TURQUIE

vendredi 05 juillet- samedi 06 juillet- Dimanche 07 juillet-Lundi 08 juillet 2013 - 66-67-68-69ème étapes - 

Cliquez pour agrandir l'imageEtape du jour:  près d 'Horasan            Etape du jour:  près d'Eleskirt            Etape du jour: près de Talisçay                      Etape du jour: lshakpass Saray Nuhuri Gemisi
Distance jour      71 Km                          Distance jour:  77 Km                            Distance jour: 82 km                                      Distance jour:  83 km
Dénivelé jour:  316                                Dénivelé jour  977                                Dénivelé jour:  380                                        Dénivelé jour: 1416
Distance totale:  6115 Km                      Distance totale: 6192 Km                      Distance totale: 6268 km                              Distance totale:  6351 km
Dénivelé total:    60039                          Dénivelé total    61016                          Dénivelé total:  61396                                  Dénivelé total:62812
t° sur vélo: 42°C                                    T° sur vélo:: 40°C                                    T° sur vélo:  44°C                                          T° sur vélo:    37°C

Günaydin
Enfin sur la route ! nous sommes heureux, les Dalton sont sur la route de l'Iran. ah ça Iran, ça Iran, ça Iran....
Nous rencontrons un couple d'Allemagne qui passe au consulat pour avoir un visa, nous donnons évidemment notre expérience et les accompagnons au consulat après leur avoir payé le thé.
Les muscles sont à refaire, Camille à un petit problème de genou, mais elle a de la volonté, elle pédale..
Après quelques achats afn de pouvoir déjeuner, car les jeunes s'arrêtent SOUVENT afin de satisfaire leur estomac, le mien est celui d'un vieux, un peu rétrécit, mais le mollet est dur.
Nous montons le bivouac proche d'une rivière, mais vu sa couleur ne nous permet pas de prendre le bain afin de se laver.
Nous partons Camille,Alban et moi à la corvée de bois afin de pouvoir déguster la bière de l'étape autour d'un feu. Dommage qu'il n'y ai pas de saucisses.
Camille nous prépare une recette d' Alsace, farine et levure qui après fermentation formerons une pâte à pain, qui après partage se roulera sur une baguette de bois et que nous cuirons dans notre feu.
Une belle petite veillée, le seul problème avec ces jeunes c'est le respect de la  personne âgée, heureusement qu'il y a le vélo pour m'imposer.
Nous décidons de mettre nos montre à l'heure de l'Iran car la frontière passée c'est une heure et demie de différence avec la Turquie qui en a déjà une avec la France.
Réveil à 5h30 afin de rouler le plus possible au frais (au moins chaud) car aujourd'hui il y a un col à passer (2210). Nous sommes toujours aussi heureux de rouler ensemble.
Nous décidons de manger à 12 kilomètres du col, et nous nous arrêtons à côté d'une gendarmerie, qui est gardée par des hommes en uniforme militaire, armés et des sacs de sable sur le haut des murs ainsi que du barbelé. A peine le temps de descendre du vélo que les militaires nous interpellent, et évidemment nous pensons qu'ils nous demandent de ne pas rester près de la caserne, mais non, ils nous font signent de venir et de rentrer dans cette enceinte. Les vélo doivent restés dehors mais nous les laissons sans crainte avec le vigile à la porte c'est quand même mieux qu'un cadenas.
Ils nous accueillent avec le traditionnel thé, puis nous invitent à rentrer à leur réfectoire. Nous ne savons pas s'ils nous offrent le repas ou s'ils nous prêtent seulement la salle. Arrive une coupe de fruit, raison,cerises, prunes et une petite bouteille d'eau chacun. Puis de nouveau thé.
Jacques (du PCC) dit à ton commandant que lorsqu'il verra des cycloroutards  il les invite à la caserne.
Evidemment, re thé dehors avec le patron, j'ai le maillot du club de football  Calatasaray  le plus populaire de Turquie, ça coupe les barrières, et ils me parlent du Turc qui à joué au TFC (Jean Louis P j'ai oublié le nom).
Bref nous arrivons même à faire des photos à l'intérieur du camps. Incroyable !!
Nous repartons car il nous faut passer ce col, et nous ne savons pas le % de ce dernier, les militaires nous disent ''raide'' mais s'ils ne font pas de vélo, c'est comme s'ils avaient dit ''facile'',nous savons seulement qu'il fait 2210m.
Le goudron fondu nous agrippe les roues, c'est pénible de s'en détacher, et ça nous fait une excuse pour une éventuelle défaillance. Même pas, je suis arrivé 20 mn avant Alban et Jessica et 35mn avant Xaver et Camille. Lorsque je dis ''arrivé avant'' nous ne faisons pas une course, nous pédalons à notre rythme et le premier arrivant en haut attend.
Quelques kilomètres plus loin, nous trouvons un bel endroit avec rivière. Nous allons pouvoir nous laver !!
Que du bonheur, se laver les cheveux (j'ai bien dit les cheveux) et le corps dans cette rivière  qui est fraîche mais pas froide, idéale en température, parfaite en force de courant, un bonheur. Dire qu'il y a des gens qui pensent que c'est dur pour moi..........
Nous partons assez tôt, nous essayons de nous mettre à l'heure de l'Iran (-2h30) et surtout de rouler moins longtemps avec la chaleur.
Le Paysage change, les villages que nous traversons depuis deux jours sont vraiment pauvres, les gosses nous font des signes avec leurs mains en direction de la bouche. A l'arrêt ils nous demandent ''monnaie'' ''monnaie''.
Aujourd'hui c'est mon anniversaire que les jeunes n'ont oubliés de me souhaiter, en me rappelant que si l'on peut trouver des bières( de plus en plus dur) elles seront les bienvenues.
Bivouac toujours près d'une rivière, mais assez sale pour ne pas se tremper dedans.
Des troupeaux de vaches viennent à proximité et leurs bergers aussi qui après notre invitation passent avec leur âne la rivière , mais à endroit précis pour la profondeur. Photos, démonstration du savoir faire avec l'âne et même un essai de pilotage par Jessica.
L'heure de se mettre à l'apéro, on sort les olives, les bières et une surprise, du RICARD ! J'avais emporté une petite fiole pour faire une photo afin de trinquer avec mes amis Toulousain. Evidemment pas de quoi se saouler.
Repas et les jeunes m'offrent mon gâteau d'anniversaire avec bougie et feu d'artifice (un seul mais qui à bien pété). Ils sont adorables avec leur vieux papa.
Aujourd'hui sera une étape courte jusqu'à Dogübayazit puis une montée sur le monastère, mais aussi nous passerons a côté du mont Ararat (5137 je crois). On se demande comment Noé à fait pour s'échouer si haut. Il devait naviguer sur les nuages qui nous cache la pointe, ou alors lui aussi était à la recherche D'Efes (bière) avant la frontière.
Arrivant à Dogübayazit nous nous mettons à chercher les bières de l'étape, qui seront les dernières avant un mois car demain c'est l'Iran. Nous dépensons tout notre argent Turc qui ne nous servira plus .
La montée sur le monastère est sacrément pénible car la route en plus d'être raide est pavée, à en bavé. Environ 12% avec des parties à plus, j'ai la roue avant qui devient légère, il faut appuyer dessus.
Une fois en haut, je pars en stop afin de prendre le vélo de Camille car son genoux lui fait mal. Afin de calmer la douleur je lui dit de mettre tous les soirs un chiffon avec eau froide dessus.
Nous avons un bivouac avec une vue extraordinaire, mais on se l'ai gagné ! vue sur la ville, le monastère, la montagne et le mont Ararat.
Demain il faudra que je trouve un soudeur car la BoB a encore besoin, la première soudure à lâchée.
Herkese merhaba, yarina görüsürüz
Le Marcelou et vinso




Allez Mérhaba
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Mercredi 03 juillet 2013 - Erzurum -

Cliquez pour agrandir l'imageselâm
ON  A  LE  VISA    DE  L'IRAN
Depuis samedi, date à laquelle Jessica a obtenue son visa, nous allons tous les matins et tous les après midi au consulat. Le siège a donné qu'hier matin  Alban a obtenu son visa et peut donc partir avec Jessica (son épouse) . Heureusement, car pour un tandem il vaut mieux être deux. Nous sommes revenus au consulat tous les cinq l'après midi jusqu'à ce qu'ils nous mettent dehors à l'heure de fermeture et nous sommes revenus ce matin. Ce matin la personne (on pense que c'est le consul) nous a demandé depuis combien de temps Camille, Xavier et moi avons fait la demande,et  à la date de ma demande (21 mai) il a eu une réaction de visage qui voulait dire''ce n'est pas normal''. Bref il téléphone à Téhéran et à 1Oh30 il nous annonce de faire les papiers complémentaires, les photos (foulard pour les femmes) et le versement du montant visa, mais de le faire avant la fermeture du matin car il a un rdv. Nous nous partageons les tâches, et sommes prêt, au garde à vous pour l'obtention de nos visas vers les 12h.
Le consul nous remet les passeports et visas en disant qu'il avait un peu  honte pour l'attente et qu'il nous souhaitait un excellent séjour dans son pays l'Iran.
Nous lui disons un grand merci, d'abord de soulagement afin de pouvoir continuer cette route de la soie, et aussi de son implication à bien faire son travail car il a été de samedi à ce matin d'une grande disponibilité et il donne l'image sur l'hospitalité et la gentillesse du peuple Iranien que les gens nous rapportent de leurs séjours.
Ce soir nous allons fêter ça !!!!! avec nos trois Iraniens avant de reprendre la route vendredi matin. Depuis samedi sommes dans un sas iranien car hier soir les quatre garçons nous avaient fait un repas iranien, avec musique, et tous les soir nous nous exerçons à manger en tailleur sur le tapis.
Je n'avais pas trop d'espoir ce matin, et en arrivant je disais aux quatre jeunes que j'allais partir demain matin, direction la Georgie et l'Azerbadjan, traverser la mer Caspienne et Turkemenistan.
C'était un passage pas très facile et pas très drôle, mais j'avais besoin de bouger, d'être actif.
Tout cela est annulé, nous serons un convoi de cinq vélo au moins jusqu'à Téhéran.
Enfin nous allons rouler......
allez  merhaba et Serefe ! sagliginiza !
Le Marcelou et Vinso


Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Samedi 29 juin 2013 - Erzerum -

Selâm !
C'est une bonne équipe qui se retrouve dans cette ville d'Erzurum, ville dont on a fait le tour en deux jours et dont on espère ne pas rester longtemps.
Xavier et Camille sont arrivés hier midi et naturellement nous pris la bière de l'étape, celle des retrouvailles et celle de l'amitié. Il n'est pas facile de trouver un café qui a de la bière, mais nous avons trouvé une épicerie qui en vend, nous avons demandés au patron si l'on pouvaient boire boire chez lui, pas de problème je vous mets dans la petite pièce du fond. Comme des rois pour l'arrivée de Xavier et Camille. Vous me connaissez, j'aurai bien fait l'impasse mais je suis tellement influençable.............
Après ce rafraîchissement direction le consulat pour les deux nouveaux arrivants afin de savoir où en sont leurs visas qui ont été demandés à la même agence que moi à Ankara.Résultat: pas de visas !
Jeudi matin Jessica, Alban et avons été également aux résultats et Jessica à son visa mais pas Alban son mari qui a fait sa demande en même temps et à la même agence, mais elle est Suisse et lui Français.
Puis moi qui a reçu également une réponse négative. Nous avons essayé de discuter, mais une nouvelle demande s'impose.
Nous avons à ce consulat des personnes agréables et de bonne volonté qui rendent nos démarches (et ennuis) plus facile à gérer et digérer. Depuis Jeudi ils nous ont vu trois fois et c'est pas fini.
Je suis donc revenu l'après midi au consulat et j'ai discuté avec deux jeunes Iraniens très sympathiques qui m'ont même donnés le numéro de téléphone de leurs familles à Tabriz (Iran) pour si j'avais besoin de quelque chose, ainsi que leurs e-mail. Belle rencontre avec Elvin et Ata.
Hier donc retour tous les cinq au consulat pour apprendre le non visa de Xavier et Camille, puis rencontre de nouveau avec Elvin qui au bout de nos entretiens avec le personnel consulaire nous invite chez lui, et au fil de la conversation nous propose même  de squatter sa maison qu'il partage avec des amis étudiants. Cela arrange bien Xavier et Camille qui viennent d'arriver et qui n'avaient pas encore de lieu pour dormir.
Un grand appartement, des balcons pour mettre les vélos, trois jeunes Iraniens Elvin étudiant en Informatique,Saïd en  sport (et champion de squash ) et Ata étude vétérinaire, les courses faîtes afin de soulagerfinancièrement nos jeunes  hôtes,  olives,fromages,melons, spaghetti sont sur le tapis prêt à être consommés.  Xavier a acheté une bouteille de raki afin d'arroser son arrivée.
raki(du Turc raki dérivé de l'arabe araq) est une eau de vie (45 à 50° )consommée en Serbie,Albanie,Turquie,Kosovo,Arménie et plus généralement au Moyen Orient,aromatisée à l'anis principalement à base de raisin. Il est consommé allongé d'eau (parfois sec). En turc, il est appelé familièrement aslan sütü (lait de lion).
Nous apprenons comment trinquer dans les deux langues, les jeunes au kola et nous au raki. Certains d'entre nous étant peu doué pour apprendre les coutumes fait que nous sommes obligé (enfin, ils m'obligent) de recommencer plusieurs fois. La bouteille est vide sans que nous soyons certain d'avoir compris les coutumes des uns et des autres.
Musique orientale, française accompagne la soirée avec des éclairs de pas de danse. Nos trois Iraniens nous montrent également leur connaissance de la chanson française avec.....Edith Piaf (désolé Johnny et autres..)
Deux heures du matin Jessica, Alban et moi laissons nos amis car ils nous faut redescendre à nos hôtels qui sont côte à côtes à trente minutes de là.
Voila comment les frontières tombent et que nous nous sentons tous simplement citoyens du monde.
Görüsürüz !
Le Marcelou et Vinso
Cliquez pour agrandir l'image
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Lundi 25 Juin 2013 - Erzurum -

Cliquez pour agrandir l'imageSevgili dostlar,iyi aksamlar !
Erzurum est une ville de 400 000 habitants à uns altitude de 1853 M. Elle est dotée d'un patrimoine seldjoukide (dynastie turque qui régna du XIè au XIIIè siècle), et se revendique comme capitale architecturale de l'Anatolie orientale.
La rue principale est jalonnée de splendides medersas ( établissement d'enseignement,en pays musulman,dirigé par des religieux) et mosquées. La vue de la citadelle sur la steppe en arrière plan est fantastique.
Erzurum partage avec Konya (Cappadoce) une réputation de ville pieuse et conservatrice.
En raison de sa position stratégique, à l'intersection des voies de communication avec Constantinople,la Russie et la Perse, Erzurum a connu une histoire mouvementée: elle est tour à tour tombée aux mains des armées arméniennes,perses,romaines,bysantines, arabes, turques saltukides,turques seldjoukides, mongoles et Russes. Que ça !, les Russes l'occupèrent de 1882 à 1916, qui n'est pas aussi loin que ça.
A l'occasion d'un congrès resté célèbre en juillet 1919,  Atatürk se rendit à Erzurum et il marqua le point de départ de la lutte pour l'indépendance de la Turquie, en fixant les frontières du territoire de la future République turque.
Pour autant la ville ne semble pas être figée dans le passé, car elle bordée de centres commerciaux neufs, et il suffit de voir l'animation qui règne dans les rues le soir. Les habitants s'habillent et sortent le soir, les garçons se tenant par le cou, les épaules ou le bras parcourent la ville.
Les terrasses des maisons de çay (thé) en fin d'après midi et début de soirée sont remplies d'hommes. Que des hommes (il semble mais je n'ai pas vérifié) que la plupart de ces maisons soient  interdites aux femmes, ce qui fait dire que les hommes s'y réfugient afin d'échapper au caractère bien trempé des femmes turques.
La meilleure station de ski de la Turquie se trouve à 5kms d'Erzurum et est dotée d'infrastructures de premier ordre, télésiéges,télécabines,parcs de snowboard et des tremplins impressionnants. Elle a accueillie en janvier 2011 les jeux internationaux universitaires d'hiver.
Voilà une vue de la ville, demain se poursuit la visite, avec l'arrivée de Jessica et d'Alban qui arrivent par le train de 12H. Camille et Xavier devraient être parmi nous après demain. C'est le vieux qui doit payer la première bière...
allez Yarina görüsürüz
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

24 juin 2013 - Erzerum -

Cliquez pour agrandir l'imageGünaydin
Je suis arrivé hier après midi à 16h à Erzerum (15h15 de rail). sur le quai de la gare tout un rang de policiers et une grande foule agitant des drapeaux. Je suis gêné, car je suis resté en short pas rasé et même si c'est difficile, certainement une sale gueule après quinze heures de train.
C'était pas pour moi, mais pour une personnalité du gouvernement venu faire un meeting de propagande (ils en font tous actuellement) sortie de la gare par une sortie autre que principale, c'est à dire débrouille toi ! Dehors des centaines ou des milliers suivant les organisateurs ou la police, mais ce doit être des milliers vu que l'un ou l'autre sont du même camps. Bus spéciaux etc ...etc...
Je suis donc arrivé le premier, et je vien à l'instant de recevoir un e-mail de Camille et Xavier qui sont à un ou deux jours et je pense qu'Alban et Jessica sont à un jour devant ou derrière.
Je suis allé en reconnaissance pour le consulat Iranien, j'espère avoir des nouvelles de l'agence afin d'obtenir mon numéro de référence qui est le pass pour que le visa se prépare et s'obtienne.
Pendant que j'écris ces news, j'ai ma boîte aux lettres ouverte et Xavier me dit que suite à mon e-mail il a appelé l'agence (nous avons la même) et que le gars lui a dit vendredi pour son. numéro de référence. Je l'appelle demain matin.
Sinon Erzerum vous fait rentrer dans une Turquie très différente que celle de l'Ouest qui sont des grandes villes et touristiques. Ici nous rentrons dans la Turquie non touristique, l'islam est plus voyant sur l'accoutrement des femmes. Ici la tenue noire et l'intégrale sont de sortie. Déjà dans le train la population rentrante dans les derniers arrêts reflétée celle que je rencontre maintenant.
La vie est aussi moins chère qu'à Ankara et bien sûr de Gorême.
allez à demain
merhaba
Le Marcelou et Vinso



Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

22 juin 2013 - Kayseri - 65ème étape

Etape du jour:  Gorême - Kayseri
Distance jour:86 kms
Dénivelé jour:  769 m
Distance totale:  6041 kms
Dénivelé total:  59723 m
T°sur vélo:  37°C

Gûnaydin
Après six heures de bus (250 kms) et une nuit à Gorême dans Nirvanacave , la colère s'est apaisée et je suis content de retrouver le contact avec vinso.
Cela commence pour quitter la ville par une belle montée pavée. Les pavés c'est agréable à l'oeil, mais pas pour le vélo , surtout lorsque la pente est raide, mais peu importe je suis heureux !
Après ûrgut, la route est monotone car désertique, seule les petites côtes permettent de ne pas s'endormir. Je suis à 1340 d'altitude et j'en ai pas l'impression tant il fait chaud.
J'arrive à Kayseri assez tôt car il est 13h45 au compteur. Un cyber-café, un peu de courrier et direction la gare, car je ne vous ai pas dit, mais nous prenons le train. Par e-mail Alban et Jessica m'ont dit qu'ils prenaient le train afin d'arriver dans le même temps que Camille et Xavier qui sont partis d'un peu plus d'une semaine. Je décide de faire de même et nous avons programmés un bivouac tous les cinq.
Nous irons au consulat de L'Iran, et suivant les réponses nous aviserons.
Donc une première, le train ! j'ai pris le billet pour un départ à  0 h 48 et une arrivée à 13 h 55. Pour le vélo ils me disent ( la sncf Turc)qu'il n'y a pas de problème, dans le wagon bagage et moi dans le wagon 38. Maintenant je pense que le wagon bagage est en queue mais je sais pas comment ça se passe pour le monter dans le wagon car impossible de communiquer avec les employés qui ne parlent pas un mot d'Anglais. On verra bien.... Je vous raconterai cela demain.
Le bus est très très spécial dans leur terminaux , maintenant essayons le train.
Je vous quitte car comme Richard j'entends.......
Mérhaba
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

vendredi 21 juin 2013 - terminal bus d'Ankara pour Gorême -

Gûnaydin
Il y a des braves gens, mais il y a des ''pourris''. J'étais hier furieux contre le mec de l'agence que l'ambassade nous impose. Comme je vous l'ai dit précédemment, mardi après midi en arrivant sur Ankara le gars me disait ''la semaine prochaine'' et devant ma réaction lui disant que le visa était du 17 juin et que si cela continue je me désiste pour traverser l'Iran. Sur cette réaction il fait téléphoner sa secrétaire à l'ambassade, me dit de repasser mercredi, puis le lendemain me dit que c'est ok que j'aurais le visa vendredi matin. Rendez vous jeudi entre 15 et 16 heures pour le payer. Hier au rendez vous il n'y avait que sa secrétaire pour me dire qu'il était absent ce week end et pas joignable ! je pense que je lui aurai mis mon poing sur la figure ........ j'étais furieux !
Ce matin je suis allé à l'ambassade d'Iran, mais il me manquait le numéro d'enregistration donc impossible d'avoir le visa, mais l'ambassade serait d'accord pour me l'envoyer à leur consulat d'Erzurum.(est du pays)
Je vais faire au gars de l'agence un e-mail, il se débrouillera pour trouver un moyen de paiement. Je pars, trop longtemps à attendre, quitte à me passer de l'Iran et de faire un saut de puce en Ouzbekistan, mais le gars ne jouera pas longtemps avec moi. Je ne suis ni un jouet ni un gamin.
Evidemment je souhaite passer en Iran, même si maintenant avec mes dates de visa qui sont du 17 juillet au 17 août seront courtes et m'empêcheront d'aller sur le sud Iranien. Je verrai le moment venu, car la frontière Iranienne est encore loin.
Donc ce soir je dormirai à Gorême, dans cet agréable endroit qu'est: www.nirvanacave.com et pour faire tomber la tension, je boirai la bière de l'étape, même si je n'ai pas roulé.
Je vous mets quand même cette petite vidéo qui a trouvée le moyen de me calmer hier au soir.
maintenant je parlerai plus que de vinso.
Allez Merhaba
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Mercredi 19 juin 2013 -Ankara -

Gûnaydin
Je mets juste un petit mot histoire de joindre une vidéo, et de donner quand même de petites nouvelles des visas.
Visa Turkéménistan, le gars de l'ambassade m'a dit de revenir demain matin et que je passe à la banque avant pour pouvoir recevoir le visa, donc demain c'est bon.
Visa Iran, en arrivant sur Ankara mardi après midi avant de faire quoi que ce soit je suis passé à l'agence qui m'a dit peut être dans cinq ou six jours, j'ai donc répondu que j'arrêtai de demander le visa, car ça fait un mois et qu'en plus de me bloquer, il  y a des frais que je ne veux plus faire. Il m'a donc dit de revenir aujourd'hui 15h, qu'il irait à l'ambassade D'Iran. Je suis donc arrivé au rdv de 15h, sans une minute de retard et le gars m'a dit que c'était bon, que je passe demain à l'agence et que l'ambassade me donnera le visa vendredi matin. Je ne sais pas comment prendre cette info, car d'une il a fallut que je les bouge, et autre interrogation, le jour de la délivrance du  visa. Le vendredi c'est le premier jour du week end en Iran, après lui avoir fait part de ma réflexion le gars de l'agence m'a dit qu'en Iran oui, mais qu'a Ankara l'ambassade est ouverte. J'ai un gros doute, mais pourquoi pas .......
Sur les forums tous les routards sont bloqués des deux côtés de la frontière Iranienne et attendent tous le déblocage avec impatience. Chacun met des infos dès qu'il en a.  Croisons les doigts !!
En attendant j'espère que vous allez aimer cette vidéo.
Mérhaba
Le Marcelou et vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Lundi 17 juin 2013  Gorême

Gûnaydin
Voilà trois jours que nous sommes en touriste (encore). Je dis nous car je suis toujours en compagnie de Jessica et d'Alban depuis que nous avons fait la route ensemble vendredi dernier.
Nous avons fait le tour de ce qui fallait voir, potiers, céramistes,tissages et marchands de tapis, restos...Ma virée en ballon a été très ''chouette'' très belle balade, c'est majestueux !
Maintenant la dure réalité nous attends, nous parlons de notre difficulté à avoir le visa Iranien qui détermine le passage de l'Asie centrale. bien sur, nous pourrions choisir de passer sur la Georgie,l'Azerbaidjan traverser la mer Caspienne , le Turkmenistan et l'Ouzbékistan, mais c'est aussi des visas que nous serions obligés de demander, cela à un coût et du temps. L te temps nous en avons encore faut il regarder ce délai avec le passage des montagnes un peu plus loin puis aussi des attentes, des attentes... c'est long d'attendre.
Donc demain je laisse le chargement et vinso , je prends le bus jusqu'à Ankara pour l'ambassade du Turkéménistan et de l'agence pour le visa Iranien car normalement mon entrée se faisait aujourd'hui, la demande étant 17/06 au 17/07. Dans le cas de non visa, je n'ai pas encore décidé, nous en parlions ce midi, je verrai mardi et mercredi.
Nirvana cave hôtel et camping à Gorême est un lieu très agréable(voir les photos) les chambres et dortoirs sont dans la roche, les fenêtres et portes sont toujours ouvertes mais il y a une fraîcheur toujours présente. Pas besoin de frigo pour tenir la bière au frais. Très bonne adresse, beaucoup de jeunes,il y a toutes les nationalités le temps de passage est court, des canapés chaises et tables à l'extérieur font que le contact entre les résidents est facilité. C'est presque l'auberge Espagnole. Il y a piscine et le service Turc, tu as besoin de quelque chose, on te le trouve et on te le livre. Seul le terrain de camping n'est pas très chouette et a fait notre refus à l'arrivée.
Adresse à conseillée. www.nirvanacave.com et info@nirvanacave.com très bon rapport qualité prix dans cet endroit touristique.
Allez les amis je vous donne des nouvelles des prochaines étapes dans deux à trois jours.
Mérhaba
Le Marcelou et vinso

Je vais essayer de vous mettre une vidéo (si j'ai le temps....)
 
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Vendredi 14 Juin 2013 - 64 ème étape -

Cliquez pour agrandir l'imageEtape du jour:  Aksaray - Gorême
Distance jour:  92 kms
Déniv+jour:  969 m
Distance totale: 5955 kms
Déniv+ total:  58954 m
T° sur vélo: 35°C

Gûnaydin
Démarrage par une côte, faut bien démarrer par quelque chose, même pour écrire les News.
Assez tôt sur le parcours je rencontre Jessica et Alban, qui roulent en tandem Pino plus remorque et sacoches. Jessica est Suisse et Alban Français mais vit en Suisse. Je n'ai pas encore demandé à Jessica s'il elle connaissait Cahuzac, mais sûrement, car une Suisse avec un gros sac et qui se dirige sur Singapour..... Je suis l'affaire !!
Ils sont bien sympathiques, nous avons fait une halte (bière) à quelques kilomètres de l'arrivée puis après la douche, la bière de l'étape.
Nous avons également pris le repas du soir en hauteur et en terrasse dominant Gorêne, avec une petite bouteille de vin Turc qui ma foi n'était pas si mal que ça.
Je suis surpris par la vitesse du tandem, car assez rapidement il me laissent sur place, à un moment j'étais quand même à 31 km/h et eux filaient bien devant. Ils font une moyenne de 22 alors que moi je suis à 17. C'est vrai que les parcours sont assez ''casse pattes''.
Donc belle journée !
Pas le temps d'écrire plus, car après la bière et le vin, Alban me propose un restant de bouteille de vieux rhum,et comme je n'aime pas contrarier les gens.....
J'ai aussi rencontré des gens de Foix et de Noé qui étaient en bus sur voyage organisé.
Allez merhaba
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Jeudi 13 Juin 2013 - 63 ème étape -

Cliquez pour agrandir l'imageEtape du jour:  Konya kulu - Aksaray
Distance jour:  145 kms
Déniv+ jour:  565 m
Distance totale:  5863 kms
Déniv+ total:  57991 m
T° sur vélo:  34°C

Sevgili dostlar, iyi aksamiar
Petite nuit, nuit de rêves, de réveil, bref une nuit agitée certainement due à la reprise, nuit d'un nouveau départ.
Debout de bonne heure, ce qui nous fait partir vinso et moi à 7h30, parfait pour la température (19°C) et pour le vent.
Etape bien monotone, une grande ligne droite avec au milieu une petite ville ou un gros village comme on veut, sur les côté des champs de blé, les moissons sont bien démarrées, de temps en temps les rives du lac Tuzgolo. C'est le mental qui prime, heureusement que je suis un rêveur, ça aide....
Demain direction les Cappadocces qui sont à 70/80 kms mais je crois qu'il y aura quelques montées à passer.
Peu importe du moment qu'on roule !
allez lyi geceler !
Le Marcelou et vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Mercredi 12 juin 2013 - 62 ème étape _

Cliquez pour agrandir l'imageEtape du jour Akara -konya kulu
Distance jour:  92 kms
Déniv+ jour:    930 m
Distance totale: 5718 kms
Déniv+ total :    57426 m
T° sur vélo: 34°C

Günaydin
Enfin sur la route !  Je prends plaisir de nouveau, c'est quand même là qu'on est le mieux, vélo et campagne. Donc direction les Cappadocces.
Le plus dur à été de sortir d'Ankara, mais j'ai fait des copains taxi qui ont une station devant l'hôtel, et depuis qu'ils m'ont vu avec le vélo et en sachant ce que j'ai fait et ce qu'il me reste à faire, c'est le tchai dès que je sors de l'hôtel, c'est le tchai ''quiverra'' (il faut oser la faire celle ci) je disais donc que les copains taxi m'ont donnés la route à prendre, et finalement je n'ai pas trop peiné, sauf bien sur la circulation et la conduite Turc à l'heure de pointe.
Donc soleil, vélo que du bonheur.
Cette semaine à été deux jours sur les visas. Pour l'Iran toujours rien, mais le gars me dit qu'il m'enverra un e-mail (je pense que la semaine prochaine cela devrait être bon) et le Turkéinénistan aussi.
Vivons dans l'espoir....
Promenades avec Xavier et Camille, puis bière avec des Français qui avaient des rendez vous boulot à Ankara et qui sont venus à l'hôtel deux jours.
Les affrontements sont redevenus sérieux, ce week end alors que c'était calme sur Istanbul, c'était encore chaud à Ankara alors que les manifestants avaient une représentation record. Dans la semaine, les lycéen occupent la rue en début d'après midi et le soir les plus vieux arrivent.
Samedi Erdogan à tenu six meeting (il n'est pas inquiet ?) et a demandé à ses partisans de montrer qu'ils sont comme pour les élections ''la majorité''. Ce week end il y aura les pro-Erdogan qui défileront samedi à Ankara et dimanche à Istanbul (si ce n'est pas le contraire) j'espère qu'il n'y aura pas d'affrontements entre les deux camps.
Hier alors qu'Erdogan avait dit qu'il allait recevoir les délégation, il a envoyé la police sur la place à Istanbul, et bizarre, mais la télé a fait du direct une grande partie de la journée. Elle fait aussi des reportages sur les hôteliers qui se plaignent du désistement des tourisme, des chauffeurs de taxi qui se plaignent aussi, de la bourse qui dévalue la Lire Turque et les conséquences sur l'avenir des projets d'intégration des entreprises sur le sol Turque. La télé à fond......il faut bien faire peur les indécis.
La réputation d'Erdogan est de manier le chaud et le froid en même temps ....
Les manifestants se disent déterminés, à suivre.... (peut être dans les autres villes.
allez merhaba
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Samedi 8 juin 2013 - Ankara -

Sergili dostlar,lyi aksamiar !

VINSO EST PRET A PARTIR !!!!
Depuis hier soir nous sommes prêt à partir, vinso à passé les examens de contrôle, ce qui n'allait pas a été soigné voir remplacé, bref tout neuf.
Mercredi soir j'avais envoyé un e-mail à Jolly Cycles pour demander s'il avait un n° de colis pour essayé de voir son parcours, jeudi matin j'avais la réponse et j'ai constaté un arrêt en France (metz qu'Alain Jolly a débloqué) puis un arrêt en Allemegne, puis son arrivée à Ankara depuis cinq jours. Je suis donc allé voir le mag de vélo pour savoir quoi faire, le gars à téléphoné à plusieurs endroits, puis plus rien.
Il m'a laissé avec un thé mais je me demandais où il était passé, j'attendais une réponse. Enfin le voilà qui revient vers moi, mais avec le paquet car il était partit le chercher lui même. On n'est jamais .......;;que par soi même. Des gens bien encore une fois.
Donc projection du travail à faire et de la livraison programmée pour hier en fin d'après midi. Ce qui fut fait.
    Quand tu as Jolly Cycles et Erdoganlar bisiklet avec toi, c'est que tu as beaucoup de chance
Je serai bien parti lundi, mais j'ai rendez vous mardi matin à l'ambassade Turkéménistan et je veux allé voir l'agence du visa Iran avant de partir.
En route pour les Cappadocces et la suite....
Aujourd'hui j'attends Camille et Xavier pour leur faire visiter la vieille ville qui ne connaissent pas, puis nous verrons après nos projets communs.
Nouvelle d'Ankara ! la ville est calme depuis jeudi, Erdogan manie le tout et son contraire, il a demandé jeudi que ses admirateurs ne viennent pas accueillir leur champion à l'aéroport, ce qui fait qu'avec cet appel ils étaient 3000 d'après les journaux à l'accueillir. Il a donc dit à cet instant que les minorité n'allait pas dire à la majorité ce qu'elle doit faire, et que les projets seront portés au bout.
Il a même critiqué les interventions des pays comme l'Allemagne, France et de son partenaire Américain, et il a dit sur celui ci qu' en Turquie la démocratie était respectée aussi bien qu'à NY lorsque les manifestants avaient fait le sitting à wall Sreet. (Avec les images passées le soir à la télé.) Puis vendredi, il a dit le contraire en disant que le peuple pouvait exprimé son mécontentement.........
Pour l'instant, la rue est calme, les lycéens maintiennent comme d'habitude l'après midi en attendant les gens plus agés (sans doute travail oblige) le soir. Rien n'a changé, si ce n'est le calme des oppositions police/manifestants. Je pense qu'encore une fois sera le dénouement du parc à Istenbul.
Il y a quand même 3 morts (dont un policier qui est tombé d'un pont) et 4800 blessés dont un soixantaine gravement.
Demain gros nettoyage des affaires, douche à Vinso et je vous tiens au courant lundi du programme.
allez Merhaba
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Mercredi 05 juin 2013 - Ankara -

Sevgili dostlar,lyi aksamiar !
Aujourd'hui Camille, Xavier et moi devons nous retrouver au carrefour du Kizelay, carrefour stratégique pour les manifestations qui se déroulent dans ce centre.
Je suis sur place à 9h30, et l'environnement n'est pas le même des autres jours, les jeunes sont déjà dans les rues, pas rassemblés mais ils arrivent alors que les autres jours c'est vers les 13h30/14h.
Les flics sont à côté de leurs bus, puis tout d'un coup, habillage, casque et bouclier et les voilà qui remontent la rue direction la préfecture de police ,les bus repartent, les blindés et les camions à eau remontent également. Que se passe -t-il ?
la nuit à quand même été mouvementée !
Nous remarquions avec Camille et Xavier, que oui il y a de la casse, mais ciblée; panneaux de pub, vitre de bus, il y eu quelques stands mobiles qui ont brûlés (mais peu) mais pas de casse avec les magasins, pas de pillage, entre les manifs et les affrontements la vie continue et les gens circulent avec des masques de tissus, impensable ! seul l'endroit du conflit est laissé aux participants, et le déplacement de la vie de la cité se fait en fonction du terrain de jeu de ces messieurs.
D'un seul coup j'entends des chants et arrivent  de directions opposées des cortèges derrière  leur syndicat et partis politiques. les jeunes les rejoignent par petits groupes.
L'ordre a été donné de laissé cette manifestation se déroulée sans provocation de la police qui n'est pas très loin, mais pas présente.
Il est au moins 14 heures lorsque l'on décident d'aller manger une petite graine - en parlant de graine , j'ai vu hier un CRS donner à manger aux pigeons, j'aimerai savoir s'il n'essayait pas de les dresser pour qu'il ch...sur la tête des manifestants - je disais donc que nous sommes partis manger un petit kabag, puis voir l'agence de voyage donnée à Xavier et Camille pour le visa Iran.
Nous avons bu une bière après puis au moment de se quitter, les flics étaient au pas de charge en train de remonter une rue, ils bloqués une autre rue et les camions à eau et blindés arrivés !
Une minute après les premières crymo arrivaient, surprenant le monde et faisant fuir rapidement les personnes circulant sur le trottoir, ça court de partout: sauve qui peut...
Je me rends compte que tout est bouclé, plus de métro, les deux grandes avenues fermées, '' il faut que je rentre'' je pense que ça va être chaud !!!
Que s'est il passé, je ne peux le dire car nous buvions la bière après la course aux visas.
Actuellement de la chambre j'entends les coup de feu (gaz) sur la ville, par contre il y a orage avec pluie, Avantage pour les manifestants, je pense que le gaz va moins se volatilisé. (peut être)
Je viens de voir que les médias ont annoncés 10000manifestants à Ankara, mais que les cinq jours de lutte ont fait deux morts et 2800 blessés.
Ergodan rentre demain soir de son voyage.....
allez rendez vous demain avec votre envoyé spécial.
Marhaba
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Mardi 04 juin 2013 -Ankara -

Gûnaydin
Ce matin lorsque je suis arrivé au Kizelay (quartier d'Ankara) les yeux te piquent à te faire pleurer et la gorge s'irrite, vite à l'air libre, mais à l'air libre l'air est encore plein de gaz de la nuit, c'est irrespirable ce matin. Il faut dire que la nuit dernière a été particulièrement chaude, j'ai entendu jusqu'à minuit les hélicoptères, puis les coups de feu (pour les gaz) qui n'arrêtaient pas.
Hier soir je discutais (difficilement) avec Marco, et celui ci me parlait d'un parc où les signes étaient morts d'avoir respirés le gaz lacrymogène, et je lui disais qu'effectivement je connais ce parc, car c'est un endroit qui se trouve à côté des ambassades et c'est un endroit où les enfants sont nombreux l'après midi avec leurs mamans. Les enfants vont être triste.
Aujourd'hui quelque chose à changer, les crs sont toujours aussi nombreux, mais ils discutent avec la population, avec des jeunes qui vont manifester, ils se serrent même la main en partant chacun de leur côté. Ils ont laissé le rassemblement se faire,ils n'ont pas envoyé de gaz, ils ont laissé la manif faire un tour de ville en encadrant bien le parcours et bloquant certaines rues. A la Française !
La nuit sera -telle calme ?
Je viens de voir à l'instant que le vice premier ministre s'est excusé auprès de la population pour le comportement des policiers qui ont été trop rapide sur l'emploi des gaz, qu'il s'excusé lui et son gouvernement auprès des manifestants du parc Gyris (je ne me souviens plus de l'orthographe) qui étaient pacifiques et qu'ils ne méritaient pas d'être chassés à coup de gaz, mais qu'il ne s'excusait pas contre les casseurs. Je ne sais pas ce qu'en pense Ergodan, lui qui disait qu'à son retour du Maghreb les manifs seraient finies. J'attends de voir ce provocateur à son retour.
Par contre je me suis fait reprendre trois fois pour l'appareil photo. Mais je ne comprends rien au Turc, rien à l'anglais, les pauvres gars ont du mal avec ce touriste qui ne comprend rien, mais qui à l'air sympa....
Pendant que je vous écris ce compte rendu, j'entends les hélicos et souvent les ambulances, alors fin ou continuiation ?
Arrivé à l'hôtel j'ai un mot de Camille et Xavier qui sont arrivés hier après midi, qui ont courus les ambassades ce matin mais que j'ai raté de dix minutes, j'espère les voir ou entendre afin qu'on se fasse une bouffe !!
Depuis quelques temps j'ai le temps de lire et de penser, même à des sortie vélo que l'on peut faire avec le PCC (Pinsaguel Cyclo Club).
  • Parla (Espagne sud de Madrid) Montcuq (près de chez nous)
  • Une liaison Est/Sud Avec Lamoura (près de Genève) à Sète
  • Lorgies à Poil ou à corps-nuds (béthune-Rennes)
  • Morton (Saumur) Saix (près de Castres)
  • ou alors le tour de Montéton dans le Lot et Garonne.
Dans trois ans j'organise des TGV exceptionnels.
Je suis désolé, ça doit être la conséquence d'absorption de gaz.
allez Merhaba
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Lundi 03 juin 2013 - Ankaka -

Gûnaydin
Aujourd'hui, pas de vélo mais j'ai dû faire un paquet de kilomètres, j'ai marché de 9 heures à 13h 45, j'en avait plein les nu-pieds.
Je suis allé à l'ambassade du Turkéménistan pour mon visa, le gars avez l'air plus reposé (c'est lundi) je lui ai donné les photocopies du passeport,du visa Ouzbek en couleur, l'imprimé demande de visa, et la lettre avec mon itinéraire et mes endroits de passage de frontière. J'avais oublié de mettre mon n° de passeport sur l'imprimé, il m'a gentiment fait signe sur l'oubli alors que la semaine dernière il n'aurait rien dit. Donc c'est parti pour un autre visa.
Je suis passé devant l'Elysée Turque, et comme il y avait la presse et les télévisions qui étaient devant la porte en train de faire leur direct (ou enregistrment) je me suis approché pour voir, et bien il y a un type d'une télé qui discrètement (mais je l'ai vu et remercié) a fait un signe à la sécurité pour qu'il me vire. Ce doit le Pernaud de TF1 Turc. Je voulais seulement voir si ce n'était pas une vente aux enchères de la cave de cette résidence......
Puis je me suis mis en observateur du début de la manif.
Vous le verrez sur la vidéo, le rassemblement se faisait, les manifestants traversent la rue (et pas en direction des flics) sans agressivité, et bien ceux ci  ont balancés les gaz. Comme la circulation et l'activité de la ville continue, les passants prennent les gaz, et des fois les cartouches de gaz, car les flics les envoient  à hauteur d'homme. Ils ne veulent pas de rassemblement. Donc tout le monde gueule sur les flics, et j'ai bien cru à un moment que les passants allaient basculés un blindé de flic.
Les klaxons et les tam-tam sur les casseroles encouragent les jeunes qui eux partent ''au combat''.
Erdogan est parti quatre jours au Maghreb, c'était prévu, mais qu'il en profite pour se renseigner sur le printemps Arabe. Je crois qu'il est aujourd'hui en Tunisie.
Il a dit que le projet commercial ira a son terme (le début du conflit) et que ce n'est pas quelques révolutionnaires qui le feraient arrêté, et pour mettre de l'huile sur le feu il annonce qu'il fera une mosquée sur une place d'Istanbul, place qui est le rassemblement des manifestations politiques et autres. Pas provocateur le mec !
J'ai trouvé cet après midi que l'âge des manifestants étaient très jeune, mais les plus vieux tapent sur les casseroles.
Les gagnants de cet après midi ce sont les taxis, car contre tout attente les flic ont fermés le métro, je ne vous dit pas le paquet de taxi sillonnant la ville.
J'ai pris le bus !
Allez Merhaba
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Dimanche 02 juin 2013 - Ankara -

Cliquez pour agrandir l'imageGûnaydin,
Ce matin, je suis allé dans le quartier du Kizelay (le centre de la ville)  pour voir s'il y avait des marques de la lutte de cette nuit.
Je prends le métro, et dés la descente de celui ci, les yeux te brûlent, te piquent, il devient dur de respirer et c'est presque au pas de course que tout le monde parcourent les couloirs sous terrain pour arriver enfin à l'air libre. J'ai l'impression qu'il y a dû y avoir refuge dans les couloirs du métro et les flics ont certainement balancés les gaz.
Dehors je vois effectivement le bilan de la nuit qui a été assez violente. (voir photo) Mais ce qui étonne c'est cette animation de personnel de la ville qui nettoie tout, le ballet des voitures de nettoyage, les réparateurs des feux tricolores, cette activité comme si l'on voulait effacer les traces de la lutte de la nuit. Ce nettoyage pour combien de temps ? je pense que ça recommencera demain.
Evidemment la ville est pleine de cars de crs (je ne sais pas comment ils s'appellent) et l'on devine que les gens sont venus aux nouvelles.
Je pars à midi, et la place sera plus propre qu'avant la manifestation, plus de papier et de plastique à terre, si ce n'est que toutes les vitres, panneaux de pub et box incendiés ne seront pas tous remplacés.
Seul la teneur de l'air avec ce gaz (qui tient très longtemps) qui te pique encore te rappelle que le nettoyage n'est pas dû à une fête.
Ici Ankara votre envoyé spécial.
Merhaba
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Samedi 01 juin 2013

Gûnaydin
Journée chaude sur Ankara et les grandes villes, des manifestations un peu musclées.
Erdogan (premier ministre) est face à l'un des plus important mouvement de contestation depuis son arrivée au pouvoir.
Sur Ankara les manifestants voulaient marcher sur le parlement, mais l'intervention musclé de la police et le gaz lacrymogène a fait éclatée la manifestation qui s'est organisée en petits groupes séparés entourant la police. Intéressant comme stratégie, mais au milieu tu te demande si tu ne va pas prendre d'un côté ou de l'autre, et les magasins sont des lieux de refuge pour récupérer des gaz.
Tout à commencé par une manifestation pour un parc (parc Gezi) et un campement pour empêcher le déracinement de 600 arbres dans le cadre d'un projet urbain (très contesté), et sont venu prêter main forte des manifestants qui veulent dénoncer la politique islamo-conservateur du pouvoir en place depuis 2002.
"Ce règne autoritaire doit cesser, on ne peut pas réduire les masses au silence, nous voulons vivre dans une Turquie laîque" dit un employé de banque.
Le revenu par habitant a triplé depuis 2002,mais Erdogan est accusé de dérives autoritaires et de vouloir "islamiser" la société Turque. Dernièrement le vote d'une loi restreignant la consommation et la vente d'alcool a suscité la colère des milieux libéraux.
Le président turc Abdulah Gûl à lancé aujourd'hui un appel au bon sens et au calme, jugeant le niveau de protestation inquiétante.
Je vous fais ce contre rendu sous le bruit des sirènes de police et d'ambulances, couverts quelques fois par le bruit d'un hélicoptère.
A mon arrivée à Ankara j'avais parlé à Marco de ce problème de dérive politique d'Erdogan qui inquiétait la population laïque du pays, mais je promets ç'est pas moi qui a mis le bazar, ni vinso que je suis allé voir ce matin, et nous avons découvert avec le fils du patron du magasin, que la BoB avait un bras de fêlé, et qu'elle devra passée au chalumeau pour ressouder. Décidèment !
Tout avait pourtant commencé par un moment de calme sur la visite de Kacatepe mosquée. Superbe mosquée qui est la ou l'une des plus grande mosquée existante.
Le calme avant la tempête...
allez merhaba
le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Vendredi 31 mai 2013

Günaydin !
On a du mal à croire qu'à Ankara, l'hiver la température peut atteindre -10/-15°C, mais il est vrai que la station de ski de Elmadag n'est qu'à 26 kms, sur un altitude de 1500/1850 m et qu'il y a 30 à 60 cm de neige. La conduite sur Ankara l'hiver à la mode Turc doit ëtre assez folklo, et les montées et descentes de la ville ne doivent pas être faciles.
Ce n'est pas le problème de maintenant, car je me protège plutôt du soleil, contrairement à Toulouse, si j'en croit les suivis de RER et TGV.
Côté blog, ce blog grâce à vous tous est bien actif, la plus faible connexion depuis le départ est 63/jour, hier 136. La totalité des visites est de 3161 visites, dont 80% de fidèles,5mn en moyenne sur le site les lecteurs passent sur 7 pages. Ils sont (décroissant)de France,Turquie, Etats unis d'Amérique, Grèce, Canada, Allemagne, Belgique, Espagne, Maroc , Suisse , Grande Bretagne , Italie, Cameroun, Colombie,
Hongrie , Israel.
Ma fille me dit sur un message qu'elle a récoltée dimanche à son repas d'anniversaire 260$ qui s'ajoute à ses 250$ du repas qu'elle avait organisée pour les enfants. 510$ de plus pour les enfants de Bousquairol.
Je suis toujours à régler des paperasses, avec des petites difficultés pour  la poste et mon changement d'adresse (je viens juste de le régler) avec Orange qui continu à me prélever sur le mobile et internet que j'ai interrompu, le plus c'est qu'avec Orange tu ne peux pas le faire par e-mail, pas de contact service client e-mail, j'ai donc réussi à avoir l'adresse hier (merci Jean Claude) et écrire aujourd'hui, attendons....
Puis lecture, je suis à mon quatrième livres depuis que je suis à Ankara, ça fait du bien de prendre le temps de lire, à la terrasse d'un café devant un verre de thé, ou dans un parc, bref le Marcelou est cool.
Je suis également ce qui se passe en France, sport et politique, ça va me faire drôle quand je vais reprendre la route.
La route Xavier et Camille ne sont plus loin d'Ankara (e-mail d'hier à 250 kms) et je vais les retrouver avec beaucoup de joie, ils galèrent aussi pour les visas qu'ils n'ont pas obtenus à Athènes.
Allez Herkesse merhaba !
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Mercredi 29 Mai 2013

Cliquez pour agrandir l'image
Günaydin !
les musées et les endroits insolites d'Ankara. Je ne me déplace plus qu'en métro ou bus comme un bon Akariote, c'est plus économique et je suis baigné dans la population.
Hier je suis donc allé à l'ambassade du Turkémistan, et là derrière sa petite trappe du guichet le fonctionne me dit qu'il faut une photo couleur, et photocopie couleur du passeport et du  visa de l'Ouzbékistan, évidemment je n'ai pas tout, difficile de penser qu'il fallait une photocopie du visa. Je pars donc à la recherche d'une photocopieuse couleur que je trouve après 1/2 heure de marche, en demandant un peu à tout le monde où y a -t-il une photocopie couleur ? Enfin presqu'à tout le monde, sauf au flic car il ne peut pas te répondre il a un sifflet dans la bouche ! (et il s'en sert!!)
Je retourne à l'ambassade et toujours derrière sa trappe de guichet, ce fonctionnaire me demande maintenant de lui faire une lettre en Anglais demandant un visa transit afin de traverser le pays, de mettre où je passe la frontière côté et côté Ouzbékistan, et de lui mettre l'itinéraire de ma traversée. Evidemment je n'ai pas tous les éléments en mémoire et je repars afin de lui noter tout ça et de revenir un autre jour car l'ambassade ferme à midi.
Avez vous déjà remarqué que toute les ambassades nous reçoivent toujours derrière un guichet,même la votre lorsque vous venez avec votre passeport, le flic d'Istanbul derrière sa vitre en glace, ''Bienvenue chez vous '' le contact est plus agréable !!!
Donc je vais revenir, mais le refus m'a fait réfléchir, peur être vaut il mieux que j'attende celui de l'Iran. Imaginons qu'il ne le délivre qu'en juillet (une ipothèse) je reste avec deux visas (le coût) sans pouvoir assurer la traversée manque de temps. Je garde donc l'Ouzbekistan et attends un peu pour l'autre.
J'ai demandé à voir le manager de l'hôtel, et je lui ai demandé que j'avais demandé le jour de mon arrivée le prix pour une nuit pour un single, mais que celui ci avait fait plusieurs nuits donc à combien peut il me faire la chambre s'il ne veut pas ma désertion. Il me demande de m'asseoir, si je veux un thé, il a un petit plateau avec des fruits secs, et seulement après ça la discussion peut se faire. Il accepte de me faire la chambre à 28 Euros, ce qui me fait 10 de plus que l'auberge de jeunesse, mais qui est elle complète. Je suis allé voir les prix ailleurs, et c'est un bon prix, je n'ai pas trouvé mieux, le seul inconvénient c'est l'écart de l'hôtel et le centre ville, mais deux stations de métro, et l'avantage c'est la vieille ville avec sa population qui est complètement différente du centre urbain. D'ailleurs pour les affaires c'est Ulus qui est donné sur les guides, le marché est typique ''comme là bas''. Donc un bon deal, et le personnel me connait bien maintenant, j'ai le sourire de la femme de chambres tous les matins, puis le petit déj est copieux et à volonté, ce qui me fait sauté celui du midi.
Il me tarde cependant de reprendre le vélo, car l'itinérant est quand même plus agréable, et je commence à me rouiller.
Je me suis pesé ce matin, il faut vraiment que je fasse attention à mes affaires, car j'ai perdu 16kgs, bon je ne vais pas passer au commissariat, j'espère qu'ils ne me les renverront pas.
J'ai vu le président sortir de chez lui hier matin, et come chez nous, trois voitures officielles, quinze voitures de gardes, de police et même une ambulance, puis on arrête toute la circulation pour laisser filer ce cortège à toute allure. Le parc de son Elysé est immense, j'espère qu'il a des enfants .....
Sevgili dostlar,iyi aksamiar
le Marcelou et vinso


 
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Lundi 27 mai 2013 - Ankara -

Cliquez pour agrandir l'imageGünaydin
J'entame une nouvelle semaine avec bonheur, car à 6heures du matin, j'ai Skypé avec ma fille pour lui souhaiter son anniversaire. Elle avait invité famille et amis afin de faire une fête,et elle a demandé de ne pas lui faire de cadeau, mais à la place que les invités fassent un don pour les enfants de Bousquairol. Voilà c'est ma princesse, un amour de fille.
Une journée qui commence comme ça il faut la poursuivre, ne pas s'arrêter. Je prends donc douche et petit déj puis direction voir Vinso. En effet ces jours ci (j'ai le temps) je pensais qu'effectivement je passais avec le poids sur vinso les côtes de 8/10% mais qu'après c'était poussette, et que la poussette était très pénible avec cette pente. Avant de partir j'avais pensé faire mettre 22x32x44 et 11/32 ou 11/34, mais le vélo était monté et je n'ai pas osé revenir en arrière. J'ai proposé avec ce qu'ils avaient en magasin de faire monter un 24x32x42 et 11x36 toujours en XT 10 vitesses. Vu les étapes que je vais avoir jusqu'à la Chine, je préfère anticiper, puisque j'ai le temps par les visas.
Ensuite direction l'ambassade d'Ouzbékistan, pour mon visa, le gars me fait signe que c'est ok, mais il faut que je passe à une banque au centre ville pour faire un visa de 80$, chose que je fait et retour avec le récépissé et VISA accordé. maintenant que celui ci est sur le passeport direction demain à l'ambassade du Turkéménistan qui ferme à midi pour les visas. ET d'un !
Retour à l'hôtel et e-mail de Jolly-Cycles qui me dit que la roue est bloquée à la douane de Metz, qu'il envoie trois exemplaires de facture afin que celle-ci puisse partir aujourd'hui. Pas de chance !
Mais comme je dis à Alain Jolly, il y a plus grave dans la vie, ce n'est qu'embêtant, c'est tout. N'importe comment je suis bloqué par les visas, je ne peut pas passer avant le 17 juin en Iran et j'en profite pour attendre Xavier et Camille qui devraient arriver sur Ankara cette semaine et ils galèrent aussi pour l'Iran, peut être que mon expérience sur Ankara pourra les aider, et je vais voir ce que je peux explorer dans les environs.
J'allai oublié de dire que ce matin, le fils du patron qui est très aimable et compétent à ouvert son site pour voir la proposition de prix et il a été surpris et très flatté qu'un fidèle de 31vinso les remercie pour me venir en aide. (merci à toi Papanou31 tu as fait plaisir à ces braves commerçants Turcs. et je ne vois toujours pas qui il est , je cherche et j'espère bien avant la fin de mon tdm trouver).
Je vois que le stade à perdu (reflet de sa saison) mais que la région sera quand même représentée, je suis content pour le travail que font les deux Laurent,  Labit et Travers. Résultats d'un travail qu'ils avaient déjà commencé à Montauban, et qu'ils ont continués avec assiduité depuis quelques années à Castres.
J'ai aussi une bonne nouvelle, l'agence Belloti de Portet sur Garonne m'a louée la maison à un ingé d'Airbus, et cela peut être pour trois ans. Si cette durée se confirme c'est SUPERBE.
Sur ces nouvelles, je vous dis Merhaba
Le Marcelou et Vinso


 
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Samedi 25 mai 2013 -Ankara-

Günaydin
Toujours en visite d'Ankara, cette ville n'aura bientôt plus de mystères pour moi.
Ankara est passé du statut de petite ville à celui de plaque tournante des affaires internationales. Très différente d'Istanbul, son charme est dans son dynamisme intellectuel grâce à sa communauté estudiantine et l'implantation des ambassades étrangères.
La ville resta longtemps aux mains des Byzantins pendant des siècles malgré quelques incursions perses et arabes. Lorsque les Turcs arrivèrent en Anatolie, ils s'emparèrent de la ville, mais s'y maintinrent difficilement.
Tout changea lorsque Atatürk fit d'Angora (nom de la ville jusqu'en 1930) la base de ses opérations dans la lutte pour l'indépendance. Quand il y installa son gouvernement provisoire, dans les années 1920, c'était une bourgade poussiéreuse (toujours un peu dans la vieille ville) de 30000 habitants. Après avoir remporté la guerre d'indépendance,Atatürk la proclama nouvelle capitale et s'attela à son développement. Des urbanistes européens furent consultés et la ville se retrouva ordonnée autour de long et larges boulevards, agrémenté d'un lac artificiel dans un parc boisé, et dotée de nombreux quartiers résidentiels et diplomatiques. Située au milieu du pays, la ville était plus apte à devenir la capitalede la nouvelle république. De 1919 à 1927, Atatürk ne revint pas à Istanbul, s'attachant à donner à Ankara un réel statut de capital.
Mon hôtel se trouve au pied de la vieille ville et à côté du Gençlik Parki (parc de la jeunesse) où Atatürk transforma un marécage en lac artificiel. Un parc d'attractions et des jardins de thé (çay bahçes)au bord de l'eau. On y fume le narquilé ou on y boit le thé.
J'ai vu hier ou avant hier mes premiers fumeurs de narquilé, et vu la préparation du tabamel.
Le Naquilé vient du mot nargil (noix de coco) en persan, car les premiers récipients utilisés pour cette pipe à eau aurait été des noix de coco.
Le tabamel à l'apparence d'une pâte humide, composée de 30% environ de tabac qui est fermenté avec 70% de mélasse de miel (du travail pour Gérard) et de pulpe de différents fruits, qui sont destinés à donner à la fumée une saveur et un arôme.On en trouve à tous les goûts,de la pomme à la cerise,de la menthe aux multifruits, et même le capuccino et le cola.
Le tabamel est chauffé dans la fourneau à une température d'environ 450°C; le bol contient le tabamel et le charbon est posé dessus.
Le corps du naquilé est remplit à moitié d'esu , et de l'eau de rose.
Une séance de naquilé expose le fumeur à un volume de fumée correspondant à 100 cigarettes par séance.
L'usage à un embout individuel à usage unique permet de réduire les risques de transmission. Hier ils étaient deux à fumer avec chacun son embout.
J'espère que vous allez vous coucher moins bête comme moi je me suis couché hier.
Deux réponses; Oui Patrick je vais me faire un tour de ballon aux Capadocces, même si lundi il y en a un qui s'est skratché avec un mort et plusieurs blessés.
La deuxième réponse est pour Marie; je n'ai pas eu le droit au briquet chez le coiffeur, mais il a allumé une mèche et comme une majorette il m'a fait tourner cette mèche, je n'ai rien vu, rien senti si ce n'est le cochon brûlé. Il était fier d'ailleurs de me dire que c'était l'épilation à la Turc.
Une troisième réponse que j'avais posée aux enfants des écoles; Quelle est la ville après Athènes (1ère) et Théssalonnique (2ème) qui a le plus d'habitants Grècs ? la réponse est Melbourne. Elle est considérée comme la troisième ville ''Grec''.
Voilà c'était une journée culturelle, vivement la journée sportive !
Merhaba
Le Marcelou et Vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Mercredi 22 mai 2013 Ankara

Gûnaydin
Après la douche consultation de mon courrier, voir si la roue est partie. Elle est partie et Alain Jolly a joué les grand père qui gâte ses petits, il a rajouté dans le colis pneus et chambre à air.
Petit déj et taxi pour le magasin de cycles les prévenir que le colis va arriver. Comme ils ont vinso en pension, que tout arrive de France, je vais leur faire faire une révision et acheter quelques complèments pour le voyage afin qu'ils s'y retrouvent. Je veux commencer par une casquette (comme on ma volé la mienne) et le gars revient avec une autre casquette et me l'offre, c'est raté pour la compensation !
on verra plus tard.
Puis direction l'ambassade d'Ouzbekistan pour le visa. Le gars de l'ambassade me dit qu'il faut aller sur internet et remplir la fiche de demande de visa (www.evisa.mfa.u2) copie du passeport et une photo.
je vais dans un cyber-café puis retourne à l'ambassade, je demande au gars de vérifier ma demande, il me dit ok ! puis pour le délai ? 4/5 jours.
Je vais casser la croûte, puis taxi direction l'ambassade du Turkémenistan, je demande au gars l'imprimé pour la demande de visa, non pas de tampon d'Ouzbekistan sur le passeport, pas de visa même pas de demande. Losque j'aurai le tampon je pourrai venir faire ma demande qui prendra 3/4 jours.
Donc si on fait les comptes: peut être demain la livraison du colis, si oui réparation et préparation de vinso, disons peut être prêt pour le vendredi 24- je pars pour les Cappadoces et je reviens en bus (je laisse vinso aux Cappadoces) vers le 1 OU 2 juin pour récupérer le visa Ousbek demander le Turkemenistan  qui devrait mettre remis vers le 6/7 et recevoir peut être vers le 6 ou 7 l'Iran . Retour vers vinso et direction Van et la frontière pour y être le 17 juin. C'est simple ces obtentions de visa, il suffit de savoir attendre...... 
Mais j'en profite pour faire des recherches, de mettre à jour le blog,(vidéo Croatie et Grèce)de faire ma déclaration d'impôts (c'est fait) et un mail à la communauté Française à Ankara, bref je m'occupe et ne vois pas le temps passer.
Demain matin, mag. vers midi afin de voir si le colis est livré.
Merhaba ! yarina görüsürûz
Le Marcelou et Vinso
PS; En mettant la photo du McDo, une chose qui est intéressante; depuis l'Italie (comprise) la Slovenie,Croatie,Bosnie,Montenegro,Albanie et Grèce je n'ai pas vu plus de cinq Mc DO, ça fait plaisir de voir qu'il y a d'autres façon de faire de la restauration rapide suivant ses traditions. Ici en Turquie il y a de tout, Mc DO énormément, King Burger, etc.....
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Lundi 20 et mardi 21 mai 2013 - Ankara -

Günaydin
Ce matin (lundi) consiste à trouver ce magasin de vélo. Ankara a été développé à partir de trois villages/petites villes et qui forment maintenant cette grande et belle ville d'architecture assez moderne, et je suis sur l'une d'elle Cankaya et le mag aussi. Ankara pour le vélo c'est un peu San Francisco, lorsque tu va quelque part pour faire une course, tu regardes si vraiment t'en as besoin. Je me renseigne sur l'itinéraire du mag et bien entendu la côte d'hier je la descend (à moitié) par erreur, c'était en haut qu'il fallait être et j'y étais. Maintenant plus. Je remonte donc et me montre un peu plus prudent par la suite. Je trouve enfin ce mag, et surprise un bien beau magasin qui n'a rien à comparer avec ceux d'Istanbul (photos) . Je vais mettre un lien pour les routards qui chercheront peut être eux aussi un magasin cycles. VTT, route, enfants, sacoches, ils ont de tout.
Mail: info@erdoganlarbisiklet.com
http:/erdoganlarbisiklet.com/bize-ulasin/
Bon contact, je leur explique que la roue part ce mardi et qu'elle devrait être là environ jeudi. (j'espère) je leur propose de laisser vinso et la BoB afin d'aller prendre un hôtel moins cher, car j'ai atterri hier dans le coin des ambassades et évidemment le coin est confortable.
Journée sans vélo, j'en profite pour mettre le blog à jour en mettant les vidéos sur la Croatie et la Grèce et je prépare mes itinéraires pour la journée de demain l'ambassade d'Iran.
Petit tour dans la partie voisine de l'hôtel, ça grouille, ça vend de tout....
Ma petite Peggy sur Skype et je peux m'endormir heureux.
Petit déjeuner copieux, puis ambassade d'Iran où j'ai la même réponse qu'à Istanbul, il me faut passer par une agence de Téhéran par internet et attendre dans les trois semaines. Je réussi à obtenir sur insistance le nom d'un contact sur Ankara que le portier me marque sur un bout de papier.
Je décide d'aller voir à l'ambassade de France s'ils peuvent avoir un bon plan. Ils l'ont, le gars me dit de ne pas aller en Iran, que c'est les élections ......qu'il comprends que l'on peut avoir des rêves de gosse...(ce n'est pas le voyage de ma vie, ni un rêve de gosse) il me montre sur internet le point gouv. mais si on écoute le point affaires étrangères du point gouv. on ne va nulle part. Le gars reçoit un coup de fil et me dit qu'il est débordé par cette communication et qu'il obligé de me quitter.
Avant de voir cet administratif, j'attends avec une Française qui vient pour renouveler son passeport, on discute et me dit de l'attendre si mon problème n'est pas résolu. Jel'attends donc à la sortie de l'ambassade, je lui explique le pb du visa, et nous partons à son appartement pour essayer de voir sur internet les questions Iran et me dit aussi qu'elle a une amie Turque qui peut, peut être m'aider.
Effectivement lorsque nous arrivons chez sa copine, je lui donne le nom et n° de téléphone que j'ai eu par le portier de l'ambassade, elle téléphone, elle a au bout du fil un gars d' Ankara qui peut s'occuper du visa et elle prend rendez vous pour moi. Je saute dans un taxi et arrive au rdv. Le gars se charge d'avoir le visa entre 10 et 15 jours pour 40$.
Trois solutions s'offrent à moi, une d'accepter, deux d'aller à Trazbon qui est sur la côte est à 11 heures de bus et essayer de l'avoir rapidement (il parait que c'est possible en deux jours) , soit zapper l'Iran mais il faut passer par la Georgie....car je crois que la frontière avec l'Arménie est fermée.
Je prends la solution de traiter avec le gars de l'agence, qui fera la démarche puis me e-mailera lorsqu'il aura une réponse. Pendant ce temps le vélo se réparera, j'irai aux Cappadoces et lorsque j'ai l'e-mail je saute dans un bus (c'est tout près) pour récupérer le visa.
Encore un pb il est impossible de rentrer en Iran avant le 17 juin 2013 à cause des élections, même les passagers des avions arrivant sur Téhéran ne pourront comme d'habitude avoir un visa à l'aéroport .
Il me propose un visa transit, mais c'est quinze jours, et le pays est montagneux et il me faut le visa d'un mois. Ok, c'est parti.........on verra bien......
Comme je dis souvent le monde est petit, le mari de cette dame (Katia) travaille sur un projet avion pour le compte de Thales.
Petite visite en ville, passage chez le coiffeur pour une coupe et la barbe, je demanderai à Stéphanie de me faire la barbe, c'est agréable. Le barber me mets sur la fin du coton dans les oreilles, je me demnade pourquoi, c'est simplement pour me passer le séchoir sur ma figure afin que le souffle du séchoir ne vienne perturber mes oreilles.
En rentrant à l'hotel j'ai un e-mail de Xavier et Camille (routard de Toulouse ) qui me disent qu'ils arrivent sur la Turquie et qu'ils n'ont pas put avoir le visa Iran à Athènes, qu'ils se dirigent sur Ankara et ils me demandent ou j'en suis. C'est tout frais, je livre les infos et nous allons encore nous rencontrer.
Demain j'irai voir les ambassades d'Ouzbékistan et Turkéménistan pour les visas. Je dois avoir sur mon passeport celui de l'Ouzbékistan pour que le Turkéménistan accepte un visa transit de cinq jours maxi afin de traverser leur pays, qui dans sa largeur fait 700 kms. A vinso de jouer! Si j'ai ces visas, je ne suis pas obligé de séjourner plus qu'il ne faut à Téhéran.
Voici une journée bien remplie administrativement, et j'espère que mr Jolly à envoyer la roue.
Merci à Katia et sa copine (j'ai oublié de prendre une photo)
allez lyl geceler !
Le Marcelou et vinso




Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Dimanche 19 mai 2013 - 61ème étape -

Cliquez pour agrandir l'imageEtape du jour:  Sivrhisar - Ankara
Distance jour:  146 kms
Dénivelé jour:  1532 m
Distance totale:  5626 kms
Déniv+ total:  56496 m
T° sur vélo:  34°C

Bayanlar ve baylar, mer-habalar !
Encore une belle journée, cette pension était superbe et la dame qui s'en occupe adorable.
Je pensai ce matin m'arrêter à 20 ou 30 kms d'Ankara, finalement je suis au centre et il va falloir trouver un logement pas trop loin du magasin de vélo, ou de l'ambassade d'Iran.
Pas facile de trouver sa place dans la circulation de la capitale, qui m'a l'air complètement différente d'Istanbul. Après quinze demandes d'indications je suis sur l'avenue des ambassades, je vois celle d'Allemagne,d'Italie mais pas d'Iran. On verra demain.
Je trouve un hôtel mais hors budget, il faudra trouver une auberge de jeunesse demain ou un hôtel moins cher. Je ne suis pas très loin du magasin (quand on a de la chance...)
Papanou31 (je ne vois toujours pas) me dit que ça descend, finalement j'ai quand même 1532 de déniv. Mais c'est vrai que je ne pensais pas avoir autant, car quelques côtes à 5% mais sur la fin dans le début de l'approche d'Ankara c'est souvent montagnes Russes et pour terminer par une côte (je pense 1 ou 1,5 km à 8/10%) J'ai terminé le parcours trempé de sueur.
Demain visite.
Allez Merhaba
Le Marcelou et vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Samedi 18 mai 2013 - 60ème étape _

Cliquez pour agrandir l'imageEtape du jour:  Eskisehir _ Sivrhisar
Distance jour:  107 kms
Déniv+ jour:  759 m
Distance totale:  5480 kms
Déniv+ total:  54964 m
T° sur vélo: 34°C

Günaydin
Hier lorsque je suis arrivé à l'hôtel, j'ai comme d'habitude négocié (bien que ça marchait superbement bien en Grèce et bien moins en Turquie), mais les Grecs sont souples si tu paies en liquide. Donc je me doute que cet hôtel dépassera le budget journalier que je me suis fixé, mais tant pis, avec cette orage....Je négocie mais j'arrive à 105 $ (ça tombe bien j'en ai à écouler), je demande si ils ont de la place pour vinso et la BoB, la fille sort regarder, pousse un whoua !  ok pour la place et me dit qu'elle me fait la chambre à 90TL. Quel charmeur ce vinso, il a toujours du monde autour de lui, lui et la Bob forme un sacré couple de charmeur auprès des Turcs.
Avec cet orage, la pluie + la poussière (sable et terre) de la route, les sacoches et le sac ne sont pas à prendre même avec une pincette. On commence par un nettoyage des bagages avant de faire celle du bonhomme.
Ce matin la route est plutôt plate et droite, elle me rappelle la partie des prairies au Canada, tu traverse le Saskatchewan avec des champs et prairies de chaque côté à perte de vue, et tu ne vois même pas une ferme. Là, pareil où sont ces fermes ? Par contre j'ai vu pas mal de cigognes qui se reposées dans les champs.
Peu de circulation, route bordée d'acacias (merci l'odeur) beaucoup de camion qui me klaxonne amicalement, ceux qui me croisent me font un coup de klaxon et des gestes de bras, les gens sont heureux.
Pour répondre à Jean Pierre (que j'ai rencontré à Athènes) tu me dis que c'est une perf si je tiens les 14km/h, et bien saches que j'ai fait 17km/h (exactement 16,8) et le jour d'avant avec les 1660 de déniv. j'ai fait 16 pile, le mollet est en forme. Aujourd'hui je pense avoir battu le record, j'ai fait 20 de moyenne mais avec seulement 760 de déniv.
Pour répondre à Michel, je suis d'accord avec lui sur 'immigration des turcs sur l'Europe, car je ne sais pas le salaire moyen en Turquie (je vais regarder après) mais certainement bas, mais cela n'empêche pas une activité et on sent que ça pousse. Alors il faut prendre en compte qu'il y a un gars qui à pied avec un bidon et un balai nettoie les panneaux d'indication sur les routes, Il ne doit pas gagner beaucoup, faire ce travail de cette manière est incroyable, mais en tout cas ce travail est fait. C'est cela que je sens dans ce pays.
Maintenant je vais faire un féliciter quelqu'un: Alain Jolly  m'envoie un e-mail ce matin pour confirmer le contact Turc à Ankara, l'adresse su correspondant et l'envoi de la roue pour mardi prochain, puis me dit à propos de la facture ;
"....j'essaye de faire partir le colis mardi , pour la facture je vous laisse faire un don de ma part aux enfants de Bousquairol .
votre épopée nous fait rêver tous les jours et cela vaut bien un petit effort pour eux ."

je n'ai pas grand chose à dire: C'EST LA CLASSE.
Je ferai pour vous un don aux enfants, merci pour moi et merci pour eux.
Tu vois Jean Pierre tu me parles de performance mais avec tout ce que je reçois de France ou des pays traversés, tu ne peux que rouler dans des bonnes conditions, avec un bon moral.
Donc aujourd'hui vu l'étape plate je me suis arrêté tôt (14h) et je vais me faire une lessive.
Si, une dernière chose que j'oublie tous les soirs:  qui es tu PAPOUNET31 ? je n'arrive pas à voir qui c'est, sur le vélo j'y pense, et si tu ne veux pas qu'il m'arrive un accident........
Sur cette belle journée Sevgili dostar,iyi aksamiar (chers amis bonsoir)
Le Marcelou et vinso



Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Vendredi 17 mai 2013 -59ème étape -

Cliquez pour agrandir l'imageEtape du jour:  Inogöl - Eskisehir
Distance jour:  129 kms
Déniv+ jour:  1310 m
Distance totale:  5373 kms
Déniv+ tolal:  54205 m
T° sur vélo: 28°C

iyi aksamiar !
Si la Gréce est le pays le plus montagneux d'Europe, la Turquie n'a rien à lui envier, car ici aussi ça monte. La campagne montagneuse est belle et bien entretenu, je suis toujours étonné de voir cette activité Turque, tout le long de la route des travaux sur les routes, des travaux sur d'autres chantiers, sur les usines je ne sais pas si elles travaillent à plein régime, mais sue les parking des voitures sont présentes, et des cars de ramassage. Je vais voir quel est le pourcentage des jeunes Turcs par rapport à la population.
La signalisation des routes est très bien faîte avec le n° de la route empruntée.
Les contrôles radar ont l'air d'être souvent présent avec les vérifications du poids des camions, des identités.
Aujourd'hui, j'ai été invité des dizaines de fois à boire le thé, mais je ne me suis arrêté que trois fois. Même les gars dans les pelleteuses me faisaient signe de boire un thé.
Les trente derniers kilomètres sous une grosse pluie orageuse.
Me jolly m'a envoyé l'e-mail avec l'adresse du magasin  de vélo à Ankara, mais il attend avec raison la confirmation de la sté Mavic que le gars soit prévenu. Ankara pour dans trois jours.
Allez, Seläm
Le Marcelou et vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Jeudi 16 mai 2013 - 58ème étape -

Cliquez pour agrandir l'imageEtape du jour:  Karamursel - Inegöl
Distance jour:  148 kms
Déniv+ jour:  1660 M
Distance totale: 5244 kms
Déniv+ total:  52895 m
T° sur vélo:  34°C

Herkese merhaba ! (salut à tous)
Retour sur le parcour d'hier, vers Yolova car si je pars de Karamursel la première côte est à plus de 15%, alors que si je franchis vers Yolova elles sont données à 7%. Vous comprendrez qu'il vaut mieux faire un détour de 20 kms pour être plus cool après.
Cool, il faudra être cool, il faut positiver, cette roue tiendre jusqu'à Ankara !
Comment ne pas être cool, je n'arrête pas d'être invité pour boire le thé, à cette cadence je ne suis pas près d'arriver, mais c'est tellement agréable, ils sont si heureux de t'offrir un thé ou café. Je me suis mis à la mode du pays, thé. Sur quelques passages, je fais semblant de ne pas comprendre l'invitation car je n'arrêterai pas d'arrêter. Au nord de la Croatie, j'avais le même geste pour venir boire, mais là bas ce n'étais pas du thé...
Je suis sidéré par l'activité du peuple Turque, on sent que ça travaille à plein régime, les champs sont cultivés, même ceux qui sont pourtant dans des endroits pas très facile, avec pente. J'ai vu des usines (Fiat notamment), les commerces, ça marche  à 120 à l'heure à côté du 20 à l'heure Grec. C'est d'ailleurs ce qui m'a séduit chez les Grecs, lorsque tu es en vacances ou de passage, il faut être cool, eux le sont mais pour toute l'année, c'est peut être là que ça coince.e soir je suis passé au marché de plein air, et je ne sais pas comment ils  s'aperçoivent que je suis un étranger, (short, nus-pieds, appareil photo) mais ils veulent poser pour une photo, ils me font goûter à tous, fromage,épices, dattes,pois chiches grillés,etc etc.. et ils m'invitent de nouveau à boire le thé. Ce que je raffole depuis la Grèce ce sont les oranges, et en Turquie ils te font des jus d'oranges pressées qui sont une merveille.
Ils me déplacent leurs étals afin de faire une photo (avec eux surtout), le boulanger, le boucher m'a même ouvert sa chambre froide, sa voiture est garée devant son magasin, ce doit être un 4x4 BMW comme tous les bouchers.
Donc une belle étape, comme je les aime, vélo et contact avec les gens, et les gens de la campagne sont plus curieux, plus enthousiastes à t'aborder, à t'offrir le thé même si c'est pour te parler dans leur langue que tu dis ne pas comprendre, mais ils s'en foutent, ils te parlent.......
Bonne idée de Marie T. qui promet de faire un don pour chaque continent traversé, avec les pays de Steph6531, ils vous restent encore à trouver des idées (kg,kms,étapes,heures de selle,moyenne....)
Cela me fais penser que je dois mettre une question aux écoles, et qu'évidemment les adultes n'ont pas droit de répondre.
Je viens de lire à l'instant un mail de Jolly Cycles, mr jolly à reçu la roue au magasin, à reçu une réponse positive sur son idée pour soulager la roue (pneu +large avec indic de pression) puis pour l'adresse de livraison il dit que cela se précise. Comme vous le dîtes dans vos commentaires, c'est pas à la cyclerie que j'aurai ce service, et non plus à Ontario !  Encore merci, ça remonte sacrément le moral lorsque tu es  asssité de cette manière.
Sur cette belle idée je vous souhaite Slyi geceler ! (bonne nuit)
Le Marcelou et vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Mercredi 15 mai 2013 - 57ème étape -

Cliquez pour agrandir l'imageEtape du jour:  Hôtel -Yenikappi (ferry) Yolova- Karamursel
Distance jour:  37 kms
Déniv+ jour:  120 m
Distance totale:  5096 kms
Déniv+ total:  51235 m
T°sur vélo:  24°C

sevgili dostlar,iyi aksamiar (chers amis bonsoir)
Je suis gentil aujourd'hui je vous mets la traduction.
Je suis assez content malgré la beauté de cette ville, de quitter Istanbul afin de retrouver la campagne.
Pluie pendant la totalité de la nuit.
Je prépare le vélo avec un peu d'angoisse, j'espère que cela va bien se passer. Le voisin (électricien auto) de l'hôtel me regarde avec attention et curiosité, je sens qu'il a envie d'engager la conversation.
Je lui ouvre la porte, il est content et lorsque j'ai fini de préparer le vélo il m'invite à boire le thé. Assis à son bureau, moi en face dans un canapé nous buvons le thé sans avoir trop de conversation, car le père ne fait pas un mot d'anglais et ça coince sur la compréhension, mais il est heureux ! Il veux me donner quelque chose à tout pris, sa carte de visite, il veut que je prenne un bloc mémento sur support, je lui dis que je ne peut pas, que je suis en bicyclette et que ça prend trop de place. Ok, oK, donc il me tends un stylo que j'accepte au risque de le vexer. Nous nous quittons sur la fin du thé, en ayant refusé l'invitation pour manger. Adorable !
Je passe superbement la ville jusqu'au port de Yenikapi, je trouve le ferry pour Yolova rapidement et il ne me reste plus qu'à attendre 11h30 le départ.
Yolova, est une belle petite ville et le marché est de suite face au ferry, ce qui invite à la découverte.
Je roule stressé, dès que j'entends un bruit je descend du vélo je regarde, je remonte, je redescend ..... J'ai le moral en bas des chaussettes, avec cette jante que je sais fragile, et le garde boue que j'ai trouvé cassé ce matin et que j'ai rafistolé avec du scotch. Plastique, c'est léger mais c'est fragile et je m'étais fait cette réflexion à toulouse, pour un long trajet peut être trop fragile. C'est fait !Puis ce visa Iranien, tant pis j'irai fait un tour à Trasbon ou il parait on l'a au bout de deux heures, voir une journée.
Je m'arrête à Altinveva, je trouve un réparateur de scooters et vélo, je lui demande s'il a un garde boue sans le moindre doute qu'il n'en a pas, car je vois plus de pièce de moteur que de pièce à vélo.
Mais sous quelques cartons il me sort tout content un garde boue métallique, pas de la m^me couleur s'empresse -t-il de me dire mais inoxydable ! (bref métallique) .je lui demande combien pour le travail et la pièce, 40 TL (17 Euros) je lui ok, il m'offre un siège et un verre de thé. Le montage prend un peu de temps, car il y a des clients qui arrivent, qu'il dépanne, puis des copains avec qui il discute, enfin ça prend un certain temps... il me fait voir que mes patins arrières sont usés et si je veux il me les change pour le même prix. Changeons,.
Bref, l'après midi est bien entamé lorque je reprends la route. Je trouve une pension à 30TL qui me fera l'affaire, car la suite de la route est l'attaque de la montagne, ce sera pour demain matin. Je crois qu'il y aura du dénivelé jusqu'à Ankara. (et ensuite)
Finalement j'ai bien fait d'arrêter chez ce garçon, car le voir se débrouiller avec pas grand chose, ça m'a fait du bien moralement, je commence à ne plus tendre l'oreille à chaque petits bruits de vinso.
Demain, l'Asie me tendra les bras....
lyi aksamiar (bonsoir)
Le Marcelou et vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Mardi 14 mai 2013

Sevgili dostiar,iyi aksamiar
Une journée qui commence par un coup de téléphone à Jolly Cycle à la Salvetat St Gilles, mais ce n'est pas si simple, l'hôtel ou je suis n'a pas l'étranger, j'achète donc une carte mais lorsque j'ai le magasin en ligne j'entends mais pas eux (désolé). Je vais donc demander à l'hôtel d'à côté s'ils veulent bien que je téléphone en France.
OK, pas de problème, je passe ma communication avec Mr Jolly et lorsque je demande pour payer 40 TL soit environ 20 Euros, c'est cher la com à Istanbul.
Mais pas grave, car le principal était d'avoir Mr Jolly, et il répond toujours en parfait conseiller technique et surtout assistance technique. Il était très content de m'avoir car il pensait à mon ennui et avait une solution à me proposer pour amortir le poids sur la jante. La proposition de dépannage est de m'envoyer une roue par un courrier rapide sur une boutique de vélo sur Ankara, nous nous aviserons des avancées par e-mail. Début d'après midi, j'avais un e-mail et mr Jolly me disait qu'il avait contacté Cyfac, qu'il attendait la roue, et qu'il contactait Mavic pour que celui ci lui donne une adresse pour Ankara..
J'appelle ça une superbe assistance technique, le service après vente est plus que la normale, merci mr Jolly et à votre équipe.
Après ce coup de fil,une journée de tourisme sur Istanbul, et une visite de nouveau à l'ambassade d'Iran pour une même réponse, il faut passer par l'agence et faire une demande par internet.
Donc demain je quitte la ville et je me dirige sur Ankara. Je pense que quitté Istanbul en vélo doit être assez folklo avec la conduite des Turques.
Istanbul est assez agréable avec ses tous ces petits commerces, ses adorables jus d'oranges pressées (j'en raffole) et puis la visite de ce matin à Sultanahmet avec cette mosquée magnifique,
J'ai de la chance, car je suis à trois station de tram, et les sites à visiter,le grand bazar,  les magasins de vélo et l'ambassade Iranienne sont dans le même secteur, à 1/4 d'heure de marche chacun.
Mais c'est la grande ville bruyante et fatigante, je suis content de reprendre le vélo et d'aller voir les gens de la campagne et des petites villes.
J'espère que l'Asie m'accompagnera mieux, car j'ai hâte de la découvrir, et je vous mets des photos du nouvel appareil, ainsi que la carte d'identité de la Turquie.
lyi geceler
Le Marcelou et vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

CARTE D'IDENTITE DE LA TURQUIE

Carte d'identité Turquie
  • Population : 74 millions d'habitants (estimation 2011). 25 % de la population a moins de 15 ans.
  • Superficie : 780 576 km² (presque 1,5 fois la France).
  • Capitale : Ankara.
  • Langues : le turc (langue officielle), le kurde, ainsi que les langues des minorités comme l'arménien, le grec, l'arabe, le laz, le ladino, le bulgare.
  • Monnaie : la livre turque (Türk Lirası, TL).
  • Régime : république parlementaire.
  • Chef de l'État : Abdullah Gül (depuis 2007).
  • Premier ministre : Recep Tayip Erdogan (depuis 2003).
  • Indice de développement humain : 0,757 (92e rang mondial).
  • Sites inscrits au Patrimoine mondial de l'Unesco : la grande mosquée et l'hôpital de Divriği (1985), une partie du vieil Istanbul (1985), le parc national de Göreme et les sites rupestres de Cappadoce (1985), la capitale hittite d'Hattuşaş (1986), le Nemrut Dağı (1987), Pamukkale (1988), les sites de Xanthos et de Létôon (1988), la ville de Safranbolu (1994), le site archéologique de Troie (1998) et la mosquée de Selim et son ensemble social à Edirne (2011) ; le site néolithique de Çatal Höyük (2012).

Économie

D'une économie fermée à l'intégration mondiale

Jusqu'en 1980, le protectionnisme était de mise. Dans les années 1980, la Turquie adopte une stratégie de croissance tirée par les exportations, sous les auspices du FMI et de la Banque mondiale.
L'Union européenne est le premier partenaire commercial de la Turquie.

Les difficultés des années 2000

Le début du XXIe siècle est marqué par une alternance de phases de forte croissance et de crises profondes qui culminent en 2001.

Un programme de redressement économique est alors orchestré par le FMI, qui donne lieu à une série de réformes aux effets spectaculaires.

Un redressement spectaculaire

Dès 2010, l'économie turque renoue avec une forte croissance : près de 9 % ! Grâce à son vaste marché intérieur et au faible coût de sa main-d'œuvre, la Turquie attire de plus en plus d'investisseurs étrangers.
Certains experts craignent alors une surchauffe. D'autant que la Turquie reste très dépendante d'une zone euro en plein marasme, qui représente les 4/5e des investissements étrangers. Le déficit des comptes courants se creuse, les entreprises et les ménages sont endettés et épargnent peu, et l'économie parallèle reste un fléau. La dynamique reste fragile.

Un fort potentiel

Classée au 6e rang des puissances économiques européennes et au 15e rang mondial, la Turquie a le potentiel pour devenir l'une des grandes puissances du monde de demain. Entre 2002 et 2012, son PIB a été multiplié par quatre ! Un plan prévoit l'entrée du pays, d'ici 2023, dans le top 10 des économies mondiales.
La Turquie va devoir relever d'importants défis : mettre le paquet sur l'éducation afin de former une main-d'œuvre plus qualifiée, améliorer la productivité, soutenir la consommation intérieure pour réduire la dépendance aux capitaux étrangers, résoudre les conflits kurde et chypriote qui minent les relations avec l'UE, et rendre plus efficaces et transparentes les institutions publiques.

Les secteurs de l'économie

Même si la part de l'agriculture décline depuis 1990, celle-ci tient toujours une place importante dans l'économie du pays : en 2011, elle représentait près de 10 % du PIB et 25 % des emplois (respectivement, 17 % et 47 % en 1990). La Turquie est parvenue à l'autosuffisance alimentaire.
Le poids de l'industrie est resté relativement stable dans le temps (environ 28 % du PIB et 26 % des emplois). L'industrie manufacturière est le plus grand contributeur à la croissance économique du pays. Ses principaux moteurs sont l'agro-alimentaire, l'automobile et l'électronique.
Le secteur des services est devenu le nouveau champion de l'emploi et assure les deux tiers de la richesse produite. Le tourisme tire l'économie vers le haut.

Droits de l'homme

En pointe dans le dossier syrien sur la scène diplomatique, la Turquie a failli engager ses troupes dans le conflit. Autre répercussion de cette guerre civile, l'afflux de réfugiés syriens. Ce dernier point est rapidement devenu un sujet de préoccupation pour les autorités turques et les ONG.
Très actif sur le plan international, le premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan n'en délaisse pas moins la politique intérieure avec une détermination parfois excessive. Le conflit dans le Sud-Est anatolien contre les indépendantistes kurdes du PKK a repris de plus belle en 2012. Amnesty International dénonce la multiplication de bavures. De son côté, le PKK se livre à des attentats meurtriers qui font souvent des victimes civiles.
À la suite de l'adoption par référendum d'une nouvelle constitution, de nouveaux espoirs démocratiques étaient pourtant apparus, le texte prévoyant en effet une baisse de l'influence de l'armée sur la vie politique et judiciaire du pays. Mais selon ses détracteurs, ce texte prévoyait surtout une augmentation de l'influence de l'exécutif. Les tractations en vue de l'adoption définitive de la constitution par le parlement semblent aujourd'hui dans l'impasse. L'AKP (parti islamo-conservateur) n'a cependant pas attendu cette échéance pour renforcer son contrôle sur la société civile turque.


Cliquez pour agrandir l'image
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Lundi 13 mai 2013 - IStanbul -

Merhaba !
Je me lève pas trop tard afin de me prendre des renseignements de boutique vélo. Ils sont tous côte à côte, ça facilite le déplacement. J'emmène avec moi la roue.
Tous ne sont pas ouverts, j'attends un peu et je décide de partir à la recherche d'une jante solide. Pas de Mavic, un propose du solide, je regarde il y a encore plein de copeaux dans la fabrication. Ce sont les rois de la contrefaçon ! Je n'arrive pas à me décider . Je pense que demain c'est mardi en France, je téléphone à Mr Jolly, pour m'envoyer une roue solide par la poste sur un magasin à Ankara et en attendant je roule avec l'autre. Je fais donc dévoilée la roue et monter une chambre. Je passe la prendre, ça semble correct, pour 40 TL (en gros 1 euros = 2,3 TL).
Pendant la réparation, je suis allé à l'ambassade pour le visa de l'Iran, le gars me donne une photocopie pour voyagiste, mais pas d'imprimé pour l'Iran. je vais essayer demain de nouveau.
Récupération de la roue, je la dépose à l'hôtel et je vais au consulat de France, pour voir s'il y a un moyen de localiser la station service ,c'est la dernière avant la ville deTekirdag, et c'est une station shell.
Je vois le flic, et il me dit qu'il faut prendre l'annuaire et téléphoner. Quand tu ne connais pas la langue c'est commode ! Je comprends me dit il.
Bref si tu n'a besoin de rien tu vas au consulat. L'exposition de gravure et dessins devait prendre du temps...
Retour en taxi, et c'est le jour le chauffeur me demande 48 TL, je lui dis que je ne suis pas d'accord, à l'aller j'ai payé 13TL avec un taxi. Oui mais il ya de la circulation me dit il en me montrant le compteur.
Sauf que j'avais vu que le prix était à droite, et qu'il avait était arrêté. Je maintiens donc mon refus ! il y a un long silence dans le taxi .Finalement il cède, lui qui faisait sa prière en conduisant, il n'a pas été exaucé. Mais le pire c'est qu'il m'a arrêté en me disant que l'hôtel est à l'angle de la rue, même pas vrai ! il m'a laissé je ne sais où, au moins une heure à retrouver l'hôterl en demandant toutes les cinq minutes.
Je décide aussi de faire un point dans les affaires, et de renvoyer en France (merci Jean Claude) tout ce que je n'ai pas utilisé. Aller à la poste, c'est folklorique aussi, surtout sans connaitre la langue, et dans le système d'envoi.
Puis achat d'un nouvel appareil photo. La caméra Go Pro attendra des jours meilleurs.
Voici mes premiers jours d'Asie, j'ai hâte de partir de la grande ville. Demain à nouveau l'ambassade et ....au plus tard après demain.
Qu'importe, les gens disent que les plus hospitalier sont les Turques  et Iraniens, donc patience.....
Allahaismarladik !
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Dimanche 12 mai 2013 - 56ème étape -

Cliquez pour agrandir l'image.Etape du jour: Monasteraki - à 15 kms de Tekirdag
Distance jour:  125 kms
Déniv+ jour:  1449 m
Distance totale:  5059 kms
Déniv+ total: 51115 m
T° sur vélo: 27°C

Günaydin
L'Asie veut elle de moi ?
Je ne sais pas si l'Asie veut de moi, mais mon premier jour est assez difficile.
Cela commence malgré tout très bien, passage tôt à la douane, passage chez un douanier qui n'ouvre même pas le passeport, vélo ? ok ! Je passe avec les Lyonnais (encore eux) en moto avec qui j'ai discuté à Alexandropouli.  Vinso marche aussi vite qu'une moto.. Plaines et champs bien cultivés, avant la frontière il y avait des immigrés Turques qui travaillaient, là pas d'émmigré Grecque.
Je décide finalemnt de rejoindre Tekirba qui sera la première grande ville Turque. Je prends deux orages, mais il ne fait pas froid donc ça passe. D'un seul coup la jante arrière se met à toucher le frein,je m'arrête, j'enlève les sacoches, j'enlève la remorque et effectivement, c'est une jante de vélo route, trop fragile, je m'en doutais un peu qu'elle ne tiendrai pas longtemps. J'essaie de replacer le mieux possible, ça à l'air de tenir, je roule même bien jusqu'à un nouveau frottement qui arrive avec le troisième orage qui est lui aussi un peu plus fort. J'aperçois une station service  et je vais aller examiner tout ça sous l'abri.
PAN !! pas eu le temps de me mettre à l'abris, le pneu à éclaté en arrivant à la station service. Je recommence à tout enlever, puis je vais changer de pneu puisque j'en ai un de rechange. Je mets une chambre à air neuve, le pneu, impossible de tenir l'air, je pense que la chambre est mauvaise, j'en prends une deuxième, pareil, une troisième, idem. Je ne comprends plus du tout ce qui se passe, j'essaie de nouveau les chambre à air, Rien ! que se passe -t-il ? bref au bout d'une heure je suis complètement désemparé, je ne sais pas quoi faire. Dormir là , et voir demain matin ? le pompiste me dit que je peux mettre la tente, mais demain matin ce sera pareil. La grande ville est à quinze kilomètres....
Puis arrive un bus qui va à Istanbul, le pompiste me dit que si je veux il peut parler au chauffeur pour qu'il me prenne, car c'est un bus (première classe qui a sa numérotation et place réservée) le chauffeur me dit oui, je monte tout dans la soute et moi à l'intérieur. Durant le voyage je suis obligé de changer de place lorsqu'il monte quelqu'un dont j'ai la place, et je finis assis sur la marche à côté du chauffeur.
Le stewart (il y en a un qui sert le café et jus d'orange) vient me voir et me fait signe de payer 25 TL pour le trajet. J'ai l'impression que c'est un black que lui et le chauffeur se font, je n'ai pas de place ni de ticket.
Nous arrivons de nuit (embouteillage à l'entrée d'Istanbul) dans une zone de gare ou une centaine de bus sur trois étage se déplace, force le passage à qui passe devant. Au milieu de ce cercle des café, restauration rapide, avec rabatteurs qui crient pour amener les clients. Bonne prise de contact avec la ville.
Je descend le vélo, le remonte en faisant attention de ne pas trop éparpillé les affaires, et là je m'aperçois que j'ai oublié de monter dans le bus mon bidon qui contient l'appareil photo et la caméra ! oublié !
C'était à quel endroit ? la station s'appelle ?
Le plus important maintenant c'est de trouver un hôtel pas très loin car j'ai la roue à plat derrière. Je suis complètement excentré de la ville !  un taxi ? impossible avec le vélo et la BOB.
Je vais voir un rabatteur, je lui explique le problème, il me dit qu'il me faut une camionnette, qu'il va me la trouver. Effectivement un quart d'heure après il a un gars et une vieille ???, il me fait le prix,
40TL pour m'emmener à un autel en ville. OK ! le gars m'emmène, et je fais gaffe car il passe dans des endroits pas classe, mais c'est des raccourcis. Bref on arrive sur un hôtel, je demande s'il ont la place de mettre mon vélo en sécurité. OK ! je décharge, je paie le gars qui essaie de me dire que 50 ce serait bien, mais je lui fais comprendre que le deal était 40. Ok me dit il. (il a essayer) L'hôtel est à 115 TL la nuit(50 Euros). Une bonne douche, je suis plus que sale, et je Skype ma fille, qui me dit que c'est pas grave pour les photos et vidéos, c'est du matériel donc pas grave. Elle a raison n'attachons de l'importance qu'à ce qui en vaut la peine .
Sur ce premier jour je vous dis Iyi geceler !
Le Marcelou et vinso
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : vendredi 7 octobre 2016