le majestueux Yangsi) et parsemée de lacs. Le Hubêi est l'une des provinces les plus verdoyantes et fertiles de Chine.
Ce matin la route a traversée des forêts (les premières) et lorsque qu'un petit morceau n'est pas forestier il est de suite cultivé, la moindre parcelle de terre a soit son champs soit son jardin potager, mais on ne laisse pas un morceau de terre sans rien dessus. Il y a également beaucoup plus de présence d'animaux, poules, coqs, cochons... Les villes et villages sont beaucoup plus éloignés et la circulation est de beaucoup réduite. La vente du bord de route a également changée, on vend des fusil-arbalète ! (proximité de la forêt ?)
Enjambant le Yangsi, Wuhan, (pour demain ou après demain) est la capitale (dynamique) de la région, et fait partie des trois fournaises du pays en raison de ses étés torrides.
Elle possède également le barrage des trois gorges qui est un gigantesque barrage, qui est le plus grand barrage au monde par sa longueur (2,3 kms) plutôt que par sa hauteur (103 m)
Dimanche 20 octobre 2013
Une route sans grand intérêt, si ce n'est les importants travaux routier sur cet axe.
Ils sont quand même des sacrés bâtisseurs, d'accord je n'aime pas leurs tours (30 étages voir+) qui ne sont pas belles, construites les unes près des autres alors qu'ils ont de la place, mais je pense que c'est des logements simples. Après les Building qui certains sont assez bien réussis (on aime ou on aime pas), les routes, les ponts (ça ils aiment), ils n'arrêtent pas, c'est une vrai fourmilière . Sur la route les camions de sable, de graviers et de ciment n'arrêtent pas de circuler. Impressionnant. Alors c'est vrai que les nouveaux qurtiers sont un peu froid et que l'activité (restaurants, restaurant de rue...) se font dans les anciens quartier, là ça vit!
Je suis dans un hôtel et ça vit, car il y a un concours de pêche qui compte (si j'ai bien compris) pour les points du concours chinois.... donc du monde.
Lundi 21 octobre 2013
Ce matin, enfermé à l'intérieur de l'hôtel, il est 7 heures, près à enfourcher Vinso mais la porte fermée, impossible de sortir. Je trouve la chambre du veilleur de nuit, qui une fois réveillé me fait comprendre qu'il va téléphoner à la fille de la réception car elle doit me remettre la différence de ma nuit et de la caution qu'on est obligé de laisser en Chine. Elle arrive demi heure après, je pense qu'elle a due se louper, ce n'est pas grave j'ai tout mon temps.
Je traverse wuhan qui est une immense ville, mais je ne sais pas si elle est agréable malgré le Yangzi qui la traverse. Enormes embouteillage un peu partout, la galère pour sortir de la ville.
Selon un dicton chinois: au Paradis existent des oiseaux à neuf têtes, sur terre, il y a les habitants du Hûbêi Une allusion à leur caractère rusé.
Wuhan est également réputée pour la beauté de ses femmes, qui doivent leur jolie peau au climat humide.
Je m'arrête à Xianning dans un quartier qui est super animé, le soir les gens dansent dans les rues, répètent pour des défilés, pour de la musique....le tout les uns à côté des autres, les musiques se mélangeant. Sympa !
Mardi 22 octobre 2013
La route aujourd'hui pas très bonne, beaucoup de travaux, toujours vallonnée, un long tronçon de plaques de béton. Je ne vous fais pas un rappel sur les plaques de béton ? et pourtant.... et bien ici en Chine même les plaques de béton ne peuvent pas vivre leur vie individuellement. Le collectif ! toutes les plaques sont jointes, je ne sens que le joint en goudron entre elles.
L'hôtel se trouve à côté d'un autre hôtel qui organise un mariage. Il faut savoir que pour les mariage, il y a pétards (ils aiment) feu d'artifice (ils aiment). Donc dès 18 heures pétard, mais si costaud que ça fait déclencher les alarmes des voitures, puis feu d'artifice, puis retour aux pétards, re-déclenchement des alarmes des voitures. Ceci par coupure d'une heure et on redémarre. Enfin c'est la musique mais à une heure du matin, feu d'artifice et pétards. Puis musique toute la nuit. Enfin, il est sept heures du matin, on va pas partir en laissant les restes, re-petards.
Moi, je ne travaille pas, mais les habitants du quartier........
Tous le long de la route c'est le travail sur le bambou qui domine, on coupe et on ligature le bambou et on charge les camions. Quelques fabriques artisanales de fauteuils et chaises. Un magnifique fauteuil de relaxation pour prix annoncé et donc pas marchandé: 290MRB soit35 euros.
Mercredi 23 octobre 2013
Brouillard au démarrage, pas étonnant avec tous ces lacs sur la province.
Je suis dans la province du Hûmân, encencé par les cadres du parti pour la place sacrée qu'il occupe dans les annales de la Chine communiste en tant que lieu de naissance de Mao Zedong.
La province Hûmân est surtout remarquable pour ses paysages spectaculaires et ses terres fertiles.
J'ai pensé aujourd'hui à mon petit taureau furieux qui serait aux anges de voir ces magnifiques potagers tout le long de la route.
A l'est, à l'ouest et au sud du bassin du Yangzi (et de Chângshâ)s'offre un étonnant décor de chaînes montagneuses isolées, de rizières en terrasses.
Le Hûmân est aussi réputé pour sa cuisine pimentée. Les restaurants de Xiângcâi(cuisine du Humân) font pleurer et transpirer tout le pays, mais c'est ici que les meilleurs se trouvent. Pour les habitants de la région, les épices sont l'indispensable piment de la vie.
Le riz a commencé à être ramassé, et les habitants le sèche devant leur maison, et s'ils n'ont plus de place et bien ils prennent une voie sur la route, comme font les autres provinces avec le maîs.
Le long de la route d'aujourd'hui est toujours sur le bambou, mais aussi sur le riz. Celui qui est coupé est donc étalé pour séchage, puis dans les rizières on ramasse les partie hautes qui ont séchées également au soleil.
Allez je vous mets les news de la semaine et le photos en espérant que ça passe.
Le Marcelou et Vinso


Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHINE -

Cliquez pour agrandir l'image
Ni nâo
Je commence à trouver le temps long sans pouvoir pédaler, la visite de la ville c'est fait, le nettoyage Vinso et des sacoches et sac puis  changement des patins de frein, c'est fait, l'achat d'un objectif pour l'appareil photo, c'est fait, il ne me reste plus qu'à récupérer mon passeport, c'est pas fait!!
Faute de passeport, la page culturel se poursuit:
la Chine d'aujourd'hui en chiffre:
  • 1,34 milliards d'habitants
  • PIB 8753 milliards de $US
  • PIB par habitant: 6600$US
  • Population active: 813 millions
  • Chômage: 4,3%
  • Taux de natalité: 12,17 naissance pour 1000 personnes
  • % de personnes de plus de 65 ans: 8,6%
  • % urbanisation: 2,7%
  • proportion des sexes (pour les moins de 15 ans) 1,7 de garçon pour 1 fille
  • Espérance de vie: 74,5 ans
Le monde est fasciné par le potentiel de la Chine. Les chiffres de sa croissance incitent à se ranger aux côtés de ceux qui perçoivent le pays comme une super puissance émergente, d'autant que l'Occident se retrouve paralysé par des mesures d'austérité. (le chiffre d'exportation a d'ailleurs chuté en Chine)
Une croissance à deux chiffres confortant une classe moyenne en pleine essor.
Les pessimistes annoncent une crise prochaine, peut être provoquée par l'éclatement d'une bulle immobilière (comme le Japon en 90) suivie d'un effondrement an cascade.
Les optimistes tout aussi nombreux affirment que la progression va continuer.
Mais son PIB par habitant est quasiment équivalent à celui de la Namibie. Si la taille du pays et l'importance de sa population en font potentiellement une super puissance, elles rendent difficile une répartition équitable des effets de la croissance. Les inégalités comptent parmi les plus fortes du monde. Tandis que la classe moyenne urbaine connait une croissance rapide, la majeure partie du pays reste rurale et pauvre.
La république populaire de Chine est la plus forte population au monde, 1/5 de la population mondiale, constituée à plus de 90% de Han.
Les minorités réparties dans tout le pays occupent plutôt les régions frontalières du nord ouest, de l'ouest, du sud ouest, du nord et du nord est de la Chine. Certaines se cantonnent dans une seule région (tels les Hani au Yunnan) d'autres comme les Hui (musulmans) se rencontrent à travers tout la Chine.
En dehors des différences ethniques, la grande distinction se situe entre la ville et la campagne. La culture d'une grande ville, avec ses bars, ses emplois administratifs, ses écoles réputées, son dynamisme et son style cosmopolite, contraste de manière flagrante avec la Chine rurale, qui n'a guère changée depuis trois décennies. Nombre de grandes villes sont clairement internationales par leurs aspirations tandis que les campagnes restent très pauvres, en particulier dans le sud ouest du pays.
La politique de l'enfant uniquea été mis en place en 1979 dans l'idée de limiter la population à 1 milliard d'habitants en l'an 2000, elle est à 1,34 et devrait être à 1,5 en 2033.
D'abord inflexible cette politique a ensuite été assouplie en raison de l'opposition paysanne. Elle a fortement détériorée les rapports entre la population rurale et les fonctionnaires locaux. Toutes les minorités en sont exemptées.
Les familles paysannes sont désormais autorisées à avoir deux enfants si le premier est une fille, certains foyers en comptent 3 ou 4. Les parents doivent payer des amendes pour les enfants et assurer seuls le coût de leur éducation, sans aide de l'état.
De nombreuses familles qui respectent la politique de l'enfant unique font en sorte de privilégier la naissance d'un garçon, optant pour l'avortement lorsque l'échographie révèle que l'enfant attendu est une fille. D'où un certain déséquilibre dans dans certaines parties de la Chine. En 2007 il est né 11 garçons pour 100 filles, en 2020 plus de 30 millions d'hommes risquent de ne pas trouver d'épouse.
La Chine rurale est très défavorable aux filles. De nombreuses familles privilégient la naissance d'un garçon optant pour l'avortement sélectif, voire l'infanticide.
Le taux de suicide est plus grand chez les femmes que chez les hommes. Dans les campagnes, il est cinq fois plus grand chez les femmes. Sachant que la majeur partie de la population chinoise vit dans les campagnes le problème prend des proportions terrifiantes.
La Chine grande consommatrice d'huile
En 2010, les Chinois furent abasourdis de découvrir qu'un repas sur dix était préparé dans les restaurants avec de l'huile de cuisson récupérée dans les égouts et les canalisations. Abondamment utilisée dans la cuisine chinoise, cette huile usée et solidifiée est recueillie la nuit par des collecteurs dans les canalisations proches des restaurants et vendue environ 300 yans le baril. Elle est ensuite recyclée et vendue aux restaurateurs et réintègre la chaîne alimentaire. Une industrie très lucrative ! Un professeur de l'université de Wuhan a révélé que jusqu'à 3 millions de tonnes d'huile usée sont régulées chaque année en Chine, soit 10% de l'huile de cuisson consommée.
Le Thé
La Chine compte trois principaux types de thé. Le thé vert, le thé noir et le Wûtong (un thé semi-fermenté, entre le thé vert et le thé noir). Il existe d'autres variantes, notamment le délicieux thé aux huit trésors qui se compose de sucre candi, de dattes, de fruits secs et de thé. Le thé a autant d'importance pour le Chinois qu'un bon vin pour le Français.D
Harmonie ?
Difficile avec la barrière de la langue de donner raison ou tort aux commentaires que l'on peut lire, il ne me reste que l'observation instantanée, d'autant plus que le Chinois n'est pas ouvert comme l'étaient les gens de l'Asie centrale. Ils auraient tendance à être comme chez nous les gens du nord alors que pour se faire une idée rapidement j'aurai besoin de gens du sud.
L'hôtel se situe à côté d'une administration officielle (?) car tous les matins il y a des revendications. Les gens sont peu nombreux (30 max 50) en combinaison ouvrier comme hier, ou avec des affiches et des photos comme avant hier (chinois avec menottes), banderoles, manifestation sans slogans dans le calme. Bien sûr filmée par la police. Donc jusqu'où peut on manifester son mécontentement ?
Sur la vie urbaine de tous les jours (même le dimanche) les Chinois sont dans les magasins et consomment. Je suis complètement étonné sur la consommation des habitants, les magasins de l'occident sont  évidemment des magasins à la mode (sans doute pour une classe aisée) et les boutiques hight tech sont une fourmilière. C'est la vie des grandes villes, la campagne reste calme et semble être à l'abri de la course au building le plus haut, le plus moderne. Les Chinois semblent fiers et fascinés par la ville de Shanghaî.
Comment vivent ils entre eux ? la famille a l'air d'être présente, on peut voir des jeunes couples avec l'enfant et les grands parents ensemble au restaurant, à l'hôtel pour la semaine d'or beaucoup de familles sur Pékin.
La différence entre les couches de la société a par contre l'air d'être important. Il y avait un dirigeant  (j'ai oublié le nom) à la suite de Mao qui avait lancé aux Chinois ''enrichissez vous" certains l'on écouté et n'ont pas perdu beaucoup de temps. La Porche Cayenne, la Land Rover, Mercedes croisent le vélo rouillé, le scooter électrique avec la famille dessus. Le prix du logement devient très lourd sur la vie du couple. Harmonie ? il semble que les Chinois ayant une situation aisée ont des rapports assez hautains avec les autres, mais le Chinois est tellement rustre qu'il m'est difficile de bien savoir. Le Chinois au restaurant de quartier a l'air aussi sévère avec la serveuse. Va savoir, harmonie ?
A Bèijing s'ouvrent des concessionnaires Porche, Bentley, Roll royce, Lotus et Ferrari et Lanborghini...... la Chine est éveillée !
On pouvait se demander sur les camions qui pillent ou qui débarrassent (chacun choisira ce qu'il lui va le mieux) l'Asie centrale de sa ferraille; à quoi ça sert ? et bien sur place, nous avons la réponse. La Chine est EVEILLEE, elle construit, ponts, routes, parcs d'attractions, zones industrielles..... c'est étonnant de voir ces grandes villes avec ses grattes ciel, qui ne sont pas laids, je crois qu'elle s'inspire de plusieurs styles d'architectures et réussit assez bien ses implantations. Harmonie ? sont ils pour tout le monde ? certainement comme  en Occident où les pauvres seront aux portes des villes, nous n'avons pas de leçons à donner sur l'harmonie des couches sociales.
Nous n'avons pas de leçons non plus à donner sur la volonté du passage des véhicules à l'électrique, ici la totalité des scooters, mobylettes sont à  électriques., quelques voitures, peu  mais ils ont l'expérience des deux roues qui peut les inciter à plus. Qu'attendons nous pour copier ?
** Infos de dernière minute: j'ai récupéré mon passeport avec un visa d'un mois supplémentaire, je dois quitter le territoire chinois le 16 novembre. Je prends donc la route dès demain matin direction le Vietnam. Itinéraire par Changsha (950kms) Guilin (1500kms) je resterai deux à trois jours pour visiter tout autour (rizières, rivière Li...) puis Nanning (2050 kms) et la frontière (2300 kms) et Hanoî qui doit être à 300 environ de la frontière. Demain on ROULE !!!!!
Le climat s'est rafraîchit, les flics ont mis la tenue d'hivers ainsi que les grooms des hôtels, et bien sur les habitants qui circulent pas mal à deux roues. Le matin le thermomètre affiche 9°C et 20°C l'après midi, c'est pour ça il faut que je roule.
allez mingtiân jiân
Le Marcelou et Vinso


 
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHINE- semaine du 09 octobre au 13 octobre 2013

Cliquez pour agrandir l'image
Péngyôumen,wânshâng hâo !
Afin de m'occuper, je vais vous faire une page culturel sur la Chine et la Chine et la pollution. (depuis hier je n'ai pas accès à mon blog, peut être que ce paragraphe ne passera pas)
La Chine est le troisième plus grand pays du monde après la Russie et le Canada, avec une superficie de 9 560 000 km2, mais les 2/3 du territoire sont presque exclusivement composés de montagnes.
D'ouest en est le pays est constitué de gradins successifs déclinants ainsi que d'une suite de bassins et de plateaux entourés de hautes montagnes. A partir du plateau Tibetain, culminant en moyenne à 5000m, le relief ne cesse de perdre de l'altitude jusqu'à la mer. Le point le plus haut du pays de l'Everest (Chomolungma) dont le sommet est à 8848m.
32OOO kms de frontière terrestre (Russie ,Népa l,Birmanie ,Laos,Viet Nam , Corée du Nord , Mongolie , Kazakhstan et le Kirghisztan) et 18000 kms de frontières maritimes.
La Chine se divise en 22 province, cinq régions et quatre municipalités autonomes. EN 97 un régime particulier a été créé pour permettre à Hong Kong d'intégrer le giron chinons. La ville est désormais qualifiée de région administrative spéciale. Macao a connu le même sort en 99.
Mais la chine n'a pas abandonnée certaines prétentions territoriales vieille de plus de 50 ans. Elle est toujours engagée dans les disputes avec le Viet Nam et cinq autres nations asiatiques au sujet des îles Spratly et des Pescadores. Et le rattachement de Taîwan à la" mère patrie" est d'une des ambitions inébranlables du régime de Pékin, qui menace régulièrement "l'île rebelle" de représailles armées.
Les cinq régions autonomes: le Tibet, le Xinjiang, le Guanxi, la mongolie intérieur, et le Ningxia. Ce statut donne à ces trois provinces une certaine " liberté" en terme d'utilisation des ressources financières, ainsi qu'une certaine "indépendance" juridique et administrative. Ce sont des régions dites "autonomes" car historiquement la majorité de leur population n'était pas à majorité Han, mais issus de minorités nationales.
La croissance très rapide du pays depuis la fin des années 70 a fait une victime de taille: l'environnement, pollution de l'air et de l'eau, désertification , disparition d'espèces rares , déforestation.......
La Chine commence tout juste à prendre conscience des méfaits de l'industrialisation forcée et se trouve confrontée à une situation environnementale catastrophique.
La Chine est recouverte de déserts sur plus d'un quart et ces zones progressaient de 1500 km2 par an dans les années 1950, avale  aujourd'hui 2500 km2 de territoire chaque année. La désertification menace désormais 400 millions de personnes. 300 millions de personnes boivent une eau impropre à la consommation , ce qui rend malade près de 190 millions de personnes par an. 26 millions de Chinois ne peuvent satisfaire leurs besoins en eau. Les villes du nord sont les plus touchées, plus de 300 agglomérations frôlent la pénurie en eau.
Des violentes tempêtes de sable comme aujourd'hui balaient régulièrement le pays (surtout le nord) .
Autre symptôme de cette désertification, les eaux du fleuve jaune, le berceau de la civilisation chinoise, n'ont pu atteindre la mer pendant 226 jours consécutif en 1997.
1/3 des rivières sont " très polluées" ainsi que 75% des lacs et 25% des eaux côtières.
Plus de 17000 villes n'ont pas de tout à l'égout. Sur les petites villes traversées, les ordures sont entassées le long de la route sur la sortie de la ville et de temps en temps on fait le feu. En attendant cela doit attirer les rats et ce qui suit.
La pollution atmosphérique est également préoccupante, notamment dans les grandes villes où l'explosion de la voiture contribue au émissions nocives. En 2007,  16 des 20 villes les plus polluées au monde étaient chinoises.
Une des causes est le charbon (chauffage) identifiable l'hiver à la poussière noire dans l'air. Le gouvernement a entamé un vaste programme de conversion du charbon vers le gaz et le fioul, mais le processus sera long.
La Chine est devenue en 2007 le plus gros pollueur mondial devant les Etats Unis avec des émissions annuelles de dioxyde de carbone dépassant 6 milliards de tonnes.
Moins de 1% des villes chinoises ont une qualité d'air conforme à celles des normes internationales.
En plus du coût humain, la pollution en Chine a un impact économique important; selon un rapport de la banque mondiale, la pollution coûte tous les ans à la Chine 8 à 12% de son PNB. Et malgré tout ceci la Chine (tous comme les Etats Unis) a refusée de signer le protocole de Kyoto.
Langzhou capitale de la pollution devance même Mexico.
Mais le toit du monde n'est pas oublié, mangé petit à petit par le tourisme de masse et ses ineffables conséquences sur l'augmentation des déchets (et ce jusqu'au camp de base de l'Everest qui croule littéralement sous les déchets non biodégradables).
Pour l'instant la Chine de l'ouest dans son ensemble ne souffre pas trop de pollution (pour le moment) tant son développement n'est pas encore semblable à celui du sous continent chinois.
La page culturel sur l'environnement est terminée, je vais tenter de l'envoyer (?) demain sera un autre jour et un sujet sans doute différent !
Ils feraient mieux de me donner mon passeport, quand je roule je n'ai pas le temps d'écrire.
shuî ge hâo iào ! mingtiân jîàn !
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHINE- Dimanche 06 au jeudi 07 octobre 2013 - 106-107-108ème étape

Cliquez pour agrandir l'image
Etapes:      Amyang - Xixiang - Zengzhou
Distance:    143  /    156  /  85 kms
Déniv+:
Distance totale: 10377 kms
Déniv+ total:  88965 m
T°sur vélo: 28 /28 /28°C

Wânshâng hâo !
J'arrête de dire du mal de ces malheureux petits Chinois, car ils n'arrêtent pas d'être serviables plus que de nature.
La veille ce jeune Lieuzhenlong qui a été un fameux guide, (il m'a déjà envoyé deux e-mail) et au départ de cette étape je m'arrête sur le parcours car un cours de danse s'y donne, en pleine rue, je demande l'autorisation de les filmer, et ça fini par une petite collation.
Peu après sur la traversée d'une ville je m'arrête encore pour voir un petit stand ou un gars chante, ceci pour une marque de voiture chinoise. Je n'ai rien vu du spectacle car une hôtesse est venue m'apporter à boire, puis m'a apportée en cadeau un thermo qui se met dans les voitures, puis un gars m'a offert un porte clefs de la marque des voitures. Que dire si ce n'est qu'ils sont sympa !
Je roule toujours dans ce nuage de pollution, je me demande comment je vais avoir mes poumons à la sortie de l'Asie. C'est depuis la sortie de Beijing que des sîtes industriels, et lorsqu'il y a une zone industriel, ce sont des immenses bâtiments sur plusieurs étages. La Chine s'éveille ?
Je roule bien car les routes sont en bon état et c'est plat, les seules côtes sont le passage des ponts, donc une bonne moyenne, vinso se régale et moi je commence à prendre mes repères sur la direction à prendre, pour l'instant ça se passe pas trop mal, si ce n'est la traversée des villes, car les seules indications sont les noms des rues et aucune sur les directions à prendre sur les villes suivantes. Pour l'instant j'ai pris comme aide à mon itinéraire; comme je vais au sud le soleil doit être à ma gauche le matin et à ma droite l'après midi. Pour l'instant ça marche, pour combien de temps ? surtout que les villes ici sont tout de suite à un million d'habitants......hier je suis sorti de la ville j'avais  45 kms au compteur.
Le soir la chance m'a encore accompagnée, je demande des indications à un jeune en mobylette et je lui dis en chinois (hé oui ) que je cherche un hôtel (il y a des mots qu'il faut apprendre) il me fait signe de le suivre, il téléphone regarde sur son téléphone le plan de situation des hôtels, le premier me refuse pour impossibilité à recevoir des étrangers, nous repartons et passons devant un autre, il me fait signe d'essayer, ça marche ! il m'aide même à monter les bagages dans la chambre, et me demande si la chambre me va bien. Serviable, adorable.
Le matin je m'amuse bien, car à l'arrêt des feux, les mobs et vélos s'arrêtent (pas tous) et ils sont tout de suite une cinquantaine à attendre le vert et donc sont attirés par vinso et la BoB. Ils me demandent certainement d'où je viens et ou je vais, et je leur réponds wo budong (je ne comprends pas) et une cinquantaine de hihihihihihihihi!!!! . c'est mon jeu du matin.
A ces carrefours il faut d'ailleurs faire attention, car ça part dans tous les sens, sens contraire, en diagonale à  gauche, à droite c'est pas étonnant qu'ils aient les yeux tirés, les miens s'allongent......
Aujourd'hui je m'arrête tôt (13h) car j'arrive dans la capitale de la province du Henan: Zhengzhou (2millions d'habitants).
Le Henan est une province pauvre et enclavée. Elle est traversée par le capricieux fleuve jaune (Huâng Hê) qui a favorisé l'essor d'une grande civilisation. (5464 kms)
La province possède le plus vieux temple bouddhique du pays et l'une des plus fabuleuse collection de sculptures bouddhique dans les grottes de Longmen. Elle abrite également le temple Shaolin, la légendaire institution qui mêle avec succès arts martiaux et bouddhisme.
Le Henan abrite aussi la plus vieille communauté juive de Chine.
Il se dit que le Henan est dans l'incapacité à rattraper le reste du pays, ce qui expliquerait que la curieuse bourgade de Nânjiécun croit toujours en l'avenir du collectivisme maoîste.
Zengzhou rasée par les bombardements de l'aviation japonaise, la capitale provinciale se modernise rapidement et conserve peu de vestige de l'ancienne cité. Avant d'entrer dans la ville, on roule sur une trentaine de kilomètres sur un très haut pont (bel ouvrage) d'une centaine de mètres de haut avec au premier étage le train, puis au dessus la nationale. On a une vue à cette hauteur sur la campagne que l'on traverse (lorsque la pollution n'est pas présente) et sur le fleuve jaune que l'on traverse.
Le général de Guomindang, fit sauter une digue en avril 1938 pour enrayer l'avancée japonaise. Cette tactique et impitoyable provoqua la noyade d'un million de Cette tactique désespérée et impitoyable provoqua la noyade d'un million de Chinois et en laissa 11 millions sans toit et mourant de faim.
Sur la pollution du fleuve un extrait de Wilkipédia:
Depuis le milieu des années 1980, le niveau de pollution du Huang He a été multiplié par deux1. La pollution provient de la cohorte d'usines chimiques et pharmaceutiques le long du fleuve et de ses affluents, notamment à Shizuishan, actuellement considérée comme l'une des villes les plus polluées du monde2.
Par suite d'un essor économique brutal, des prélèvements d'eau importants sur le Huang He liés à la prolifération d'exploitations agricoles, de villes, et d'usines, provoquent l'asséchement du fleuve2. La pénurie d'eau représente en effet 70 % du débit total moyen à long terme du fleuve Jaune. La période durant laquelle le fleuve s'assèche avant d'atteindre la mer ne cesse de s'allonger d'année en année - à peu près 200 jours en 19973. Cette situation pousse les autorités à pomper l'eau de la nappe phréatique à une vitesse qui dépasse la recharge de la nappe, de sorte que son niveau baisse inexorablement4. Ce phénomène est l'un des problèmes de pénurie d'eau les plus sensibles de la planète, du fait que le fleuve draine un immense bassin céréalier qui alimente une population très nombreuse. Il ne s'agit que de l'un des nombreux problèmes d'utilisation non durable de l'eau que l'on rencontre aujourd'hui dans le monde.

Le fleuve Jaune est un exemple extrême de cours d'eau ayant virtuellement perdu toutes ses fonctions naturelles en raison d'altérations anthropiques du régime hydrologique.
Demain direction le bureau de la sécurité publique pour une demande de prorogation de visa.
Mercredi 09 octobre 2013
je suis furieux, j'en ai marre de ces pays qui t'acceptent chez eux mais tu pourrissent la vie par la lourdeur, et les embûches qu'ils te mettent . S'ils ne veulent pas d'étrangers, ils le disent et ils ferment les portes, mais s'ils acceptent et bien ils font en sorte que les formalités soient réalisées en une seule fois, même si elles sont lourdes, mais franchement c'est à ne rien comprendre.
Explication: Jusqu'ici il était possible d'avoir un visa tourisme en Chine pour trois mois, même si les obtentions n'étaient pas égales suivant le lieu où tu le demandait, tu avais toujours les extentions possibles. Depuis juillet ce pays veut réduire son visa à deux mois pour le tourisme, soit, mais au lieu de donner tout de suite deux mois, il te file un visa d'un mois et il faut te faire une prorogation dans une capitale de province. Ce que j'ai fait aujourd'hui.
Je prends un taxi pour le bureau de la sécurité publique, immense hall avec tout autour des guichets. Il y en a un pour les étrangers, et les personnes parlent Anglais. Ils me demandent de bien vouloir remplir un document et de justifier ma résidence en Chine. Je leur dis que je suis à l'hôtel, mais comme je change de ville tous les jours je change également d'hôtel... Il nous faut un certificat de l'hôtel comme quoi vous êtes résident. Retour à l'hôtel, je leur demande de me faire ce papier qu'il me font sans se poser de questions. Retour au bureau de la sécurité publique. (Evidemment ces trajets prennent du temps). Photocopie du passeport, photocopie du visa, photocopie du tampon d'entrée et photo d'identité. Je fais les photocopies et je donne les photos d'identité que j'ai fait faire en même temps que le passeport à Toulouse. Pas conforme pour la Chine il faut passer à un service qui vous fait des photos et évidemment pas gratuitement. Retour au guichet le gars me dit qu'il ne me donne qu'un mois (je m'en doutais un peu) Pourrais je faire un autre mois dans une autre province? Non ! . Il me fait une photo pour son dossier informatique (ce n'est pas le même service) et me dit d'aller payer et de revenir le voir. Je vais au guichet pour payer, mais la fille me dit qu'elle ferme, elle ouvre à 13h. J'attends donc 13 heures. .....qui arrive et je peux payer. Je retourne au guichet du mec, mais c'est fermé, il ouvre à 14 heures. J'attends, 14h, 14h30, 15h 15h30 entre 15h30 et 16 mon gars revient et me dit que mon passeport sera à retirer le 16 octobre. Je me demande si j'ai bien compris, je le fait répéter et oui il garde mon passeport et me bloque une semaine dans cette ville. Pour faire un visa cinq jours, pour une prolongation huit jours !!!!!!!!
Donc normalement impossible de faire des visites, car ils demandent toujours le passeport, pas de changement d'hôtel puisque pas de passeport pas d'hôtel. En plus comme il me faut minimum deux semaines et demie pour atteindre Nanning (sans ennui et sans visite), qu'il me faut cinq jours pour l'obtention du visa Vietnam, je me demande ce que je vais faire. J'en sait rien et je suis trop remonté pour réfléchir.
J'avais super bien roulé, j'avalais les kilomètres pour arriver vers la province de Guangxi et à prendre son temps pour visiter, car les actuelles provinces sont tristes et polluées.
Voici les nouvelles, je serai plus calme demain et je vais avoir du temps pour me balader dans la ville.
Le Marcelou et Vinso





wân ân
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHINE - Mercredi 02 au samedi 05 octobre 2013 - Beijing - Baoding - 102-103-104 et 105è étape

Cliquez pour agrandir l'image
Etape du jour: Beijing - sortie de beijing            Etape du jour: sortie de Beijing - Baoding      Etape du jour: Boading -Shijizhuang            Etape jour: Shijizhuang - Xingtaî
Distance jour:  59 kms                                        Distance jour: 130 kms                                    Distance jour:  137 kms                                Distance jour: 145 kms
déniv+jour: presque rien                                      Déniv+: presque rien                                        Déniv+jour:                                                  Déniv+jour:
Distance totale: 9581 kms                                  Distance totale:  9711 kms                              Distance totale:  9848 kms                        Distance totale: 9993 kms
Déniv+ total: 88965 m                                        Déniv+ total: 88965 m                                      Déniv+total:                                                  Déniv+total:
T°sur vélo: 26°C                                                  T°sur vélo:  24°C                                              T°sur vélo:24°C                                            T°sur vélo: 24°C                                               

wânshàng hâo !
Voici un article que ma fille m'a envoyé, j'ai de la chance d'avoir fait la muraille la semaine dernière, ainsi que les autres sites touristiques.
Je vois d'hier la foule grossir dès le breakfast de l'hôtel, puis sur les sites qui sont noirs de monde. D'ailleurs j'ai rallongé de deux jours et l'hôtel n'a pas oublié de me dire que ces jours ci c'est plus cher !!
je m'en fout je pars demain matin
30 septembre 2013
CHINOIS FUTÉ – La Semaine d'or, des journées classées rouge sur les routes de Chine

Weibo.com
Le mot d'ordre est plein de sagesse : "Restez chez vous !" Ce soir démarrera en Chine la deuxième et dernière Semaine d'or de l'année. Ce nom désigne les deux semaines de vacances annuelles accordées par l'Etat aux salariés chinois depuis 2000. La première correspond au "festival de printemps", qui accompagne le Nouvel An chinois (année de la nouvelle lune chinoise), en début d'année, la seconde commence donc le 1er octobre, à l'occasion de la fête nationale.

Ces semaines, destinées à promouvoir le tourisme intérieur en Chine et permettre aux nombreux travailleurs migrants de rendre visite à leurs familles dans leurs provinces natales, n'offrent techniquement que trois jours de congés payés, mais les week-ends proches sont réarrangés de manière à ce que les salariés puissent jouir de sept jours continus de vacances.

Les Semaines d'or entraînent par conséquence de très nombreux déplacements à travers le pays. Et d'année en année, le rush s'accentue. On estimait que 28 millions de Chinois avaient voyagé à l'occasion de la toute première Semaine d'or. Cette semaine, treize ans plus tard, plus de 610 millions de personnes sont attendues sur les routes et dans les transports du pays – ce qui constitue encore une hausse de plus de 6 % par rapport à 2012, rapporte Xinhua. Ainsi, chaque jour, quelque 87 millions de voyageurs sont attendus en moyenne jusqu'au 7 octobre, a annoncé le gouvernement lors d'une conférence de presse.

A titre d'exemple, à Pékin, la Cité interdite avait attiré plus de 180 000 visiteurs le 1er octobre 2012 (le palais de la Cité impériale a été conçu au XVe siècle pour accueillir 9 000 résidents et serviteurs). "N'allez pas à la Cité interdite pendant la Semaine d'or", intime The Shangaiist. A Badaling, le site de la section la plus visitée de la Grande Muraille, celle-ci avait complètement disparu derrière la foule qui l'avait prise d'assaut le 3 octobre dernier. "N'allez pas sur la Grande Muraille pendant la Semaine d'or", insiste The Shangaiist.

Certes, les conducteurs de voitures ayant jusqu'à sept sièges passagers sont exemptés de péages tout au long de la semaine, un avantage récent… Mais The Shanghaiist de conclure, face à ces chiffres et aux photos de masses en mouvement de l'année passée : "Il est préférable de n'aller nulle part pendant la Semaine d'or."


Ce soir je rencontre deux Toulousains (mari et femme) qui sont partis de Toulouse
J'ai donc rencontré Hubert et Sylvie de Plaisance du Touch (ou La Salvetat) qui sont partis vers la fin mars début avril (site: nosrayonspourunsoleil.blogspot.com  ) chez Christine une amie à eux et qui a quinze années de Chine à son actif. Une personne intéressante, et qui bien sur par son expérience nous a fait passer une soirée agréable, mais minuit il faut que je prenne congé, demain c'est le départ.
mercredi 02/10/2013
La sortie de Pékin n'a pas été facile mais pas une grosse galère. Une demande assez souvent pour éviter de trop m'enfoncer vers une mauvaise direction. Je mets un B+ à Vinso et son pilote.
La route est plate, il fait bon, tout ce qu'il faut pour sortir d'une ville aussi grande. Les couloirs pour les vélos sont assez grands pour assurer une sécurité du vélo.
Le seul pb est venu pour trouver un hôtel, car cinq refus sur présentation du passeport. Explication: tous les hôtels ne peuvent pas recevoir des touristes, ils faut qu'ils aient l'autorisation (police ? gouvernement ?gouvernement police).
jeudi03/10/2013
Ce matin j'ai commencé par réparé une crevaison sur la BoB, y a mieux pour démarrer !
Route plate, léger vent mais dans le dos, indication de l'itinéraire en Chinois mais quelque fois doublée en anglais, et surtout assez fréquemment marquée par le numéro de la route. Par contre aucune indication de la ville présente, ce qui fait que par moment tu ne sais pas où tu es, dans quelle ville tu es, y a mieux pour être à l'aise, mais il y a pire. Donc journée assez cool, surtout que j'ai roulé assez longtemps avec un petit Chinois qui m'a sortit de deux déviations, il roulait moins vite que moi, mais je m'arrêtais de temps en temps pour qu'il reste à mon contact, on ne sait jamais........
Arrivée à Baoding, même refus des hôtels (trois) qu'hier. J'ai donc demandé à la police de m'aider de trouver un hôtel qui peut me recevoir sans avoir peur de se faire prendre par la police.
Je suis tombé sur un mec très sympa qui a mis du coeur à me trouver un logement, et il a vu avec les refus que cela n'était pas facile, mais il a été au bout et a parlementé avec les réceptions des hôtels.

vendredi 04/10/2013
Toujours une route en bon état ce qui permet de bien rouler. Aujourd'hui c'est deux petits Chinois qui me disent qu'ils vont dans le même sens et jusqu'à Shijiazhuang où je devrai dormir, et ils se joignent à moi. Ils roulent sur une vingtaine de kilomètres puis commencent à faiblir, je les lâche, trois petits Chinois en deux jours.....
D'avoir quitté les zones touristiques, les habitants me regardent avec des yeux rond (pour des Chinois c'est dur) et je passe évidemment souvent sur leurs mobiles pour une photo, ou une voiture roule au ralenti à côté de moi et le gars me filme.
Je voulais faire ma prolongation de visa dans cette ville qui en a la possibilité, mais pas de chance c'est demain samedi et pas de bureau ouvert, je tenterai ma chance à la capitale de la province du Henan.
J'ai roulé dans un environnement de pollution, à 300/400m tu ne vois plus rien, un brouillard de pollution. Les gens en vélo mettent des masques !
samedi 05/10/2013
Toujours la même pollution, ça n'a pas diminué, comment sont les poumons des gens qui vivent ici ? en plus ils sont nombreux, car je traverse des villes de plusieurs millions d'habitants.....
Aujourd'hui une belle journée qui commence par des photos à l'hôtel, puis je rencontre en passant dans une ville une fanfare (de femmes) qui attendent, je m'arrête et je demande si elles veulent bien jouer pour moi. Pas de problème, je peux les filmer, elles ne jouent que pour moi.......
J'ai fait une copie sur google map de mon itinéraire, ce qui permet d'avoir le nom de la ville en Anglais, puis en dessous en Chinois, avec ça j'avance pas trop mal pour le moment. Il me suffit de trouver quelqu'un, qui sache lire, qu''il veuille bien regarder mon itinéraire, qu'il comprenne mon itinéraire et qu'il veuille bien me répondre. Si tu réunis tous ces éléments, tu trouve les Chinois vachement sympa !
Je ne vais pas dire du mal d'eux aujourd'hui alors qu'ils m'ont gâtés aujourd'hui avec la fanfare, puis ce soir en arrivant à Xingtaî je m'arrête pour demander l'adresse d'un hôtel, des jeunes sont en train de réparer des vélos, ce sont deux magasins de cycles, un Giant et l'autre specialized j'en profite pour faire réparer ma tenue de sacoche de guidon, le gars ne ma fait pas payer et demande en plus de faire des photos, tous les employés y passent, puis le magasin d'a côté ne veux pas en être à part, ils me font des photos, et un garçon (dont j'ai oublié le nom; excuses moi) très gentil me propose de m'emmener jusqu'à l'hôtel. Passage à un autre mag Specialized photo de nouveau, puis trois paires de chaussettes offertes, passage au mag de son frère, photo de nouveau et son frère m'offre un (je ne sais pas comment ça s'appelle) un fourre tout organisé pour la toilette en voyage. Il m'aide à monter les bagages dans la chambre et refuse que je lui paie à boire car il n'a pas commencé à travailler aujourd'hui. Tout ça avec son translate de son mobile. Merci à toi.
Tout ça m'arrive aujourd'hui, alors qu'en vélo je me disais que j'allais donner mes premières impressions des Chinois, et qu'elles n'étaient pas fameuses. Que dire après ce qui m'arrive, que plus je m'enfonce dans ce pays et dans ces zones non touristiques, les gens vont êtres différents ?
Je voulais dire que le Chinois est rustre, comme je l'ai déjà dis, soit il est gentil soit il t'envoie promener. Pas facile !
Le Chinois fait du bruit en mangeant, ils aspirent en buvant le thé, font du bruit de bouche, et lorsqu'ils sont beaucoup ça fait beaucoup de bruit. Certains rotent (comme en Ouzbekistan et Kirghyzstan)
Certains s'installe à ta table (sans demander) pour téléphoner et comme ils parlent fort, c'est cool.
Mais il y a tous ceux que je rencontre (en dehors de la table) e qui sont gentil.

allez wân ân !
Le Marcelou et Vinso



Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHINE - Pékin samedi 28 septembre 2013

Cliquez pour agrandir l'image
wânshàng hâo !
Beijing (Pékin) fait quand même une surface de 16800 km2 soit la moitié de la Belgique !
17 millions d'habitants, (un million en 1920); sa croissance spectaculaire est l'oeuvre de la république populaire, qui redonne la place d'honneur aux laissés pour compte du mouvement de modernisation à l'occidentale, lié à l'influence et la présence étrangère de la fin du XIXè et début du XXè siècle, l'effort industriel se déplace des villes côtières vers celles de l'intérieur, Beijing récupère une importante industrie chimique et automobile. Elle est la troisième ville industrielle du pays.
L'ouverture de ces deux dernières décennies a propulsé le secteur industriel au premier rang des industries de pointe avec Shanghaî.
Mais malgré son gigantisme, Beijing suit un ordonnancement rigoureux. Son plan évoque un damier géant dont la cité interdite marque le centre.
La plupart des sites de Beijing se trouvent dans la ville proprement dite. Deux exeptions notables sont la grande muraille et les tombeaux Ming.L
La place Tian'ânmen, Tian'ânmen xi, Tiananman dông ou Qianmen, flanquée d'autères édifices de style soviétique des années 1950 et entourée de barrière blanche, la plus grande place publique au monde (440000m2) est une immense étendue plate et pavée au coeur de Beijing. Les immeubles alentour spnt restés bas permettant ainsi une vision ininterrompue d'un large pan du dôme céleste.
Sur la place des cerfs-volants s'élancent vers le ciel, les enfants courent et sautillent sur les pavés et les visiteurs Chinois (ainsi que les touristes étrangers) posent pour la photo obligée devant le portrait du grand timonier. Le jour de la fête nationale (1er octobre) la place croule sous les visiteurs. Mao voulait que cette place reflète la grandeur du parti communiste. Il y présida, brassard rouge au bras des défilés d'un million de participants. Je me souviens de cette vidéo de 1989, ce jeune Chinois se battant pour réclamer la démocratie , immobile devant un char d'assaut qui avançait.
Elle est surveillée par des caméras, des policiers en civils, des policiers en uniforme, l'endroit n'est pas véritablement propre à la détente (pas de quoi s'asseoir) . L'ambiance agitée fait de Tian'ânmen un lieu à part, où règne une atmosphère tangible d'autorité.
En face, la cité interdite, c'est ici que Mao proclama la République populaire le 1er octobre 1949 et son portrait géant flanqué de slogan anachroniques en est le principal ornement.
Une journée semble nécessaire (pour moi 5h30) pour visiter la cité marquant l'histoire de la ville (de 8kms de long) et celle du pays. Un site touristique pour les provinciaux lors de congés (c'est le cas aujourd'hui) et les touristes étrangers.
La petite reine chinoise commence à être détrônée par les voitures (dont le nombre a triplé au cours des cinq dernières années) , par les scooters électriques, mais la bicyclette traditionnelle ou électrique reste présente.
il n'est pas de bon Chinois qui n'ait pas marché sur la grande muraille avait un jour déclaré Mao Zedong . Depuis hier je suis un bon petit Chinois, mes yeux s'allongent....
Un des lieux touristiques le plus visités au monde.
La vue panoramique qui la voit serpenter au loin hérissées de ses fortins encore en bon états sur la crêtes des montagnes vers l'horizon est splendide.
Plus d'un million d'ouvriers (1/5 de la population chinoise de l'époque) auraient participé à la construction de l'ouvrage, qui a commencé (476-221 av.JC), mais tel que nous la connaissons date du XVIème siècle, il s'agit de la construction des Ming, qui court sur plus de 6700 km depuis Shanhaihuan, au bord de la mer de Chine, jusqu'à Jiayugan dans la province du Gansu. D'une hauteur variant de six à sept mètres et d'une largeur de quatre à cinq mètres, la muraille comporte des tour de garde à intervalles réguliers. ( d'après certains calculs, la quantité de matériaux utilisés pour la construction aurait été suffisante pour construire un mur d'un mètre de large et de cinq mètres de hauteur autour de la terre).
Je suis allé à Mutianyu (moins de visiteurs, et muraille en excellent état) qui se trouve à 80 km de Beijing. Vallée extrêmement disputée tout au long de l'histoire de Chine, cette partie fut édifiée il y a plus de 1400 ans.
La montée peut se faire (et s'est fait) par un téléphérique, une bonne marche de deux heures trente sur les remparts et j'ai choisis la descente au moyen d'une luge (système Allemand). Elle se fait assis sur une luge métallique qui glisse dans un toboggan géant tournant en lacets pendant dix minutes, jusqu'au parking au pied de la grande muraille.
Puis à faire la route de la soie il aurait inconcevable de ne pas faire le musée de la soie, qui se termine par (évidemment) le passage de la boutique. Heureusement le choix du vélo comme moyen de voyager évite des achats, mais la soie à ce prix c'est dommage de ne pas en profiter......
Demain certainement la dernière petite visite à la ville, ce matin j'ai préparé Vinso et la BoB, tracé l'itinéraire (d'un peu plus de 3000kms) en passant par Taiyan,Xi'an,Chongqing,Guiyang,Changsha,Nanning et Hanoî.
Je commence à me faire à la manière de se conduire des Chinois, qui est assez rustre, soit il t'envoie promener soit il est très serviable. Mais celui des campagnes sera sans aucun doute plus intéressant que celui des grandes villes.
Je commence également à me faire à la cuisine chinoise, même si je ne connais pas toujours ce que je mange (il vaut mieux quelque fois) et à être un peu plus habile avec les baguettes (malgré des tâches ce soir). Ce soir j'ai eu un plat très pimenté, (heureusement j'aime) mais il a fallu deux bières pour éteindre l'incendie...
dimanche 29 septembre 2013
Je profite qu'internet n'a pas fonctionné ce matin pour rajouter ma journée de visite des Hutong de la ville. A vrai dire je trouve drôle que l'on puisse mettre sur le guide touristique (qui dit visites) le vieux pékin, sachant que c'est le quartier pauvre, et visiter les gens qui ont peu de moyens me rends mal à l'aise. Je n'ai pas insisté dans ces quartiers.
Je devais essayer ce soir de manger une brochette d'insectes, mais au dernier moment je me suis dégonflé, je n'ai pas osé, peut être avec un copain nous nous serions encouragé, mais là .....serpents, scorpions, araignées, vers, .......désolé, je ne vous parlerai pas du goût ni à quoi ça ressemble, il faudra le faire vous même. A moins que .....la Chine n'est pas finie.
Mc Do finalement, c'est pas mal !!
allez wân ân !
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHINE - PEKIN jeudi 26 septembre 2013

你好 -nî hâo -
Un moment de patience peut préserver de grands malheurs, un moment d'impatience, détruire toute une vie. proverbe chinois.
Et dire que c'est un proverbe Chinois !
Dimanche soir (à Kashgar) en rentrant, je regarde par la fenêtre (du 20ème) et je vois que la ville commence à se couvrir de sable, une heure après toute la ville est sous une couverture de sable. Les autochtones mettent un masque de tissus, les touristes regardent...et avalent de la poussière.
Le vent de sable a la mauvaise idée d'empêcher les avions de partir, et c'est la panique pour tous ceux qui doivent partir, Glenn un copain Canadien devait partir mardi avec une correspondance à Pékin pour le Canada, annulé, et moi je pars mercredi ...... Chanceux ?
Départ 7h (heure de Pékin) le taxi assez grand (pour un vélo,une remorque,un sac et des sacoches) que j'avais commandé la veille n'est pas là, oubli du personnel de l'hôtel ! je me dépanne avec un taxi normal en mettant Vinso sur l'extérieur du coffre arrière en espérant que la route ne sera pas trop mauvaise pour lui faire subir des chocs.
J'arrive à l'aéroport, barrière fermée, le taxi klaxonne, mais soit le gardien a le sommeil lourd soit il n'y a personne. Le taxi me débarque devant la grille avec tous les effets. Le gardien se réveille sur le lever du jour (heure de Kashgar). Je file au bâtiment de l'aéroport(fermé) afin de trouver un chariot. Chance ils sont stockés dehors.
A l'ouverture de celui ci, je fais la queue à  l'enregistrement, paie pour la surcharge de bagage, et accompagne Vinso  qui ne passe pas dans les tapis au bout du bâtiment dans un service de liaison.
Je garde en bagage cabine mes sacoches , le passage à la sécurité: après le passage au tapis des sacoches , ils me vident (sans précaution ou délicatesse) tout ce que contient mes sacoches  et font repasser une à deux fois certains sacs de répartition. Je n'ai plus qu'à ranger de nouveau. ils me confisquent les deux olives d'air rapide pour crevaison.
Nous montons dans l'avion à 9H30, pour ne décoller qu'à 13h15, ce qui met en fragilité la correspondance pour Pékin.
Arrivée à Urmqi, la correspondance ne peut avoir lieu, il me faut changer mon billet....puis mes bagages qui devaient être pris jusqu'à Pékin sont débarqués de l'avion et je dois les réenregistrer ( content le Marcelou ) puis la fille me dit que je dois repayer la surcharge (multiplié par quatre) car à Kashgar il n'ont mis le poids sur le récépissé. Je me tape 850 CNY (112 euros) content le Marcelou !
Ils casent les gens pour Pékin dans un nouvel horaire, 21 heures. Fouille à nouveau des sacoches, là ils me font la même chose, repassage des effet à deux ou trois reprises, confiscation, d'un petit outil (scie) d'un briquet, d'allumettes dans leur boîte étanche et d'un système d'allume réchaud que l'on m'avait offert.
Départ de l'avion à 21h45, arrivée à Pékin 1h du matin, de l'aéroport deux heures, à 'hôtel deux heures trente.
Il y a des jours ou il faut de la patience....
Pékin n'est plus la ville aux millions de vélos, la voiture a fortement remplacée ceux ci, puis de nouveau des scooters électriques.
Demain visite de la muraille.
J'ai oublié aussi de vous parler du marché des animaux de Kashgar, considéré comme le plus important d'Asie centrale. Effectivement, ça vaut le coup d'oeil, nous ne sommes plus habitué à voir ce genre de transaction, je connaît cette pratique (dans ma lointaine jeunesse ) mais ici avec le verbe qui monte, les transactions qui prennent des allures d'affrontement. J'ai filmé une vente de mouton, de cheval et une qui s'est terminée avec une bagarre, j'ai filmé la bagarre....
Et puis voir vendre des dromadaires et yacks c'est pas tous les jours. Une belle matinée et début d'après midi.
Retour à Pékin, je suis assez désordonné ce soir.
Je suis allé à l'ambassade du Vietnam, la chance continue, obtention du visa en cinq jours ouvrables, et l'ambassade est fermée le 30 septembre et 1er octobre,sans doute la fête de Trung Tu 14e jour du 8ème mois lunaire (fête de la mi- automne) est une fête agricole et astrologique (fête de l'automne dominé par le principe féminin âmde la lune par opposition au printemps dominé par le principe masculinduongdu soleil). La fête est devenue celle des enfants. La veille au soir, dans les rues, danse de la licorne, procession de lanternes.(là aussi). C'est l'époque des banh deo,gâteaux de riz gluants farcis en forme de disque lunaire. La femme très gentille de l'ambassade m'a conseillée de faire mon visa à Nanning, donc je devrai partir plus tôt de Pékin.
Allez  -péngyôumen,wânshàng hâo ! -
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CHINE - Kashgar - Vendredi 20 septembre 2013 - samedi 21 septembre 2013

wânshàng hâo !
Plantons le décor: La province du Xinjiang est l'une des cinq provinces autonomes de la République populaire de Chine. Ce nom signifie littéralement ''nouvelle frontière''  et c'est la plus grande province de la Chine puisqu'elle s'étendsur plus de 1 660 000km2, un sixième du territoire chinois et partage les frontières de huit pays: Mongolie ,Russie , Kazakstan, Kirghyzstan,Tadjikistan, Afghanistan, Pakistan et l'Inde. Passage mythique de la route de la soie. Entre le vaste désert du Taklamakan et la dépression de Turpan (-155m au dessous du niveau de la mer), entre le sommet du K2 à la frontière avec le Pakistan et le lac Tianchi dans les environs de Urumqi. Population à majorité Ouîghoure (45%) et donc turcophone ce qui la change des autres provinces chinoises. Ceci d'autant que la province est donc à majorité musulmane....on est loin de Pékin ou de Shanghaî. Ici les restaurants ouîghours ne servent pas d'alcool et les bars sont quasi inexistants.
Kashgar se trouve  dans la province du Xinjiang (nord ouest), elle est la ville la plus à l'ouest de la nouvelle frontière chinoise et Kashgar a été l'épicentre de conflits et d'échanges culturels durant plus de deux millénaires. Capitale de coeur des habitants de la province, arrêt mythique sur la route de la soie. La ville rassemble dans ses murs toute l'histoire et toutes les populations de cette région. C' est la route de la soie méridionale, carrefour des cols de Toruguart ou d'Irkeshlam pour le Kirghyzstan ou jusqu'au Pakistan par l'époustouflante route du Karakoram.
La modernité s'est abattue ici comme une tempête de sable, les routes nationales et le chemin de fer qui la relie au reste de la Chine ont entrainé un afflux massif de travailleurs Han.
Les autorités chinoises ne semblent guère apprécier le vieux Kashgar et ont entrepris de le détruire, pâté de maison après l'autre. On estime que 90% de la vieille ville a subi l'érosion des bulldozers, elle représente un saut dans le temps  au pays des caravansérails et de la tradition.
C'est bien cette tradition que l'Unesco veut donner à voir puisqu'elle a décidée que les parties restantes seront préservées.
Un lacis de rues remplies d'échoppes ouîgoures et de ruelles bordées de maisons en pisé témoignent d'une époque résolue. Les plus anciennes ont ici un demi millénaire, et les plus récentes à peine cinquante ans.
En dépit de ces évolutions, forgerons et dinandiers s'affairent toujours dans les ruelles, les marchands interpellent le passant et vendent toutes sortes de produits .Les ânes se frayent un passage au milieu de la foule, des scooters et des taxis, et le fameux marché du dimanche conserve son authenticité malgré les bus touristiques.
Puis au Xinjiang , au porte de Kashgar le "désert de la mort" traduction littéraire de Taklamakan.
Température entre + 50°C l'été et -40°C l'hiver, sur une superficie de plus de 37000km2, le plus hostile du monde......puisque les scorpions, lézads ou autres gentils scarabées ne peuvent y trouver refuge.
Toujours contourné, jamais vaincu par la modernité, le désert de Taklamatan fait la nique aux hommes...on ne le traverse pas d'est en ouest, mais une route existe du nord au sud, l'autoroute du désert d'Hotan vers Urumqi.
Au Xinjiang il est partout.
Ce mixage de la population entraînant une culture différente fait que je n'arrive pas à saisir la culture chinoise (Han) , la culture musulmane des Ouîghoures étant fortement présente dans le quartier ''vieille ville'' et proche de celle ci.
La population semble vouloir être proche du touriste, et  si je me réfère à ma soirée d'hier, lorsque je mets ma main dans ma poche, elle est  déjà habitée d'une main visiteuse. oh Paulo ! qu'es que tu fais là ?
C'est la deuxième journée, toujours pas de repaires nécessaires pour comprendre la population, comprendre le fonctionnement pour reprendre la route. Ici pas de signalisation en anglais, peu de personne parlent l'anglais (même dans les grands hôtels), les gens t'envoient te faire voir ailleurs assez facilement, tandis que quelques uns prennent le temps de t"écouter. Il va falloir du temps pour sentir tout cela.
Hier je suis allé au Bureau de la Sécurité Publique pour essayer de prolonger mon visa, fermer c'est la fête de la lune, donc revient lundi petit Français...
Internet est bien protégé, la lenteur de son dépit en est une arme, difficilement pour le wi-fi, pas de connexion avec you tube (ce qui m'empêche de vous faire parvenir la vidéo du Kirghie qui me semble pourtant être bien), mais Skype marche impeccablement alors Paulo, va comprendre !
Demain je vais aller à ce fameux marché du dimanche, où les gens viennent vendre, échanger les animaux, et  viennent de plus de cinquante kilomètres à la ronde. Le plus grand d'Asie centrale.
A voir et à conter.
J'allais oublier de dire à Martine qu'il n'est pas nécessaire d'avoir un superbe cabinet dentaire, ici (tu peux le voir sur la photo) le cabinet est ouvert , voisin de la boucherie, la poussière rentrant par les portes ouvertes, tu as les dents de remplacement qui sont réalisées de suite par le voisin, bref du beau travail. Et pas cher ! Si tu veux je prends les renseignements nécessaires pour toi (juste pour toi).
C'est pareil pour Alain, ici la chaîne du froid ils ne connaissent pas, la découpe ? c'est le poids qui la détermine. Le prix ? pas cher. Pareil si tu veux je prends les renseignements (que pour toi) et ici aussi le boucher à un 4x4 BMW, un âne 4 pattes Bon Mulet Wagonné.
Allez je vous quitte en vous disant peut être mîngtiân jiàn
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : vendredi 7 octobre 2016